Le sionisme est au cœur de la tragédie palestinienne

Photo : Oren Ziv
L'occupant israélien s'acharne depuis des décennies contre les populations bédouines du Néguev, multipliant les déplacements forcés - Photo : Oren Ziv
Rima NajjarFaisant preuve d’une dissonance cognitive stupéfiante qu’il est impossible d’expliquer, les soi-disant sionistes progressistes s’élèvent contre toute injustice connue de l’homme sauf contre celle infligée aux Arabes palestiniens par le mouvement sioniste.

Le sionisme, comme l’a formulé le Dr Gideon Polya, c’est « une affreuse théorie de racisme génocidaire et une effroyable pratique génocidaire intentionnelle. » [Lire Zionist quotes reveal genocidal racism and Palestinian Me Too: 140 Alphabetically-listed Zionist crimes Expose Appalling Western Complicity & Hypocrisy. 140 crimes sionistes répertoriés par ordre alphabétique exposent l’épouvantable complicité et hypocrisie occidentales.]

En tournée au Canada, Ramzy Baroud, auteur et rédacteur en chef de The Palestine Chronicle dont le dernier livre est le merveilleux «The Last Earth: A Palestine Story» (Pluto Press), a mis sur sa page facebook quelque chose qui m’a fait réfléchir. Voici ce qu’il disait :

« J’entends des discussions les plus frustrantes de la part de militants solidaires, qui portent constamment sur la nécessité de se défendre d’accusations d’antisémitisme. Ils citent des auteurs israéliens pour appuyer leurs dires. Leur référence, c’est Haaretz pas The Electronic Intifada ou The Palestine Chronicle. Ils savent tout ce que l’on peut savoir de l’histoire du mouvement sioniste ; bien peu sur la Palestine. Ils font l’impossible pour prouver leurs bonnes intentions et démontrer leur innocence. »

Eh bien, je ne sais pas tout ce que l’on peut savoir de l’histoire du mouvement sioniste, bien que j’aie eu ma part de responsabilité dans la lutte contre les accusations d’antisémitisme et la citation des auteurs de Haaretz.

Compte tenu de la façon dont l’histoire du sionisme a été glorifiée et déformée en Israël [voir Israel to Build $3.9 Million Memorial Honoring Zionist Pioneer Jabotinsky/ Israël doit construire un monument commémoratif d’un coût de 3,9 millions de dollars pour rendre hommage au pionnier sioniste Jabotinsky] et aussi que pour de nombreux chercheurs il faille un doctorat pour passer au crible les tenants et les aboutissants du mouvement sioniste.

Mais j’en sais assez pour pouvoir sans difficulté qualifier le fondateur du sionisme Theodor Herzel de psychopathe raciste [un exemple : Theodor Herzl on Using Antisemitism as Controlled Opposition (Quote) l’emploi de l’antisémitisme comme opposition sous contrôle par Theodor Herzel (citation)] ou l’actuel dirigeant du mouvement sioniste Benjamin Netanyahou de criminel de guerre en série.

Le sionisme et l’État juif qu’il a engendré en Palestine sont au cœur de notre tragédie palestinienne.

Un mème de TakeAction circule disant, « Si vous vous êtes jamais demandé ce que vous feriez durant l’esclavage, l’holocauste ou le mouvement des droits civiques ; c’est ce que vous faites en ce moment. »

Peu de gens ont eu le courage de faire quoi que ce soit contre l’esclavage, l’holocauste ou Jim Crow, lorsque les choses étaient au plus mal. Je me suis bien-sûr demandé ce que j’aurais fait moi-même.

Dans son interview avec Barak Obama sur Netflix, David Letterman à un moment donné s’est retrouvé consterné de ce qu’il faisait jeune homme au moment de la marche de 87 km en 1965 qui a quitté Selma sous la conduite de Martin Luther King pour rejoindre le Capitole de l’État à Montgomery (Alabama). M. Letterman a expliqué en effet qu’il était en vacances de printemps en Floride occupé à faire la fête…

Le sionisme est aussi mauvais que les idéologies qui sont à l’origine des catastrophes dont parle le mème. Si vous êtes un militant ou une personne de conscience qui ne s’affiche pas comme antisioniste – c’est à dire, contre la Nakba qui a partitionné la Palestine par la violence en 1948 et établi l’état juif d’apartheid raciste, vous êtes du mauvais côté de l’histoire à cet instant précis.

R. Baroud a raison lorsqu’il dit,

« ….. Nous devons valoriser les voix palestiniennes et cesser d’accréditer, volontairement ou non les voix sionistes. Ce n’est pas en portant un badge ou en brandissant un drapeau, que l’on peut soutenir le récit palestinien, mais c’est en forgeant notre compréhension de la Palestine en écoutant ce que les palestiniens ont à dire. »

C’est pourquoi il est crucial de combattre la censure qui vise à faire taire les voix palestiniennes s’efforçant de montrer les sionistes tels qu’ils sont, à savoir des fanatiques et de contrer le harcèlement et les propos mensongers des sionistes si répandus sur les réseaux sociaux.

* Rima Najjar est une Palestinienne dont la famille du côté paternel vient du village de Lifta dans la banlieue ouest de Jérusalem, dont les habitants ont été expulsés. C’est une militante, chercheuse et professeure retraitée de littérature anglaise, Université Al-Quds, en Cisjordanie occupée. Ses articles sont publiés ici.

Articles de la même auteure.

8 mars 2018 – The Palestine Chronicle – Traduction: Chronique de Palestine – MJB

1 Commentaire

Les commentaires sont fermés.