Le génocide dans les prisons israéliennes

Par Qassam Muaddi

Les familles des prisonniers palestiniens sont tenues dans l’ignorance du sort de leurs proches, alors que les autorités pénitentiaires israéliennes créent des conditions impropres à la survie.

La guerre génocidaire qu’Israël mène contre les Palestiniens depuis octobre dernier va au-delà de la mort massive, du déplacement forcé et de la famine quotidiens de la population civile dans la bande de Gaza. Derrière les barreaux des prisons israéliennes, Israël mène une guerre contre les prisonniers palestiniens, créant des conditions qui rendent impossible la simple survie des captifs.

Les effets de cette campagne violente se sont répercutés sur les familles des prisonniers en dehors de la prison, qui voient leurs proches systématiquement affamés, battus, torturés et humiliés.

Peu après le 7 octobre, Israël a imposé un nouvel ensemble de règles dans ses blocs cellulaires. Dans certains centres de détention comme celui d’Ofer, près de Ramallah, l’armée israélienne aurait pris le contrôle de la prison, tandis que les gardiens des services pénitentiaires israéliens auraient eu toute latitude pour traiter les détenus palestiniens à l’intérieur des sections de la prison.

Ce changement s’est accompagné d’une augmentation spectaculaire du nombre de détenus palestiniens arrêtés après le 7 octobre, doublant la population carcérale dès la mi-octobre, dont les prisonniers originaires de Gaza, pour lesquels la partie la plus dure du traitement était réservée.

À la mi-mai, CNN a publié un reportage basé sur les témoignages de dénonciateurs israéliens concernant le traitement horrible des Palestiniens de Gaza sur la base militaire israélienne de Sde Teiman, qui abrite désormais un centre de détention.

Les témoignages des dénonciateurs détaillent un certain nombre de pratiques médiévales auxquelles les prisonniers palestiniens ont été soumis, notamment le fait :

  • d’être attachés à des lits,
  • d’avoir les yeux bandés et de porter des couches,
  • de subir des procédures médicales non qualifiées sans anesthésie,
  • d’être attaqués par des chiens par les gardiens de prison,
  • d’être régulièrement battus ou mis dans des positions de stress pour des délits aussi mineurs que de jeter un coup d’œil sous leur bandeau,
  • de voir des blessures avec des menottes de plastique s’envenimer au point de nécessiter une amputation,

… ainsi qu’une multitude d’autres mesures horribles.

Le 6 juin, le New York Times a publié un autre article sur Sde Teiman, basé sur des entretiens avec d’anciens détenus et des officiers de l’armée israélienne, des médecins et des soldats qui ont travaillé dans la prison, révélant de nouvelles horreurs sur le traitement des prisonniers de Gaza.

Les témoignages des détenus reprennent une grande partie de ces mêmes récits, mais comprennent également de nouveaux récits choquants de violences sexuelles, y compris des témoignages de viols et le fait de forcer les détenus à s’asseoir sur des bâtons métalliques qui provoquent des saignements anaux et une « douleur insupportable ».

Pour les Israéliens, les séances de torture des prisonniers palestiniens sont publiques et divertissantes

D’autres dépravations ont été documentées dans plusieurs autres prisons, souvent avec jubilation par les chaînes d’information israéliennes qui diffusent des scènes d’abus, y compris des traitements dégradants, dans ce qui ne peut être décrit que comme des « snuff movies » [tortures et mort en direct].

Les médecins des prisons israéliennes ont participé à la torture des détenus palestiniens, avant et après le 7 octobre. Parallèlement à ces actes de torture et d’humiliation, les autorités pénitentiaires ont sévèrement limité l’apport alimentaire des prisonniers, au point de frôler la famine, donnant à 20 prisonniers suffisamment de nourriture pour à peine deux personnes.

Il en ressort que les autorités israéliennes soumettent les Palestiniens à des conditions de vie semblables à celles des animaux, dans le but de les torturer, de les humilier et, dans de nombreux cas, de les tuer.

En mars, le quotidien israélien Haaretz a rapporté que quelque 27 détenus palestiniens étaient morts en détention dans deux centres, dont celui de Sde Teiman.

Entre-temps, les familles des détenus palestiniens, tant à Gaza qu’en Cisjordanie, se sont interrogées sur le sort de leurs proches pendant des mois, alors que des histoires d’horreur continuent de sortir des prisons israéliennes de la part de ceux qui sont libérés, ce qui ne fait qu’alimenter l’anxiété des familles.

Morts sous les coups

Selon les groupes de défense des droits des prisonniers palestiniens, Israël a arrêté pas moins de 8 800 Palestiniens depuis octobre à Gaza, en Cisjordanie et à Jérusalem. Un certain nombre d’entre eux ont été libérés, notamment dans le cadre d’un échange de prisonniers entre Israël et le Hamas en novembre.

Actuellement, quelque 9 300 Palestiniens sont toujours détenus derrière les barreaux, dont 78 femmes, 250 enfants et plus de 3 400 détenus sans inculpation ni jugement dans le cadre du système juridique militaire de la détention administrative.

Thaer Taha, un Palestinien d’une quarantaine d’années, était l’un d’entre eux jusqu’en avril dernier, lorsqu’il a été libéré après deux ans de détention administrative. Taha a été arrêté en mai 2022 et a reçu un ordre de détention de six mois. Le 7 octobre, il avait passé près d’un an et demi dans les prisons israéliennes.

« Le jour où son ordre de détention a expiré, nous nous sommes préparés à accueillir mon père à la maison », a déclaré Guevara Taha, sa fille de 22 ans, à Mondoweiss.

« Ma mère a préparé son repas préféré, mes frères et sœurs et moi-même nous sommes bien habillés, et des amis et des membres de la famille se sont préparés à l’accueillir au poste de contrôle », raconte Guevara.

« Ce jour-là, l’avocat nous a appelés pour nous dire que l’occupation avait renouvelé l’ordre de détention de mon père pour six mois supplémentaires », se souvient-elle.

Le 7 octobre, Thaer Taha était à un mois de la fin de sa deuxième période de détention. Depuis son arrestation, il recevait la visite de sa famille une fois par mois.

Puis, tout a changé. Israël a suspendu toutes les visites familiales aux détenus palestiniens et a entamé une série de mesures répressives sans précédent à leur encontre.

« Même ceux qui avaient connu les prisons de l’occupation dans les années 1970 et 1980 ont déclaré qu’ils n’avaient rien vu de comparable aux huit derniers mois dans les prisons de l’occupation », déclare Thaer Taha, en faisant référence aux périodes passées qui étaient jusqu’à présent considérées comme le point culminant de la répression israélienne à l’encontre des prisonniers palestiniens.

« La vie quotidienne organisée à l’intérieur des cellules, pour laquelle tant de [prisonniers] s’étaient battus au fil des ans, a soudainement disparu. Les livres et autres effets personnels ont été confisqués et nous n’étions plus autorisés à avoir la moindre activité ou représentation », explique Taha.

« Les gardes ont commencé à faire des descentes violentes dans nos cellules tous les jours, la qualité de la nourriture a immédiatement diminué et les couvertures nous ont été retirées. Nous avons été intentionnellement plongés dans l’insécurité, la faim et le froid. Dans le même temps, les cellules sont devenues surpeuplées. Nous étions 12 personnes dans une cellule de 9 mètres sur 4 ».

La dégradation des conditions de détention des prisonniers palestiniens avait déjà commencé avant le 7 octobre. En février 2023, le ministre israélien de la sécurité, Itamar Ben-Gvir, a commencé à réduire l’accès à l’eau pour les prisonniers palestiniens, en commençant par limiter le temps de douche à quatre minutes par jour.

La télévision israélienne diffuse comme distraction les séances de torture des prisonniers palestiniens

À l’époque, cette mesure avait suscité l’indignation des groupes de défense des droits de l’homme. Après le 7 octobre, elle est passée à un niveau supérieur.

« À la mi-décembre, notre approvisionnement en eau à l’intérieur de chaque cellule a été réduit à une heure par jour. Nous avons utilisé cette heure pour stocker autant d’eau que possible, et comme nous n’avions qu’une seule bouteille dans la cellule, nous avons rempli des bidons vides », raconte Thaer. « Cette situation a duré trois mois, jusqu’au début du mois de Ramadan, à la mi-mars. »

En novembre, le Hamas et Israël ont conclu un accord d’échange de prisonniers. Environ 150 femmes et enfants palestiniens ont été libérés des prisons israéliennes en échange de 50 captifs israéliens.

Les Palestiniens libérés ont témoigné avoir été sévèrement battus et avoir subi des abus sexuels de la part des gardiens de prison israéliens.

En avril, les groupes de défense des droits des prisonniers palestiniens ont déclaré que 16 Palestiniens identifiés étaient morts dans les prisons israéliennes à la suite de mauvais traitements depuis le 7 octobre.

D’autres sont morts mais n’ont pas été identifiés.

En novembre, la mort de Thaer Abu Asab, un Palestinien de 38 ans, a été annoncée dans la prison du Néguev, après avoir été battu par des gardiens israéliens.

Un mois plus tard, Israël a admis que la mort d’Abu Asab était due au fait qu’il avait été battu par 19 gardiens de prison en même temps.

« J’étais dans la prison du Néguev lorsque Thaer Abu Asab a été tué, mais dans une autre section », se souvient Thaer Taha. « C’était le 18 novembre, juste après le comptage du matin, lorsque nous avons commencé à entendre beaucoup de cris. Puis des prisonniers ont été transférés dans la section où je me trouvais et ils nous ont raconté ce qui s’était passé ».

« Les gardiens étaient très agressifs pendant le comptage du matin et chaque jour ils battaient quelqu’un. Ce matin-là, Thaer Abu Asab a osé demander à l’un des gardes quelles étaient les nouvelles, si la trêve à Gaza avait commencé ou non », poursuit Taha. « Le garde en a parlé à son commandant, qui a dit à Abu Asab qu’il lui montrerait la trêve à Gaza, et il a ordonné qu’il soit battu. Ils l’ont battu si brutalement que l’un des gardes l’a frappé à la tête avec un manche de houe en bois épais, et il a immédiatement perdu connaissance et s’est vidé de son sang ».

Les gardiens soupçonnés auraient été soumis à des « restrictions strictes » à la suite d’une enquête sur l’incident, mais ils ont tout de même repris leur service. Le ministre de la sécurité nationale, Itamar Ben-Gvir, a déclaré que les gardiens avaient affaire à « la lie de l’humanité » et qu’il ne fallait pas les salir avant l’enquête.

Coupés du monde

Alors que ces nouvelles étaient rendues publiques, les familles des prisonniers n’avaient aucun contact avec leurs proches détenus dans les prisons israéliennes et n’avaient aucune idée de leurs conditions de vie.

Guevara Taha décrit cette situation comme « une angoisse constante, pensant tout le temps à ce qui pourrait arriver à mon père, aux conditions dans lesquelles il se trouve, nous empêchant de dormir ».

Torture, abus et violence sexuelle de la part des Israéliens à l’encontre de prisonniers palestiniens

« Nous, les familles de prisonniers, avons des groupes Whatsapp où nous échangeons des informations, ainsi chaque fois qu’un avocat parvient à savoir quelque chose sur un prisonnier dans une prison donnée, ou si un prisonnier parvient à accéder à un téléphone et à entrer en contact, ils donneraient des informations sur ceux qui sont détenus avec eux, et nous partageons alors ces nouvelles », a déclaré Guevara Taha.

« Nous avons passé tout notre temps sur WhatsApp à attendre des nouvelles, mais elles n’étaient jamais encourageantes. Soit ils n’avaient pas accès à l’eau, à la nourriture ou à l’électricité, et l’angoisse continuait ».

« Mon père a passé 13 ans en prison, dont huit en tant que détenu administratif, alors j’ai grandi en connaissant ses nouvelles depuis la prison plus qu’en l’ayant à la maison, à tel point que je n’ai pas pris l’habitude de l’appeler « papa », je l’ai juste appelé par son nom », a-t-elle poursuivi.

« Mais cette fois-ci, c’était différent, je craignais sérieusement pour sa vie, je me demandais s’il avait mangé ou s’il pouvait même dormir la nuit. »

En février, un rapport d’experts des Nations unies a conclu que certains prisonniers palestiniens avaient été victimes d’abus sexuels et qu’au moins deux prisonnières avaient été violées dans les prisons israéliennes.

Le lendemain, des familles de prisonniers palestiniens et des groupes de défense des droits ont tenu une conférence de presse publique à Ramallah, au cours de laquelle ils ont annoncé qu’ils avaient cessé toute coordination avec le Comité international de la Croix-Rouge, qu’ils accusaient d’inaction.

« La Croix-Rouge a cessé de nous informer sur la situation des prisonniers depuis le 7 octobre, et même si elle nous a dit que c’était parce que les autorités d’occupation lui avaient interdit de rendre visite aux prisonniers, elle n’a rien fait d’autre à ce sujet et n’a rien dit », s’est exclamée Mme Guevara.

Son père ajoute : « Nos avocats ont été et continuent d’être interdits de visite aux prisonniers, intimidés et empêchés de faire leur travail, mais ils parlent, ils dénoncent, et les prisonniers ont été très offensés par ce silence ».

En novembre, le CICR a déclaré publiquement qu’il « n’a pas pu rendre visite aux détenus palestiniens depuis le 7 octobre ».

En janvier, le directeur du CICR pour le Moyen-Orient a déclaré aux médias qu’Israël et le Hamas interdisaient au CICR de rendre visite aux prisonniers des deux camps. Le CICR n’a jamais demandé publiquement de mettre fin à la suspension des visites et a maintenu qu’il « s’engageait activement avec les autorités compétentes sur cette question cruciale dans le cadre de notre dialogue bilatéral et confidentiel habituel ».

Bien qu’Israël ait commencé à autoriser certaines visites familiales au cours des derniers mois, la plupart des prisonniers palestiniens n’ont toujours aucun contact avec leur famille.

« Entre le 7 octobre et ma libération fin avril, je n’ai pas eu droit à une seule visite de ma famille, et mon avocat n’a été autorisé à me rendre visite que deux fois », indique Thaer Taha.

« Pendant mon séjour en prison, peu après le 7 octobre, mon fils de 17 ans a été blessé par une balle israélienne dans la jambe alors qu’il participait à une manifestation. Je ne l’ai appris qu’à ma libération en avril. C’est dire à quel point les prisonniers sont coupés du reste du monde. »

7 juin 2024 – Mondoweiss – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.