Sheikh Raed Salah : « Je vais en prison pour défendre mes valeurs »

Sheikh Raed Salah - Photo : archives
Sheikh Raed Salah - Photo : archives

Par Lubna Masarwa

Dans une interview avec MEE avant son incarcération ce dimanche, la personnalité religieuse palestinienne réaffirme son engagement envers la mosquée Al-Aqsa et la cause palestinienne.

Le cheikh Raed Salah, l’une des plus importantes personnalités religieuses et politiques palestiniennes, a passé toute sa carrière dans un va et vient entre les prisons israéliennes et l’extérieur. Dimanche, il a entamé sa septième période d’emprisonnement.

Après avoir perdu en appel en juillet, Salah doit purger une peine de 28 mois de prison pour « incitation à la terreur ». La peine comprend une peine de 11 mois avec sursis sur la durée de la détention.

L’affaire est basée sur les discours prononcés par Salah lors des manifestations de juillet 2017 contre l’installation de détecteurs de métaux aux portes extérieures du complexe de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem-Est occupée.

Dans son discours, le natif d’Umm al-Fahm, un village à majorité palestinienne en Israël, a cité des versets du Coran et des hadiths – un recueil des paroles du prophète Muhammad – ainsi que du folklore palestinien. Il soutient que ses paroles ont été délibérément mal interprétées afin de l’emprisonner.

Connu pour sa défense du complexe de la mosquée Al-Aqsa et des droits des Palestiniens, Salah était le principal dirigeant de la branche nord du Mouvement islamique jusqu’à son interdiction par Israël en 2015.

Salah, cependant, est une voix qui refuse d’être réduite au silence.

A un moment donné de la vendetta israélienne contre le leader islamiste, les forces d’occupation ont cru l’avoir tué. Salah se trouvait sur le tristement célèbre navire turc Mavi Marmara, qui faisait partie d’une flottille en route pour Gaza en 2010 pour briser le siège mené par Israël, lorsqu’il a été abordé par les commandos navals israéliens.

Selon les premières informations, un homme très similaire à Salah avait été blessé par une balle dans la tête. Dans une déclaration à un tribunal d’Ashkelon en 2010, Salah a déclaré que les soldats avaient tiré sur quelqu’un qui lui ressemblait, pensant qu’ils avaient affaire à lui. « Ils lui ont tiré dessus, mais j’étais leur cible », a-t-il déclaré à l’époque.

Un an plus tard, lors d’une tournée de conférences en Grande-Bretagne, Salah a été interpellé suite à un ordre de la secrétaire d’État britannique de l’époque, Theresa May. Salah a fait appel de l’interdiction et de l’ordre d’expulsion, remportant l’affaire 10 mois plus tard.

Sa peine de prison actuelle fait suite à trois ans d’assignation à résidence. Depuis 2017, il est interdit à Salah d’utiliser les médias sociaux ou de parler aux journalistes.

Mais juste avant de se présenter aux autorités carcérales, portant un bracelet électronique à la cheville, Salah s’est entretenu avec Middle East Eye, rappelant qu’il préférait être en prison plutôt que de renoncer à la cause palestinienne.

Middle East Eye : Comment vous êtes-vous préparé à votre séjour en prison et comment comptez-vous y passer ?

Sheikh Raed Salah : Je n’exagère pas quand je dis que le temps est compté en prison, car je me suis fixé un horaire qui commence à la prière de l’aube et se termine à l’heure du coucher.

Je ne perds pas un instant de mon temps, donc je le passe soit à lire – y compris le Saint Coran – soit à écrire, à composer de la poésie et bien sûr à prier.

J’ai l’intention d’apporter un carnet de croquis avec moi. J’ai l’intention de faire un dessin tous les jours pendant que je serai dans ma cellule – ce pourrait être une langue très importante pour la victoire.

Je vais en prison dans le contentement, la joie et l’assurance, en respectant mes valeurs et en ne regrettant rien. Je sais que dès que j’entrerai en prison, ils commenceront à s’activer pour monter un nouveau dossier contre moi et lancer une nouvelle série d’enquêtes.

MEE : Combien de fois avez-vous été emprisonné ?

SRS : J’ai été emprisonné six fois pour des périodes allant de six mois à deux ans et demi. Cela n’inclut pas les nombreuses arrestations et les journées d’interrogatoire après lesquelles j’ai été libéré – on ne peut pas les compter.

J’ai également été assigné à résidence pendant trois ans, dans des conditions très pénibles. Par exemple, je n’étais autorisé à quitter la maison qu’à des heures précises et je devais être accompagné d’un parrain ; aucun parent – qu’il soit du premier ou du second degré – n’était autorisé à me rendre visite et il m’était interdit de communiquer avec les médias.

Si je devais voir un médecin, ou faire un sermon de deuil ou de joie pour un parent, je devais demander au préalable l’autorisation du tribunal.

Ce qui était particulièrement étouffant, c’était d’être surveillé en permanence par un dispositif électronique fixé autour de ma cheville, qui était contrôlé de temps en temps par des spécialistes.

MEE : Pouvez-vous nous parler de votre dernier procès et des accusations portées contre vous ?

SRS : En août 2017, on m’a présenté un acte d’accusation qui comprenait une « incitation à la violence » basée sur des discours que j’ai prononcé et des articles que j’ai écrits pendant la période du soulèvement à Jérusalem contre les détecteurs de métaux installés à l’entrée du complexe de la mosquée Al-Aqsa.

Pour la première fois, un ensemble de valeurs est criminalisé dans la même affaire, y compris des versets du Coran et des hadiths de la Sunna du prophète, en plus de criminaliser le folklore palestinien et d’imposer des interprétations inacceptables de la langue arabe.

Au cours des audiences, de nombreux exemples sont apparus. Par exemple, ils ont criminalisé le verset coranique : « Ne considérez pas comme morts ceux qui ont été tués pour la cause de Dieu. Ils sont vivants avec leur Seigneur et reçoivent de Lui la nourriture ».

La justice israélienne a considéré que mon utilisation de ce verset était un appel à l’incitation, à la violence et au terrorisme.

Ils ont également criminalisé les hadiths du Prophète qui parlent de la défense des lieux saints (ribat en arabe), même si je leur ai clairement fait comprendre que le ribat est un culte par lequel un musulman séjourne dans des mosquées dans le but de prier, de supplication et d’apprendre la religion, et que le ribat peut avoir lieu dans n’importe quelle mosquée sur terre et ne se limite pas à la mosquée Al-Aqsa.

Des dizaines d’erreurs ont été commises par le ministère public et ses témoins dans leurs explications de certaines parties du Coran, de la Sunna et de la langue arabe, et le juge les a délibérément ignorées.

MEE : Que pensez-vous du processus judiciaire de votre dernière affaire – et de la légitimité du système judiciaire israélien ?

SRS : La décision du tribunal a été convenue à l’avance avant ma condamnation. La question de ma ré-arrestation, de mon interrogatoire et des sessions successives du tribunal n’étaient que des procédures formelles visant à masquer le processus avec un voile de légitimité judiciaire. L’équipe d’avocats qui défend mon cas le pense également.

Le juge qui m’a jugé au tribunal n’avait aucune idée du Saint Coran, de la Sunna du Prophète, de la langue arabe et du folklore palestinien. Je me suis demandé comment il en était arrivé à cette décision. Quelles sont ses qualifications ? Ils ont fait venir des experts pour examiner mon cas et ils ont commis d’énormes erreurs en langue arabe et ont essayé de déformer beaucoup de mes paroles pour me faire condamner.

La scène (au tribunal) était ridicule – parfois les participants au tribunal riaient des erreurs que les experts avaient faites en essayant de donner un sens à certains mots.

Les experts ont admis à plusieurs reprises que leur analyse était erronée et pourtant cela n’a pas été pris en considération.

MEE : Pensez-vous que l’occupation israélienne essaie de vous maintenir en prison ? Pourquoi pensez-vous qu’ils craignent le Sheikh Raed ?

SRS : Oui, il y a des tentatives constantes pour me garder en prison. La preuve en est que l’unité d’enquête israélienne – Lahav 433 – m’a interrogé un mois avant ma libération de prison en 2017, et que j’ai été accusé de quelque chose de similaire à mon cas actuel ; ils se sont basés sur des discours que j’ai prononcés.

Peu après ma sortie de prison, ils ont ouvert un nouveau dossier sur moi sur la base d’accusations liées aux sermons du vendredi ; ils ont ajouté des accusations découlant d’articles de presse que j’ai écrits après ma libération. Ils ont souligné que j’avais qualifié de « martyrs » les jeunes Palestiniens qui ont été tués à la mosquée Al-Aqsa, ce qui est le terme que les Palestiniens utilisent pour parler de ceux qui sont tués par les forces d’occupation.

Quant à leur peur de moi en tant qu’individu, j’ai trouvé la réponse dans le cadre de mon interrogatoire avant ma libération de prison en 2017. Ils m’ont menacé en disant qu’ils allaient constamment s’en prendre à moi. J’ai dit que je voulais sortir de prison et servir mon peuple ; ils m’ont répondu que je pouvais le faire en adhérant à la Knesset (le parlement israélien).

C’est, bien sûr, complètement impossible et inacceptable pour moi.

J’insiste pour préserver mes valeurs et je ne peux pas m’en écarter car elles ont une dimension religieuse et nationale. Cela ne signifie pas que j’aime la prison, mais en même temps je ne la crains pas.

Ils ne veulent pas que les générations futures imitent ce modèle, et ils ne veulent pas que ce modèle soit un homme avec une position connue. Au contraire, ils cherchent de toutes leurs forces à attirer les dirigeants palestiniens des zones occupées en 1948 [l’Israël actuel] dans l’arène qu’ils déterminent, et je rejette certainement cela.

MEE : Ils vous suggèrent d’entrer à la Knesset, mais en même temps, ils s’efforcent de vous tenir à l’écart de l’arène politique ?

SRS : M’expulser de la scène politique était l’objectif immédiat, mais je pense que l’establishment israélien a des objectifs plus dangereux que cela ; il cherche encore avec tous ses outils d’oppression à vider la mosquée Al-Aqsa des Palestiniens afin qu’ils n’y aient plus aucune présence. Ils ont commencé par battre et déporter les gens, les arrêter et commettre des massacres.

Ils ont ensuite eu recours à la criminalisation de la relation entre nous et ce lieu saint, que nous exprimons par la pratique du ribat.

Selon la compréhension du système judiciaire israélien, le ribat est devenu un appel à l’incitation, à la violence et à la terreur, ce qui donne aux outils répressifs un habillage juridique à l’occupation israélienne pour exclure les fidèles de la mosquée Al-Aqsa.

Al-Murabitoun et al-Murabitat sont un groupe de Palestiniens qui ont pris sur eux de protéger la mosquée Al-Aqsa par leur présence et par l’étude, et de faire face aux incursions de colons extrémistes par takbeer (en criant haut et fort « Dieu est grand ») et en les empêchant d’accomplir des prières à l’intérieur de l’enceinte.

Le nombre de femmes et d’hommes stationnés à la mosquée approchant les 1200 en 2011, les attaques de l’occupation ont commencé sur le projet des « terrasses de la connaissance » en 2012. Les attaques se sont ensuite intensifiées de manière spectaculaire au début de 2013, l’occupation cherchant à tarir les ressources des institutions qui soutiennent Al-Aqsa et des étudiants qui s’y rendent pour étudier, si bien qu’elle les a fait fermer et a confisqué tous leurs biens.

L’occupation a ensuite interdit l’organisation Al-Murabitoun et l’a accusée de déstabiliser la sécurité dans l’enceinte de la mosquée d’Al-Aqsa et de recourir à la violence.

MEE : Comment Israël vous a-t-il empêché d’organiser des activités à la mosquée ?

SRS : Avant l’interdiction du Mouvement islamique, nous menions de nombreuses activités à la mosquée d’Al-Aqsa, notamment la fête des enfants d’Al-Aqsa. Ils ont essayé à plusieurs reprises de stipuler qu’elle devait être organisée par les autorités israéliennes, et notre réponse a été claire : nous ne reconnaissons pas la souveraineté israélienne sur la mosquée, et seule la fondation jordanienne s’en occupe et la supervise.

Ils ont également proposé d’organiser des activités et des événements pour le Ramadan, mais nous avons refusé. Grâce à un travail continu et à notre détermination, nous avons réussi à réaliser de nombreux projets de reconstruction à Al-Aqsa, qu’ils nous ont également proposé de coordonner avec eux afin que nous puissions aller de l’avant, mais nous avons refusé.

Si nous avions commis une erreur à l’époque et accepté l’une de leurs offres, nos actions se seraient poursuivies à Al-Aqsa et l’affaire n’aurait pas abouti à une interdiction du Mouvement islamique – mais la souveraineté de la mosquée est un point critique car elle représente le nœud du conflit actuel.

MEE : Vous rejetez la souveraineté israélienne sur la mosquée Al-Aqsa et ne la reconnaissez pas, tout comme vous ne reconnaissez pas la Liste commune arabe (représentant les citoyens palestiniens d’Israël) à la Knesset et avez des réserves à son sujet. Est-ce exact ?

SRS : La liste commune est une expérience que je ne reconnais pas, et je ne reconnais pas qu’elle nous représente. Je suis toujours engagé dans le Haut Comité de Suivi Arabe, et je le considère comme le parapluie pour tous nos publics à l’intérieur des territoires palestiniens (occupés en 1948).

J’espère que nous pourrons améliorer ses performances et son rôle, et atteindre un stade où le Haut comité de suivi sera élu directement par le peuple.

MEE : Pensez-vous que votre voyage en Grande-Bretagne (en 2011) a eu une incidence sur votre cas et a poussé les autorités israéliennes à vous poursuivre plus largement ?

SRS : Je me suis rendu en Grande-Bretagne à l’invitation d’une organisation de défense des droits de l’homme, dans le but de ne parler que de mes opinions, et je me suis soudain retrouvé accusé de séjour illégal. Mais après vérification de mon visa de visiteur, l’accusation s’est transformée d’infiltration à visite à Londres dans un but d’incitation.

C’était une tentative de me maintenir dans un cycle de poursuite, que je soit dans ma ville natale d’Oum al-Fahm ou à l’extérieur du pays, même pour un voyage temporaire. Ce n’était pas une poursuite de ma personne, mais de mes valeurs légitimes et de mon nationalisme, et une tentative de les criminaliser et de faire taire ma voix afin que je ne sois pas capable de transmettre la justesse de notre cause et de révéler le véritable visage hideux de l’injustice et des crimes de l’occupation.

Tels étaient les objectifs de la persécution dont j’ai été l’objet en Grande-Bretagne, et ce sont les mêmes objectifs auxquels je suis confronté aujourd’hui dans ma lutte contre l’establishment israélien.

La différence entre mon accusation ici et en Grande-Bretagne est que j’ai eu le sentiment que mon équipe de défense là-bas parlait devant un juge indépendant qui ne cédait pas aux pressions et rendait ses décisions sur la base de ses propres convictions.

MEE : Que pensez-vous des accusations d’antisémitisme portées contre les antisionistes ?

SRS : Nous sommes dans une nouvelle phase où il est interdit de critiquer le sionisme, en ce sens qu’ils veulent faire de l’antisionisme un synonyme d’antisémitisme. Tous ceux qui critiquent le sionisme seront désormais soumis aux mesures qui ont été prises à l’encontre des personnes accusées d’antisémitisme.

Israël n’occupe pas seulement un peuple, mais il occupe aussi illégalement une légitimité internationale, et c’est son exutoire pour liquider la cause palestinienne.

À l’avenir, de telles actions n’aideront pas le projet sioniste et ses dirigeants. C’est un drapeau rouge pour tout juif sain d’esprit dans le monde, parce que le projet sioniste, en utilisant cette tactique, prend en otage tout le peuple juif dans le monde et les confond tous avec ces pratiques (d’Israël).

Nous savons qu’un grand nombre de Juifs aux États-Unis sont contre le projet sioniste.

Nous traversons actuellement une phase charnière au cours de laquelle ils tentent de faire face à des événements fondés sur une vision unique avec le slogan « vous devez servir le projet sioniste ».

MEE : Que pensez-vous de « l’accord du siècle » ?

SRS : Dans les clauses de l’ « accord du siècle », il y a un langage sur Jérusalem et la mosquée Al-Aqsa, disant que les portes de la mosquée seront ouvertes à tous ceux qui veulent pratiquer leur culte, qu’ils soient musulmans ou non. Ce texte n’est pas sorti de nulle part.

Ceux qui cherchent à construire un temple (juif) sur les ruines de la mosquée Al-Aqsa sont non seulement ceux qui soutiennent le projet sioniste et son bras militaire, mais aussi ceux que l’on appelle les « nouveaux sionistes » qui contrôlent le cours des affaires aux États-Unis.

Ils sont concernés, comme l’occupation israélienne, par la construction d’un temple aux dépens de la mosquée Al-Aqsa pour des motifs religieux.

Ils croient que la construction d’une structure sur les ruines d’Al-Aqsa provoquera une guerre biblique, alors ils se précipitent pour la construire, et l’affaire du siècle est révélatrice de leurs délires et de leurs ambitions politiques et bibliques.

En bref, « l’accord du siècle » ne se contente pas d’aborder la cause palestinienne, mais cherche plutôt à soutenir l’existence du projet sioniste ici et à le légitimer, tout en assurant son extension à plus d’un pays arabe et musulman.

MEE : Que pensez-vous de la normalisation des relations d’un certain nombre de pays arabes et musulmans avec Israël ?

SRS : La question de l’ouverture de la porte pour le commerce ou à l’accès à l’espace aérien et aux échanges avec les pays arabes et musulmans est une tentative de créer un incubateur qui donnerait une légitimité à l’occupation et au projet sioniste.

Je vous assure cependant que cette légitimité ne va pas au-delà de la personne qui l’exerce au niveau de sa fonction, car la conscience des peuples arabes et musulmans est toujours vivante, rejetant tout ce qui se passe actuellement, qu’ils se taisent ou expriment leur opinion et subissent à cause de cela des préjudices et des emprisonnements.

Les masses sont la loi et la base, et leur rejet de tout ce qui se passe maintenant montre que « l’accord du siècle » est mort-né et n’ira pas plus loin, même s’il est applaudi par certains.

Tant qu’il y aura un peuple arabe et palestinien libre, avec ce soutien populaire (pour la cause palestinienne) sur le terrain, ces dirigeants ne réussiront pas à faire passer l’accord.

Il est très douloureux de constater que l’occupation se vante d’avoir la souveraineté exclusive sur la mosquée d’Al-Aqsa, et de dénoncer qu’elle emprisonne, bat et blesse ceux qui entrent à Al-Aqsa, hommes et femmes… pour ensuite constater que certains récompensent ce comportement et lui donnent une légitimité par le biais d’un langage de normalisation, d’accords commerciaux et touristiques.

Cela donne sans aucun doute encourage l’agression israélienne contre la mosquée d’Al-Aqsa, Jérusalem et la Cisjordanie, et le renforcement du siège de Gaza.

17 août 2020 – Middle East Eye – Traduction : Chronique de Palestine