Israël utilise l’eau comme arme de son génocide à Gaza

Dans sa panoplie d'outils génocidaire, l'état sioniste ajoute le chantage à l'accès à l'eau pour aggraver les conditions de survie de la population palestinienne piégée dans le territoire de la bande de Gaza - Photo : via Euromed Monitor

Par EuroMed Monitor

En ciblant de manière persistante, systématique et généralisée les sources d’eau et les usines de dessalement de la bande de Gaza, Israël utilise l’eau comme une arme contre les civils palestiniens. En plus d’imposer la famine, Israël réduit délibérément la quantité d’eau disponible pour les résidents de la bande de Gaza, en particulier les sources d’eau potable, ciblant intentionnellement les plus de 2,3 millions de personnes qui y vivent dans le cadre de son génocide, qui se poursuit depuis octobre dernier.

Le lundi 1er juillet, l’équipe de terrain d’Euro-Med Monitor a constaté des dommages importants à une usine de dessalement dans le quartier d’Al-Zaytoun, au sud de la ville de Gaza, à la suite d’un tir direct israélien. Un jeune homme qui remplissait un gallon d’eau a été tué et d’autres personnes ont été blessées.

La station, qui fournissait des services à au moins 50 000 personnes dans plusieurs quartiers résidentiels voisins, a subi des dommages importants après avoir été bombardée par l’armée israélienne avec un missile GBU qui a traversé plusieurs étages et a explosé au rez-de-chaussée.

Avec la hausse des températures estivales, la population de la bande de Gaza est confrontée à d’importants problèmes d’accès à l’eau. Les estimations montrent que depuis octobre de l’année dernière, la part d’eau par habitant dans la bande de Gaza a diminué de 97 % en raison de la destruction massive des infrastructures d’eau par Israël.

L’écocide israélien à Gaza est un véritable crime de guerre

Par conséquent, en raison du génocide, la quantité d’eau par habitant dans la bande de Gaza est tombée entre 3 et 15 litres par jour, alors qu’en 2022, elle était d’environ 84,6 litres par jour.

Compte tenu des crimes continus perpétrés contre le peuple palestinien, qui le prive des éléments nécessaires à sa survie – comme la destruction de plus de 700 puits et usines de dessalement de l’eau depuis le début du génocide -, toutes les zones de la bande de Gaza connaissent une pénurie d’eau et le système d’égouts est en train de s’effondrer.

Parallèlement, certaines zones du territoire assiégé souffrent d’une pénurie de carburant, dont Israël interdit l’entrée, malgré le grand nombre de victimes – y compris des enfants – causées par des maladies infectieuses et des épidémies qui se propagent par l’accumulation d’eau contaminée en raison de stations d’épuration inopérantes.

La destruction et la dévastation continues par l’armée israélienne rendent la bande de Gaza invivable, en particulier après la destruction par l’armée de 9 réservoirs d’eau sur 10 et de la moitié des réseaux d’eau, soit 350 km sur 700 km.

En outre, en raison des crimes et des politiques arbitraires d’Israël, les six stations d’épuration des eaux usées ont été perturbées, environ 65 pompes à eaux usées ont été arrêtées et 70 km de réseaux d’égouts ont été détruits. Il en résulte un déversement incontrôlé d’eaux usées, estimé à environ 130 000 mètres cubes par jour, sur les routes de la bande de Gaza et dans les abris pour les personnes déplacées.

Selon les estimations des Nations unies, environ 96 % de la population de la bande de Gaza (2,15 millions de personnes) est confrontée à des niveaux élevés d’insécurité alimentaire aiguë. Alors que l’ensemble du territoire est classé en situation d’urgence (phase 4 de l’IPC), plus de 495 000 personnes (22 % de la population) sont toujours confrontées à des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire aiguë (phase 5 de l’IPC).

Dans cette phase, les ménages sont confrontés à un manque extrême de nourriture, à la famine et à l’épuisement des capacités de survie.

Euro-Med Monitor a averti en janvier dernier que la détresse engloutissait la ville de Gaza et les régions du nord de la bande de manière alarmante – résultat de la coupure de l’approvisionnement en eau par Israël dans la bande, des bombardements israéliens systématiques et intentionnels des sources d’eau et des puits, et d’un manque de carburant nécessaire pour faire fonctionner les installations de conversion et de distribution de l’eau.

Palestine : écocide et apartheid

Le manque d’eau potable dans la bande de Gaza est devenu une question de vie ou de mort, les habitants étant actuellement contraints de boire de l’eau de puits non traitée en raison des attaques militaires israéliennes incessantes et du manque de nourriture, d’eau et de carburant.

La consommation excessive d’eau salée non potable entraîne une hypertension artérielle, des maladies rénales, un risque accru d’accident vasculaire cérébral, des maladies intestinales et gastriques, des vomissements constants et des diarrhées. Ces effets se traduisent pour finir par une déshydratation excessive des tissus de l’organisme, en particulier des tissus cérébraux.

Euro-Med Monitor a mené une étude analytique en décembre dernier auprès d’un échantillon de 1 200 personnes dans la bande de Gaza afin de déterminer l’impact de la crise humanitaire vécue par les résidents de l’enclave au milieu de la guerre génocidaire d’Israël.

Selon l’étude, le taux d’accès à l’eau dans la bande de Gaza, qu’il s’agisse de l’eau potable, de l’eau pour se laver ou le nettoyage, n’est que de 1,5 litre par personne et par jour. C’est 15 litres de moins que la quantité minimale d’eau nécessaire à la survie au niveau requis par les normes internationales.

Le droit international humanitaire interdit d’attaquer, de détruire ou de perturber les installations vitales nécessaires à la survie de la population civile, telles que les installations et les réseaux d’eau potable. En tant que puissance occupante, Israël est tenu, en vertu du droit humanitaire international, de répondre aux besoins fondamentaux de la population palestinienne de la bande de Gaza et de la protéger.

Le statut de Rome de la Cour pénale internationale prévoit que le fait d’affamer intentionnellement des civils en les « privant d’objets indispensables à leur survie, y compris en faisant délibérément obstacle à l’acheminement des secours » constitue un crime de guerre.

Israël commet des actes de génocide contre la population civile de la bande de Gaza depuis le 7 octobre 2023, conformément au Statut de Rome de la Cour pénale internationale, à la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide et aux décisions judiciaires internationales pertinentes.

Les crimes flagrants d’Israël consistent notamment à priver la population civile de la bande de Gaza d’eau potable en quantité suffisante, ce qui lui a causé des dommages graves et intentionnels et l’a enfermée dans des conditions de vie destinées à la détruire.

5 juillet 2024 – Euromed Monitor – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.