L’étudiante palestinienne Mays Abu Ghosh enfin libre après 15 mois de détention et mauvais traitements

Photo : réseaux sociaux
Mays Abu Ghosh au moment de sa libération - Photo : réseaux sociaux

Par Lina Alsaafin

Mays Abu Ghosh, une étudiante en journalisme, parle des tortures psychologiques et physiques qu’elle a subies lors de son interrogatoire par les forces israéliennes d’occupation.

Abu Ghosh, étudiante en journalisme à l’université de Birzeit, a été kidnappée en août 2019 et accusée d’être membre du Pôle étudiant progressiste démocratique, une organisation étudiante interdite par les force israéliennes d’occupation, et de participer à des activités étudiantes contre l’occupant.

Elle a également été accusée de « communication avec l’ennemi » – elle a participé à une conférence sur le droit au retour des Palestiniens – et de contribution à une agence de presse prétendument affiliée au mouvement Hezbollah [résistance libanaise].

Abu Ghosh a été condamnée à une amende de 2000 shekels (600 dollars) et libérée de la prison de Damon au point de contrôle de Jalameh, au nord de la ville de Jénine en Cisjordanie – illégalement occupée – où sa famille et ses amis l’ont accueillie.

Lire également : L’étudiante palestinienne Mays Abu Ghosh soumise à la torture dans les geôles israéliennes

Plusieurs groupes de défense des droits de l’homme ont déclaré qu’Abu Ghosh leur a révélé les tortures physiques et psychologiques qu’elle a subies pendant plus d’un mois au tristement célèbre centre d’interrogation Maskobiyeh à Jérusalem.

Ces organisations ont ajouté que Mays a été forcée de subir plusieurs positions de stress pendant de longues heures et a été menacée de retourner chez elle paralysée ou mentalement brisée. Elle a également été forcée d’écouter les cris et les hurlements d’autres prisonniers soumis à des interrogatoires et a reçu des gifles répétées au visage en même temps que les soldats israéliens lui criaient des obscénités.

« Je veux dire à tout le monde ce qui s’est passé avec moi pendant la période d’interrogatoire et de torture », a déclaré Abu Ghosh à Al Jazeera un jour après sa libération. « Pas comme quelque chose qui m’est arrivé qu’à moi, mais pour que tout Palestinien sache à quoi s’attendre quand Israël l’arrêtera ».

Les tribunaux militaires israéliens, devant lesquels sont jugés les Palestiniens des territoires occupés, ont un taux de condamnation de 99,74%.

« L’accusation militaire a inculpé Abu Ghosh pour des actes liés à ses activités syndicales étudiantes à l’université en plus de son action médiatique », a déclaré Addameer, un groupe de défense des droits des prisonniers.

« Une telle pratique démontre la criminalisation des droits de l’homme les plus fondamentaux par les autorités d’occupation, par le biais d’ordres militaires ».

Abu Ghosh a ajouté que le message qu’elle transmet de la part des autres femmes détenues est celui de « l’unité nationale ».

« Elles ont également des exigences concernant les conditions de vie, en particulier pour celles qui purgent de longues peines », a-t-elle déclaré. « Les caméras dans la cour de la prison fonctionnent en permanence et violent leur vie privée ».

La famille prise pour cible

En janvier 2016, le frère aîné d’Abu Ghosh, Hussein, avait été tué par les forces israéliennes pour avoir prétendument perpétré une attaque au couteau.

Les forces israéliennes avaient ensuite démoli la maison de la famille.

Lire également : Pas de #MeToo pour ces Palestiniennes emprisonnées en Israël

En août 2019, la maison d’Abu Gosh avait fait l’objet d’un raid à l’aube par les forces israéliennes accompagnées de chiens de l’armée.

Mays a alors été emmenée dans une pièce séparée et on lui a ordonné d’allumer son ordinateur portable et son téléphone. Suite à son refus, elle a eu les yeux bandés, a été menottée et littéralement kidnappée.

Un mois plus tard, son frère Suleiman, âgé de 17 ans, a été arrêté pour servir de moyen de pression sur Abu Ghosh afin qu’elle avoue. Il a passé quatre mois en détention administrative – emprisonné par Israël sans inculpation ni procès.

Ses parents ont également été convoqués pour un interrogatoire.

Selon Addameer, 40 femmes palestiniennes sont emprisonnées par Israël. La population carcérale totale s’élève actuellement à 4500 personnes – dont 170 mineurs et 370 détenus sous détention administrative.

Photo : archives
Manifestation de soutien aux prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, dans la ville occupée de Ramallah en Cisjordanie en décembre 2019 – Photo : archives

Dans la prison de Damon, sept prisonniers ont suivi des cours universitaires mais une descente dans leurs cellules par le service pénitentiaire israélien la semaine dernière a abouti à la confiscation de leurs livres.

Après sa libération, Abu Ghosh a déclaré vouloir terminer ses études et poursuivre sa formation aux professions dans les médias.

« Les autorités pénitentiaires ont menacé d’isoler les prisonniers qui poursuivent leurs études », a déclaré Mays.

« Nous [avec d’autres prisonniers] avons créé un petit programme pour étudier la philosophie, la littérature arabe et la poésie. Nous avions aussi certains rituels que nous faisions ensemble, comme se préparer avant une visite de la famille ».

1 décembre 2020 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine