La résistance palestinienne a déjà gagné la guerre à Gaza

25 novembre 2023 - LVingt-quatre femmes et 15 adolescents ont été libérés hier dans le cadre de la première étape de l'accord d'échange de prisonniers. Cet accord fait partie de la trêve conclue entre le régime colonial israélien et le mouvement Hamas. Dans le cadre de cette trêve, d'autres captifs et prisonniers devraient être libérés par les deux parties dans les prochains jours. L'organisation israélienne HaMoked a indiqué qu'il y avait 6704 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, dont 2070 détenus administratifs, une forme de détention arbitraire. Défense des Enfants International-Palestine (DCIP) estime qu'en moyenne 500 à 700 enfants sont détenus par les forces israéliennes chaque année - Photo : Activestills

Par Susan Abulhawa

Quelle que soit l’issue de l’invasion génocidaire de Gaza par Israël, les résistants palestiniens ont déjà gagné.

Ils sont victorieux depuis le premier jour du combat, où ils ont lancé un raid militaire remarquable contre des cibles israéliennes. Ils ont porté un coup dévastateur à l’influence d’Israël dans le monde, qui dépend fortement de son prestige militaire et de sa capacité à semer la terreur dans la population palestinienne autochtone et chez ses voisins arabes.

Le Hamas a spécifiquement ciblé les colonies lourdement fortifiées qu’Israël installe et étend depuis des décennies autour de tous les centres de vie palestiniens. Comme toutes les colonies sionistes, celles qui entourent Gaza ont été construites sur les villages ancestraux de Palestiniens qui, eux, sont toujours des réfugiés.

Israël importe des Juifs étrangers du monde entier et les installe en première ligne de sa colonisation inhumaine, où ils jouent le rôle de boucliers humains contre les aspirations des Palestiniens à la liberté et au retour dans leurs foyers en Palestine.

Beaucoup des combattants qui se sont affrontés à leurs bourreaux le 7 octobre n’avaient jamais pu franchir les portes de la prison à ciel ouvert de Gaza auparavant, ni voir les terres de leurs ancêtres qu’ils ne connaissaient que par les récits qu’on leur en avait fait.

Depuis ce jour fatidique, la résistance a démontré à son peuple et au monde entier que la notion d’invincibilité d’Israël est, et a toujours été, une imposture – Israël n’est qu’un tigre de papier ordinaire.

Le terme arabe populaire d’al-jaysh al-lathi la yuqhar – l’armée qui ne peut être vaincue – s’est avéré être un mythe de proportion biblique.

Une petite force de guérilla équipée de roquettes artisanales et d’armes légères a réussi à mettre hors service les tours de surveillance israéliennes et à échapper pendant des heures au célèbre appareil de renseignement israélien, tandis que divers axes de la résistance palestinienne amenaient des Israéliens à Gaza pour négocier leur échange contre les milliers de prisonniers palestiniens qui, pour la plupart, croupissent depuis des années sans inculpation ni jugement dans les prisons israéliennes.

Mensonges et falsifications

Israël a tenté désespérément de contrôler le récit par une série d’affabulations qui ont été immédiatement percées à jour, l’une après l’autre, de telle sorte que l’appareil de propagande israélien, si réputé, est devenu la risée de tous.

Les mensonges sensationnels sur les viols et les bébés décapités ont été discrètement rétractés après avoir été repris sans esprit critique par les principaux médias occidentaux.

Quarante bébés morts se sont réduits à un seul. La revendication initiale de 1 400 Israéliens tués a été ramenée à 1200, suivie d’images vidéo montrant que nombre d’entre eux, y compris des participants à la rave party, ont en fait été tués et brûlés par les hélicoptères Apaches fournis par les États-Unis à Israël, qui ont tiré indistinctement sur les Israéliens et les combattants du Hamas qui fuyaient en emmenant des captifs.

Israël a tenté de présenter des « preuves x peu convaincantes selon lesquelles l’hôpital al-Shifa, dans la ville de Gaza, avait été utilisé par des combattants du Hamas.

Les utilisateurs des réseaux sociaux ont rapidement fait d’énormes trous dans le récit officiel, obligeant l’armée israélienne à effacer les vidéos et à les remplacer par des élucubrations encore plus insensées.

Des affabulations souvent plus risibles que certains mèmes [partage d’histoires drôles] ou sketchs humoristiques !

Mais la révélation la plus importante que la résistance palestinienne a faite au monde, c’est la faillite morale stupéfiante d’Israël et l’hypocrisie occidentale qui l’entérine.

La cruauté inouïe, l’absence totale de pitié et la violence gratuite se sont révélé être caractéristiques non seulement des institutions politiques et militaires d’Israël, mais aussi de l’ensemble de la nation.

Des citoyens ordinaires continuent de poster des vidéos qui se moquent de la souffrance inconcevable des Palestiniens assassinés de la manière la plus horrible qui soit – leurs corps déchiquetés, brûlés ou enterrés vivants dans leurs maisons bombardées.

Les Israéliens dansent et font la fête dans la rue, appelant au génocide total des Palestiniens et à l’expansion de leurs colonies sionistes sur des terres volées.

Ils sont tellement ivres de pouvoir et d’euphorie, après avoir assassiné au moins 20 000 Palestiniens en l’espace de six semaines, qu’ils ne peuvent pas comprendre que leur soif de sang choque tous ceux qui ont un peu de conscience.

La bravoure

Israël a commencé à brandir la menace d’une invasion terrestre presque immédiatement après le 7 octobre.

Mais il n’a cessé d’atermoyer, même après que les États-Unis sont venus à sa rescousse en envoyant deux porte-avions et le sous-marin nucléaire le plus sophistiqué des États-Unis en Méditerranée (ainsi que des bombes et d’autres armes, et des milliards de dollars d’aide financière financée par les contribuables américains).

Chaque tentative de pénétrer dans la bande de Gaza s’est heurtée à une résistance palestinienne acharnée, obligeant Israël à battre en retraite à plusieurs reprises.

Lorsqu’Israël a finalement commencé à pénétrer dans la bande de Gaza, la résistance palestinienne a pilonné ses troupes.

L’aile militaire du Hamas, les Brigades Qassam, ainsi que d’autres groupes de résistants, continuent de publier quotidiennement des vidéos de leurs opérations. Ils résistent à l’abominable carnage perpétré par les plus grandes puissances militaires que le monde ait jamais connues.

L’accord d’échange de prisonniers se déroule exactement selon les conditions fixées par le Hamas dès le départ. Il a déclaré qu’aucun prisonnier ne serait libéré sans la libération des prisonniers politiques palestiniens.

Cinquante femmes et enfants israéliens sont aujourd’hui échangés contre 150 femmes et enfants palestiniens qui croupissent dans les prisons israéliennes depuis bien avant le 7 octobre.

La bravoure des résistants palestiniens est légendaire. Des hommes munis d’armes légères, vêtus de survêtements Adidas de contrefaçon avec aux pieds des tongs, réussissent à faire exploser un char israélien après l’autre, et à faire de plus en plus de prisonniers, ce qui laisse les plus célèbres cerveaux militaires israéliens et américains loin derrière.

Sans surprise, les géants des médias sociaux, qui sont fortement influencés par les agendas sionistes, ont censuré ces vidéos, car elles prouvent clairement que les pertes militaires israéliennes sont largement sous-estimées.

Mais cela n’a guère d’importance aujourd’hui. Israël ne peut rien faire pour endiguer la vague de ses pertes.

Il ne s’agit pas seulement des pertes de vies humaines, ni des colossales pertes économiques, ni de la perte massive de confiance et de crédibilité dans le monde. Le plus grave, c’est que les Israéliens ont perdu leur humanité.

Ce que le monde voit maintenant, c’est la coquille sans âme d’une grotesque machine à tuer qui ne peut apparemment rien faire d’autre qu’assassiner, détruire et terroriser en masse.

Israël a décimé Gaza. Il a bombardé des routes, des maisons, des bâtiments, des boulangeries, des centres commerciaux, des magasins, des installations d’eau, des universités, des hôpitaux et des institutions, pour en faire des cimetières de corps engloutis, de souvenirs, de rêves et d’espoirs dont nous ne saurons jamais rien.

Il est impossible de comprendre un pareil déchaînement de barbarie, avec plus de 20 000 personnes assassinées et des dizaines de milliers d’autres mutilées en l’espace de quelques semaines.

Il est douloureux de se représenter la terreur et le traumatisme qu’Israël a déchaînés sur 2,3 millions d’êtres humains qui n’ont nulle part où s’échapper et à qui Israël a coupé l’eau, la nourriture, le carburant et les fournitures médicales.

On craint, à juste titre, que les Palestiniens ne meurent de plus en plus de faim et de déshydratation.

Le prix que les Palestiniens sont contraints de payer est abyssal, et ils l’assument avec une détermination tout aussi incompréhensible, une foi profonde, une dignité et une humilité qui devraient faire pleurer le monde de honte.

Grâce à eux et à la courageuse résistance palestinienne, le monde ne sera plus jamais comme avant. Les Brigades Qassam se sont jetées dans la bataille pour la libération de notre patrie et, ce faisant, elles nous réveillent et nous libèrent tous.

Israël aura beau massacrer, dépouiller, bombarder encore plus de Palestiniens, il ne pourra pas nier sa défaite. Israël ne pourra pas continuer à vivre par l’épée.

Soit les Israéliens renoncent à leur idéologie sioniste suprématiste et ségrégationniste et s’intègrent à la société palestinienne et à la région comme des égaux et pas des seigneurs, soit l’Etat hébreu sera confronté à une résistance toujours plus grande, plus déterminée et plus intransigeante, qui finira par le détruire aussi complètement qu’il essaie de nous détruire.

Nous n’oublierons jamais.

22 novembre 2023 – The Electronic Intifada – Traduction : Chronique de Palestine – Dominique Muselet