Adnan Al-Bursh, chirurgien d’Al-Shifa, torturé à mort dans une prison israélienne

Le docteur Adnan Al-Bursh, médecin palestinien, est mort dans une prison israélienne après quatre mois de torture brutale

Par The New Arab

Adnan Al-Bursh, un chirurgien renommé de Gaza, a été torturé à mort en détention israélienne, a annoncé jeudi une association de prisonniers palestiniens.

M. Al-Bursh, chef du service de médecine orthopédique à l’hôpital Al-Shifa de Gaza et diplômé du King’s College de Londres, était détenu par Israël depuis décembre, selon la Palestinian Prisoners’ Society.

Sa mort a été qualifiée d’ « assassinat délibéré » après qu’il a été révélé qu’il était décédé le 19 avril dans le centre de détention israélien d’Ofer, en Cisjordanie occupée. Son corps est toujours détenu par Israël.

Le ministère palestinien de la santé a condamné son assassinat, exhortant la communauté internationale à tenir les forces israéliennes pour responsables de ce meurtre.

« Nous appelons la communauté internationale, les organisations de santé et de défense des droits à intervenir et à rendre visite aux prisonniers, afin de les protéger de la torture », peut-on lire dans une déclaration du ministère.

Le ministère a également indiqué que depuis le déclenchement de la guerre d’Israël contre Gaza le 7 octobre, 496 travailleurs de la santé ont été tués, au moins 1 500 autres ont été blessés et 309 ont été arrêtés.

M. Al-Bursh, qui a étudié au Royaume-Uni, a été kidnappé par les forces israéliennes à l’hôpital Al-Amal de Gaza en décembre, alors qu’il prodiguait des soins aux Palestiniens blessés lors de l’assaut aveugle d’Israël sur l’enclave assiégée.

Avant sa détention, M. Al-Bursh était réputé pour se rendre dans divers hôpitaux de Gaza afin de soigner les patients, même au milieu des bombardements israéliens intensifs.

Muhammad Shehada, responsable de la communication de l’organisation Euro Med Human Rights Monitor, basée à Genève, a déclaré au New Arab qu’Israël avait procédé à « l’enlèvement criminel, à la détention illégale et indéfinie et à la torture incessante » de M. Al-Bursh.

Il a également ajouté que son assassinat s’inscrivait dans le cadre d’une campagne systématique et délibérée visant à faire s’effondrer le secteur de la santé à Gaza.

« Nous avons recueilli des informations sur des dizaines de détenus gazaouis, y compris des travailleurs médicaux, qui ont été soumis à des tortures de représailles et nous avons recueilli des témoignages sur l’assassinat d’autres membres du personnel médical en détention dont le sort n’a pas été officiellement révélé par Israël », a-t-il expliqué.

« Les crimes commis par Israël […] entravent le développement de la société palestinienne dans la bande de Gaza en général, mine son système de santé et prive ses secteurs vitaux de cadres spécialisés et éminents qu’il sera difficile de remplacer à court terme », a-t-il ajouté.

Selon Shehada, en ciblant les travailleurs de la santé, Israël a créé une situation de panique et de pression parmi le personnel médical qui peut, en conséquence, se sentir obligé de partir pour survivre.

Récit du massacre à l’hôpital al-Shifa

Aseel Baidoun, responsable du plaidoyer et de la communication pour Medical Aid for Palestinians (MAP) en Cisjordanie occupée, a déclaré à The New Arab que l’assassinat d’Al-Bursh était dévastateur.

« Sa mort doit faire l’objet d’une enquête urgente, alors que des rapports font état de tortures, de mauvais traitements et de négligence médicale. L’assassinat de tous les travailleurs de la santé à Gaza doit également faire l’objet d’une enquête, alors que nous approchons du triste cap des 500 travailleurs de la santé palestiniens tués depuis le mois d’octobre », a-t-elle déclaré.

Mme Baidon a indiqué que M. Al-Bursh travaillait dans l’unité de reconstruction des membres de l’hôpital Al-Shifa, que la MAP a contribué à fonder après les attaques militaires israéliennes de 2014 sur Gaza.

Elle a souligné qu’ « Israël continuera à jouir de l’impunité » et que les attaques contre les médecins se poursuivront à moins que les forces israéliennes ne fassent l’objet d’une enquête rapide et approfondie, et que les auteurs soient tenus de rendre compte de leurs actes.

Le médecin britannico-palestinien Ghassan Abu-Sittah, un professionnel de la santé très respecté qui a passé 44 jours à Gaza pendant l’assaut israélien, a condamné le meurtre de son ami et collègue médical Al-Bursh.

« J’ai eu l’impression d’arracher mon cœur de la terre » : témoignages de la fosse commune de l’hôpital Nasser

« Le meurtre du docteur Adan Al-Bursh dans les prisons israéliennes était une ligne rouge, au même titre que le massacre de l’hôpital Al-Ahli. Une fois cette ligne franchie, l’ensemble du projet peut être mis en œuvre. La vie de plus de 100 travailleurs de la santé dans les prisons est en danger », a-t-il écrit sur X.

D’autres ont salué et honoré Al-Bursh en tant que « martyr, héros, médecin de votre peuple bien-aimé » dans des messages sur les médias sociaux.

On se souvient également des efforts déployés par M. Al-Bursh lors de la Grande Marche du retour en 2018-19, lorsqu’il a pratiqué plus de 28 opérations chirurgicales en une journée sur des Palestiniens blessés par des tirs israéliens.

Une image de lui, épuisé à l’hôpital avec son uniforme ensanglanté, est devenue une photo emblématique des manifestations de la Grande Marche du Retour.

Une rencontre avec le Dr Adnan Al Bursh

19 Août 2016 – Medical Aid for Palestinians (MAP) et notre organisation caritative sœur IDEALS ont répondu à une prépondérance de blessures complexes aux membres en envoyant des équipes chirurgicales britanniques à Gaza pendant le conflit de 2014 et au cours des deux années qui ont suivi. Ces équipes ont opéré des Palestiniens blessés et formé en cours d’emploi des médecins palestiniens dans le plus grand hôpital de Gaza, Al Shifa.

Ce projet a connu un grand succès cette année avec la mise en place d’une unité permanente de reconstruction des membres à Al Shifa, entièrement gérée par une équipe dévouée de chirurgiens, d’infirmières et de techniciens palestiniens.

Nous avons rencontré les membres de l’équipe et leur avons parlé de leur travail et de leur vie à Gaza.

Nom : Dr Adnan Al Bursh
Origine : Ville de Jabalia, au nord de la ville de Gaza. Marié, il a trois garçons : Yazan, Yamen et Tamim.

Parlez-nous de vous, Adnan ?

Dans notre vie, chaque nouveau jour est une bénédiction parce que nous sommes toujours en vie. Lorsque j’étudiais au Royaume-Uni, j’ai eu la possibilité de rester et de faire venir ma famille, mais j’aime trop Gaza et la vie est sacrée pour nous, nous avons une autre vision de la vie. Je travaille comme consultant en orthopédie à l’hôpital Al Shifa. Je suis spécialisée dans la chirurgie orthopédique et les fractures complexes. J’ai une clinique privée où je travaille après mon travail à l’hôpital Al Shifa. J’enseigne également quelques heures à l’université.

Que vouliez-vous faire plus tard ?

Je suis de la génération qui a vécu la première Intifada. Ma famille a souffert de l’occupation israélienne, ce qui m’a poussée à réfléchir à ce qui m’entourait et à m’engager politiquement. Je voulais étudier le droit pour essayer de changer les choses. La situation était très instable et ma famille m’a convaincu d’étudier la médecine à l’étranger, ce que j’ai fait. Pendant mes études, j’ai adoré le domaine de l’orthopédie. J’ai été blessé pendant la première Intifada et je me suis cassé le fémur, ce qui m’a beaucoup fait souffrir et m’a obligé à rester au lit pendant trois mois. Cet incident m’a poussé à me spécialiser en orthopédie.

Je n’arrivais toujours pas à chasser de ma tête mon premier rêve, qui était de faire des études dans le domaine du droit ou de la politique. Ainsi, après avoir terminé toutes mes études, passé mes examens pour le conseil médical palestinien et jordanien et terminé mon stage au Royaume-Uni dans le domaine des fractions complexes, je suis revenue à Gaza et j’ai fait un master en sciences politiques.

Quels sont vos loisirs ?

J’aime la natation et la photographie. Ma maison est proche de la plage, c’est donc mon sport quotidien, même en hiver. Lorsque j’étudiais au Royaume-Uni, mes amis britanniques avaient l’habitude de me demander, lorsqu’ils me voyaient : « Où sont tes amis ? ». Ils voulaient parler de mon appareil photo et de mon café, que j’ai toujours sur moi. J’aime documenter tout ce qui se passe dans ma vie, qu’il s’agisse de mon travail ou de ma vie sociale.

Y a-t-il un patient que vous avez soigné et qui vous a marqué ?

Ce sont les enfants qui me touchent le plus. Lorsque je les soigne, j’ai l’impression qu’ils pourraient être mes propres enfants. Quand je vois un enfant pleurer, j’ai l’impression que c’est mon propre enfant qui pleure. Nos enfants n’ont pas une enfance normale comme j’ai pu le constater à l’étranger, en dehors de Gaza.

Quel est votre rituel quotidien pour commencer votre travail ?

Je me réveille tôt, je prie et j’ai une heure spéciale pour lire et boire une tasse de café. Chaque mois, je lis un livre en dehors du domaine médical. Ces derniers temps, j’ai beaucoup lu sur la politique, l’histoire et des romans. Ensuite, je vais travailler.

Après le travail, je passe du temps avec mes enfants. C’est important pour moi, car les médecins passent beaucoup de temps loin de chez eux. J’ai un petit jardin dans ma maison où j’ai planté des arbres fruitiers et j’aime prendre soin de mes arbres et de mes fleurs.

L’après-midi, je me rends à ma clinique privée. Le soir, nous avons le temps de rendre visite à notre famille et à nos amis et, la nuit, je lis les nouvelles pour rester proche de la réalité. Le vendredi est un jour saint pour la famille, où nous nous détendons et passons du temps ensemble.

Quel est votre plus beau ou votre plus mauvais souvenir ?

Mon pire souvenir est la mort de ma mère.

Vous êtes un héros pour beaucoup de gens, qui sont vos héros ?

Mes héros sont de nombreux médecins de différents pays avec lesquels j’ai travaillé et auprès desquels j’ai appris. Ils avaient une réelle humanité et voulaient aider les gens. Il y a une citation que j’aime bien : « Qui n’aime pas escalader les montagnes vivra toujours entre deux trous » – chaque fois que vous regardez vers le haut, vous atteignez votre rêve.

Quel est le plus grand défi dans votre travail ?

Le plus grand défi auquel je suis confronté dans mon travail est de satisfaire les gens et de prendre des décisions pour chaque patient.

Qu’emportez-vous toujours avec vous ?

J’emporte toujours au travail un sandwich et une tasse de café. Dans mon sac personnel, j’ai mon ordinateur portable, mon iPad, mes clés de voiture et une brosse à cheveux.

3 mai 2024 – The New Arab – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.