Pour la prétendue « justice » israélienne, la vie d’un jeune Palestinien n’a aucune valeur

Photo : Al-Jazeera
Photo : Al-Jazeera
Al-JazeeraLes responsables palestiniens, les militants et les membres de la famille dénoncent la « ridicule » punition de l’officier qui a assassiné Nadim Nuwarra.

Les proches d’un adolescent palestinien désarmé, tué par un officier israélien il y a quatre ans ont violemment dénoncé une peine de neuf mois prononcée par un tribunal israélien à l’encontre des membres des forces de sécurité, affirmant que le système judiciaire israélien est « injuste ».

Le policier des frontières israélien Ben Deri a été filmé en train de tirer sur Nadim Nuwarra en mai 2014 lors d’une manifestation au barrage militaire de Beitunia en Cisjordanie occupée, alors que l’adolescent de 17 ans ne présentait aucun danger.

Un deuxième adolescent qui manifestait, Mohammad Abu Thaher, âgé de 16 ans, a également été touché par balles réelles et tué. Israël n’a procédé à aucune une arrestation dans ce cas, invoquant le manque de preuves car aucune autopsie n’avait été effectuée.

Le tribunal du district de Jérusalem a infligé à Deri une peine de prison de neuf mois, une peine supplémentaire de six mois avec sursis et lui a ordonné de verser 50 000 shekels (14 000 dollars) à la famille de Nuwarra.

En vertu de l’accord avec le tribunal l’an dernier, Deri avait réduit son accusation initiale d’homicide involontaire à une l’utilisation négligente d’une arme à feu. Les procureurs ont accepté l’affirmation de Deri selon laquelle il avait, par erreur, chargé une balle dans son fusil alors qu’il avait l’intention de tirer une balle en acier enrobée de caoutchouc.

La famille de Nuwara à l’époque avait qualifié l’accord avec le tribunal de « ruse » et de « honte pour la justice israélienne ».

Siam Nuwarra, le père de Nadim, a mené au fil des ans une longue bataille juridique au nom de son fils – à partir du moment où il a trouvé une balle dans le sac à dos que Nadim portait lorsqu’il a été abattu.

« J’ai prouvé qu’Israël n’a pas de justice ou d’équité quand il s’agit de Palestiniens », a-t-il déclaré à Al Jazeera.

« J’ai établi cela avec des preuves, parce que le cas de Nadim est l’un des cas les plus évidents dans le conflit israélo-palestinien. Tout prouve que Nadim a été tué intentionnellement. »

« Une décision injustifiée, injuste »

Hanan Ashrawi, une responsable palestinienne, a également qualifié la durée de la peine de « grotesque », la comparant à celle d’Ahed Tamimi, une adolescent palestinienne condamnée à huit mois d’emprisonnement pour incitation à la résistance après avoir frappé un soldat israélien.

« Cette décision injustifiée et injuste représente un double standard dans les condamnations scandaleuses d’Israël prononcées contre les Palestiniens par les tribunaux militaires israéliens, alors que les forces d’occupation israéliennes et les colons extrémistes et illégaux ont le droit d’agir en toute impunité », a déclaré Mme Ashrawi.

Ammar Dweik, de la Commission indépendante pour les droits de l’homme, est du même avis.

« Ahed Tamimi est une enfant qui a giflé un soldat et a reçu presque la même condamnation qu’un soldat qui a mis fin à la vie d’un enfant palestinien », a-t-il dit.

« Donc, vous pouvez comparer les doubles standards appliqués par le système judiciaire israélien. »

La police israélienne a refusé de commenter la condamnation de Deri.

26 avril 2018 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine