Le génocide à Gaza restera une tache indélébile dans la conscience humaine

Destruction de l'école préparatoire pour garçons de Nuseirat dans le camp de réfugiés de Nuseirat, Deir al-Balah, avril 2024. 2024 - Photo : UNRWA / Ashraf Amra

Par Olga Cherevko

Les travailleurs humanitaires à Gaza poursuivent leurs opérations dans des conditions impossibles parce qu’il n’y a pas d’autre choix.

J’ai fait mon premier cauchemar à propos de Gaza six semaines après la fin de mon premier déploiement avec le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations unies (OCHA) en février

J’ai rêvé que j’étais dans la maison d’hôtes de l’OCHA : les murs s’écroulaient sous mes yeux à cause des explosions incessantes La fumée des explosions m’emplissait la gorge alors que je criais dans le microphone de mon ordinateur portable au cours d’une réunion de coordination. Et nous vaquions tous à nos occupations comme si de rien n’était

Lorsque je me suis réveillée, j’avais l’impression que la fumée m’étouffait encore. Je me suis sentie impuissante, en colère et coupable d’avoir quitté Gaza. Depuis, j’ai fait beaucoup d’autres cauchemars, mais aucun ne s’est approché de la réalité poignante que vivent les habitants de Gaza.

Depuis le 7 octobre, plus de 38 000 personnes ont été tuées à Gaza et plus de 87 000 ont été blessées, selon le ministère de la santé de Gaza. Nombre d’entre elles ont subi des blessures qui ont bouleversé leur vie.

Israël utilise l’eau comme arme de son génocide à Gaza

Quelque 1,9 million de personnes – soit 90 % de la population – ont été déplacées ; beaucoup ont dû fuir plusieurs fois, car il n’y a pas d’endroit sûr à Gaza.

Il semble absurde d’utiliser le terme « conditions de vie » pour décrire les terribles circonstances auxquelles sont confrontés les Palestiniens de Gaza. Les gens ne « vivent » pas, ils survivent à peine. Nombre d’entre eux sont contraints de vivre dans des abris surpeuplés, dans des espaces de plus en plus réduits où ils sont autorisés à se réfugier.

J’ai vu des tentes où jusqu’à cinq familles vivaient ensemble sous des feuilles de plastique ou des couvertures déchirées, soutenues par une armature branlante.

La grande majorité des habitants de Gaza ne disposent pas du strict nécessaire à la vie, notamment la nourriture, l’eau, les médicaments et les produits d’hygiène.

Il est de plus en plus courant de creuser des fosses de latrines près de sa tente pour éviter d’avoir à chercher et à attendre des latrines communes, qui sont désormais extrêmement rares.

Le système de santé ayant été décimé, les maladies, dont l’hépatite A, ont atteint des niveaux sans précédent. Les quelques hôpitaux restants, qui ne fonctionnent que partiellement, reçoivent quotidiennement des patients traumatisés.

Tous les hôpitaux que j’ai visités étaient submergés de blessés, dont beaucoup d’enfants, avec des blessures horribles, y compris des membres manquants.

Lorsque je suis revenue pour mon deuxième déploiement en avril, l’ampleur des destructions semblait avoir doublé depuis la dernière fois que j’étais sur place. J’ai trouvé un Khan Younis pratiquement rasé et d’autres montagnes de décombres dans le nord. Les bombardements étaient incessants.

J’ai été soulagée d’apprendre que mes amis de Gaza allaient tous bien, même s’ils semblaient avoir vieilli et que certains avaient déménagé plusieurs fois depuis février.

Khaled, mon ami le plus proche à Gaza et un excellent cuisinier, m’a rendu visite dès que je lui ai annoncé mon retour. Je le connais depuis plus de dix ans et il a toujours fait preuve d’une force et d’une résistance étonnantes, malgré les multiples guerres, les déplacements répétés et la perte d’êtres chers.

Au cours de cette guerre, Khaled a été déplacé sept fois jusqu’à présent. Mais comme la plupart des habitants de Gaza, il refuse de s’apitoyer sur son sort. « Je veux être le chef cuisinier de Gaza », m’a-t-il dit. « Je veux m’assurer que personne ne souffre de la faim. »

Il était sur la bonne voie pour réaliser ce rêve, ayant mis en place une cuisine communautaire à Khan Younis qui nourrissait des milliers de personnes chaque jour lorsqu’une bombe israélienne l’a anéantie en avril.

Je venais de rentrer d’une mission dans le nord de la bande de Gaza lorsque Khaled m’a envoyé un texto pour me raconter ce qui s’était passé et m’a fait parvenir une vidéo de la zone touchée.

Une fillette, qui saignait abondamment et était couverte de débris et de poussière, était transportée vers une ambulance. C’était une scène intolérable qui n’est devenue que trop courante à Gaza.

Au début du mois de mai, la petite fille de Khaled, nommée Aileen, a fêté son premier anniversaire dans la cacophonie assourdissante des bombes et des drones. J’ai demandé à Khaled si Aileen avait peur des explosions. Il a ri. « Elle n’a aucune idée de ce qui se passe », a-t-il répondu. Comme elle est chanceuse, cette petite fille !

Les enfants représentent la moitié de la population de Gaza. Depuis le 7 octobre, des milliers d’entre eux ont été tués et des milliers d’autres blessés. Beaucoup d’autres porteront à jamais les cicatrices physiques et mentales du conflit.

À al-Mawasi, où les conditions de vie dans les abris sont déplorables, j’ai rencontré la petite Sama alors qu’elle cherchait de l’eau potable pour sa famille. La recherche d’eau – tout comme la recherche de nourriture – est une tâche herculéenne. Il n’y en a tout simplement pas assez.

Au moins la moitié des installations d’approvisionnement en eau et d’assainissement de Gaza ont été endommagées ou détruites pendant le conflit et les pénuries de carburant paralysantes ont mis la plupart des puits hors service. Les gens doivent marcher plusieurs kilomètres pour atteindre un point de distribution et attendre d’innombrables heures sous le soleil brûlant pour remplir un récipient d’eau potable.

Gaza : un carnage sur fond de famine

La nourriture est rare, car l’aide entrant dans la bande de Gaza a été réduite à un mince filet. Tout ce qui parvient à passer est distribué dans un climat d’insécurité extrême. Si tant est qu’elle soit distribuée. Bien trop souvent, les convois d’aide sont entravés ou carrément interdits d’accès.

La mère de Sama, Reem, et ses grands-parents ont été tués lors d’une attaque aérienne israélienne, laissant son père Mahmoud s’occuper seul de Sama et de son petit frère.

Lorsque j’ai rencontré Mahmoud, il portait le petit Hassan dans un bras, berçant son corps minuscule comme pour le protéger. Il tenait leurs quelques affaires dans l’autre bras, Sama marchant quelques pas devant, portant un jerrycan.

Récemment déplacés de Rafah, ils ont pendant des heures cherché un endroit où rester à al-Mawasi, sous un soleil brûlant. Refoulés de deux abris parce qu’il n’y avait tout simplement plus de place, ils ont continué à avancer.

Où allaient-ils dormir cette nuit ? Dormiraient-ils tout court ? Y aura-t-il quelque chose à manger ? De quoi demain sera-t-il fait ? Y aura-t-il un lendemain ? Personne ne semble le savoir.

Après que l’armée israélienne a émis de nouveaux ordres d’évacuation dans le sud en mai, la route qui traverse la majeure partie de la bande de Gaza – la rue Salah al-Din – s’est transformée en une mer de personnes en mouvement.

Les gens se sont déplacés en voiture, sur des charrettes tirées par des ânes ou simplement à pied. En l’espace d’une semaine, les rues de Rafah se sont vidées, aussi rapidement qu’elles s’étaient remplies au cours des premières semaines de la guerre, après que les premiers ordres d’évacuation eurent poussé les gens vers le sud.

J’ai quitté Gaza à la fin du mois de mai, pleine d’angoisse et de culpabilité. Depuis, je consulte mon téléphone de manière obsessionnelle, craignant le pire chaque fois que mes messages à Gaza n’aboutissent pas.

Aujourd’hui, le sort de Gaza et de ses habitants est plus incertain que jamais. Pourtant, les travailleurs humanitaires continuent de travailler contre vents et marées, jour après jour, dans des conditions impossibles. Et lorsque la deuxième coche de mon message WhatsApp apparaît enfin, mon cher ami Khaled me rassure en me disant que son travail se poursuivra également. « Je m’en sortirai », dit-il. « Et je nourrirai les gens. Nous construirons notre pays après la fin de la guerre ».

Ses paroles me rappellent le rêve que j’avais fait : tout autour de nous, Gaza brûle. Mais nous continuons à avancer, parce que c’est le seul choix que nous ayons.

7 juillet 2024 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.