Hôpital al-Shifa : les Israéliens ne laissent derrière eux que du sang et des ruines

Des Palestiniens se rassemblent autour de l'hôpital al-Shifa incendié et détruit après le retrait des forces israéliennes d'occupation - Photo : Osama Rabii via Al-Jazeera

Par Qassam Muaddi

Des dizaines de corps sont toujours extraits des décombres de l’hôpital al-Shifa, détruit et incendié, à la suite d’un raid israélien de deux semaines et d’un siège de l’hôpital.

  • 32 623+ Palestiniens assassinés dans Gaza (*) par les troupes d’occupation
  • 75 092 Palestiniens blessés dans Gaza suite aux tirs et bombardements israéliens.
  • 450+ Palestiniens assassinés en Cisjordanie et à Jérusalem (**) depuis le 7 octobre

(*) Le ministère de la santé de Gaza a confirmé ce chiffre sur la chaîne Telegram. Certains groupes de défense des droits de l’homme estiment le nombre de morts bien plus élevé si l’on tient compte des personnes présumées mortes.

(**) Le nombre de morts en Cisjordanie et à Jérusalem n’est pas mis à jour régulièrement. Il s’agit du dernier nombre communiqué par le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne à la date du 27 mars.

Principaux développements

  • Depuis samedi matin, Israël a assassiné 140 Palestiniens et en a blessé 202 dans la bande de Gaza, selon le ministère palestinien de la santé.
  • L’armée israélienne se retire du complexe hospitalier al-Shifa après un siège de deux semaines, laissant dans son sillage une destruction totale et des dizaines de morts. Des sources militaires israéliennes affirment que l’hôpital al-Shifa « ne sera pas remis en service » après son retrait.
  • Le ministère de l’intérieur de Gaza annonce l’arrestation de dix officiers de renseignement de l’Autorité palestinienne basée à Ramallah, affirmant qu’ils sont entrés à Gaza en coordination avec Israël pour « déstabiliser le front intérieur ». Ramallah dément officiellement ces allégations.
  • Le ministère de la santé de Gaza demande à la communauté internationale d’intervenir pour rouvrir l’hôpital Nasser de Khan Younis, mis hors service par les forces israéliennes à la suite d’attaques répétées au cours des dernières semaines.
  • Israël annonce la mort d’un commandant militaire du Hezbollah lors d’une frappe sur le sud du Liban. Des frappes israéliennes touchent les villes libanaises d’al-Khyam et de Markaba, tandis que le Hezbollah tire des roquettes sur des colonies israéliennes et des bases militaires en Galilée.
  • Les forces israéliennes effectuent un raid sur Jénine, en Cisjordanie occupée, dans le cadre d’une série de rafles.
  • Les Palestiniens d’Israël et de Cisjordanie défilent à l’occasion de la Journée de la terre palestinienne pour protester contre le génocide de Gaza.
  • Chaîne 12 israélienne : plus de 6800 soldats israéliens blessés depuis le soulèvement du 7 octobre.

Israël assassiné 140 Palestiniens à Gaza, dont 10 journalistes, lors d’une frappe ciblée

Le ministère palestinien de la santé a indiqué que les forces israéliennes avaient commis 14 massacres dans la bande de Gaza depuis samedi, tuant 140 Palestiniens et en blessant 202, ce qui porte le bilan de l’assaut israélien depuis le 7 octobre à 32 782 morts et plus de 75 392 blessés.

Dans la ville de Gaza, des sources médicales ont indiqué avoir trouvé au moins 50 cadavres dans les environs de l’hôpital al-Shifa, après que l’armée israélienne se soit retirée du complexe médical à la suite de deux semaines de raids.

Le ministère de la santé a déclaré dans un communiqué dimanche que le personnel médical n’était pas en mesure d’extraire les morts et les blessés de sous les décombres.

Selon l’OMS, 21 patients seraient décédés jusqu’à dimanche depuis qu’Israël a entamé le siège de l’établissement le 18 mars – Photo : Osama Rabii via Al-Jazeera

Dimanche, des frappes aériennes israéliennes ont touché un immeuble résidentiel dans le quartier al-Daraj de la ville de Gaza, tuant un nombre non précisé de Palestiniens. Dans l’ouest de la ville de Gaza, des frappes israéliennes ont tué au moins deux Palestiniens et en ont blessé dix dans le camp de réfugiés d’al-Shati.

Dans le centre de la bande de Gaza, les forces israéliennes ont tué six Palestiniens en frappant une maison familiale dans le camp de réfugiés d’al-Maghazi. Des frappes israéliennes ont également tué quatre Palestiniens et en ont blessé 15, dont 10 journalistes, lors d’une attaque contre une tente dans la cour de l’hôpital des martyrs d’al-Aqsa à Deir al-Balah.

Dans le sud de la bande de Gaza, les frappes israéliennes se sont poursuivies ce week-end sur Khan Younis et les villages environnants. À Bani Suhaila, à l’ouest de Khan Younis, les équipes médicales palestiniennes ont récupéré cinq nouveaux corps. Des sources médiatiques locales ont également rapporté que des véhicules blindés israéliens ont ouvert le feu sur des maisons palestiniennes à Khuza’a, à l’est de Khan Younis.

L’armée israélienne se retire de l’hôpital al-Shifa après deux semaines d’attaque, laissant derrière elle une « destruction totale »

L’armée israélienne d’occupation,ns’est retirée de l’hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza tôt ce lundi, après 14 jours de raids sur le plus grand complexe médical de Gaza.

Les témoignages recueillis sur le terrain font état de la découverte d’au moins 50 cadavres dans le complexe, tandis que des sources médicales affirment que des « centaines de corps » continuent d’être trouvés dans les environs de l’hôpital.

L’armée israélienne a prétendu tout au long de ce raid de deux semaines qu’elle avait pris des « précautions » pour éviter de blesser les civils et les infrastructures civiles. Mais les témoignages de journalistes et de civils faisant état d’exécutions et de tortures à l’intérieur de l’hôpital, ainsi que les photos d’un hôpital complètement brûlé, indiquent tout le contraire.

Les Palestiniens se sont précipités à al-Shifa après le retrait des forces israéliennes, les médias locaux faisant état de la « destruction totale » des installations de l’hôpital.

Selon des sources médicales à al-Shifa, les troupes israéliennes ont complètement détruit le bâtiment des chirurgies spécialisées et ont mis le feu au reste du bâtiment. Les sources ont également indiqué que les soldats israéliens ont également incendié les bâtiments de la réception et des urgences, détruisant des dizaines de chambres et tout l’équipement.

Des sources locales ont ajouté que les forces israéliennes ont détruit ou incendié plusieurs bâtiments résidentiels entourant al-Shifa et que les résidents ont retrouvé des dizaines de cadavres dans les rues entourant le complexe.

Lundi, la famille Haboush a déclaré au média Arab 48, alors qu’elle évacuait la zone, qu’elle avait passé neuf jours avec très peu d’eau dans sa maison située dans les environs d’al-Shifa. La famille a déclaré que leur fils aîné avait été tué par un drone quadcopter israélien et qu’il avait été laissé à se vider de son sang puis à se décomposer sous leurs yeux, car ils ne pouvaient pas risquer de récupérer son corps sous les tirs israéliens.

Le deuxième jour du raid israélien, la journaliste palestinienne Bayan Abu Sultan, basée à Gaza, a rapporté sur son compte X que les forces israéliennes avaient tué son frère dans les environs d’al-Shifa.

Des sources médicales palestiniennes ont déclaré au lendemain du retrait israélien d’al-Shifa que le complexe médical était totalement inopérant et qu’il serait « très difficile de reprendre le travail à al-Shifa dans l’état actuel des choses ».

Quelques heures avant le retrait des forces israéliennes, le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhom Ghebreyesus, a appelé à l’ouverture d’un corridor humanitaire vers al-Shifa.

Ghebreyesus a ajouté que 21 patients palestiniens sont morts à l’intérieur d’al-Shifa pendant le raid israélien depuis le 19 mars et que 107 autres patients sont toujours à l’intérieur de l’hôpital dans des conditions médicales inappropriées, y compris quatre enfants et 28 dans un état critique. M. Ghebreyesus a indiqué que certains de ces patients souffraient d’une inflammation des plaies due au manque d’eau potable.

Des sources de l’armée israélienne ont également déclaré par l’intermédiaire de la radio de l’armée israélienne que l’hôpital al-Shifa « ne reprendra pas ses activités » après les destructions qu’il a subies lors du raid militaire israélien.

Les forces israéliennes avaient fait irruption à l’hôpital al-Shifa en novembre et forcé les Palestiniens, y compris les patients et le personnel médical, à quitter les lieux, laissant derrière eux plusieurs nouveau-nés sans couveuses en état de marche.

Les Palestiniens sont retournés à al-Shifa après le premier retrait israélien de l’hôpital en décembre, où les journalistes ont rapporté avoir trouvé les bébés laissés sur place en état de décomposition.

Le ministère de l’intérieur de Gaza accuse les services de renseignement de l’Autorité palestinienne de s’être infiltrés dans la bande de Gaza en coordination avec Israël

Le ministère palestinien de l’intérieur, basé à Gaza et administré par le Hamas, a déclaré lundi qu’une force de renseignement appartenant à l’Autorité palestinienne, basée à Ramallah et dirigée par le Fatah, rival politique du Hamas, avait pénétré dans la bande de Gaza samedi.

Le ministère a annoncé l’arrestation des membres de cette force, qui, selon lui, avaient pour mission de « saboter le front intérieur » à Gaza. Un haut fonctionnaire de l’Autorité palestinienne a démenti ces accusations lundi dans des déclarations à l’agence Wafa, affiliée à l’Autorité palestinienne.

Selon les autorités de Gaza, les forces de renseignement sont entrées samedi dans des véhicules du Croissant-Rouge égyptien qui auraient été autorisés à pénétrer dans la bande de Gaza par Israël. Les autorités de Gaza ont ajouté que les autorités égyptiennes ont nié avoir connaissance de cette infiltration présumée.

Un fonctionnaire du ministère de l’intérieur de Gaza a déclaré que les forces étaient entrées sur ordre direct du chef de l’appareil de renseignement général palestinien basé à Ramallah, Majed Faraj, avec pour mission de « répandre le chaos », et en coordination avec l’armée israélienne et les services de renseignement de la sécurité intérieure israélienne – le Shin Bet, ou, comme on l’appelle localement, le Shabak.

Le fonctionnaire a noté que les forces de sécurité de Gaza ont reçu des instructions du « groupe d’opération conjoint des factions de la résistance palestinienn », l’organe de coordination d’une douzaine d’organisations armées palestiniennes dans la bande de Gaza. Les instructions, selon le fonctionnaire, étaient d’intercepter la force présumée « et toute force de sécurité qui entre à Gaza autrement que par la résistance ».

Lundi, l’agence de presse officielle de l’Autorité palestinienne, Wafa, a cité un haut responsable de l’Autorité palestinienne qui a qualifié la déclaration du ministère de l’intérieur de Gaza de « campagne médiatique enragée visant à dissimuler les souffrances de notre peuple à Gaza ».

La chaîne israélienne Kan avait déjà rapporté que le ministre israélien de la guerre, Yoav Gallant, avait proposé que Majed Faraj prenne en charge la gestion de la bande de Gaza après la guerre, en coopération avec des personnalités locales qui n’incluraient pas de membres du Hamas.

La semaine dernière, le porte-parole de la Maison Blanche, Mathew Miller, a déclaré que l’un des ordres de l’administration américaine pour l’après-guerre à Gaza était que l’Autorité palestinienne gère à la fois la Cisjordanie et la bande de Gaza. M. Miller a ajouté que les États-Unis discutaient avec l’Autorité palestinienne et d’autres pays de la région de toutes les questions relatives à l’administration de la bande de Gaza après la guerre, sans donner plus de détails.

Six cents soldats israéliens tués, 6800 blessés alors que les combats avec la résistance palestinienne se poursuivent

L’armée israélienne a annoncé lundi qu’un soldat de sa 77e brigade avait été tué lors de combats avec la résistance palestinienne dans la bande de Gaza, alors que les médias israéliens rapportent que 600 soldats et officiers israéliens ont été tués depuis le 7 octobre, et que 6800 ont été blessés.

Mars 2024 – Les Brigades Al-Qassam, l’aile militaire du mouvement de résistance Hamas, ont diffusé une vidéo montrant des combattants tirant sur un soldat israélien au sud du quartier de Tal Al-Hawa, dans la ville de Gaza..

L’armée israélienne, qui retarde l’annonce de ses pertes en raison d’une censure militaire stricte, a jusqu’à présent admis la perte de 264 soldats et officiers depuis le début de son invasion terrestre de la bande de Gaza en novembre [sans mentionner les pertes israéliennes au front nord de la Palestine occupéee – NdT].

Pendant ce temps, les Brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont annoncé que leurs combattants avaient pris pour cible un char israélien à Khan Younis avec un engin explosif perforant et que des hélicoptères militaires israéliens s’étaient précipités pour évacuer les victimes.

Al-Qassam a également annoncé que ses combattants avaient attaqué des soldats israéliens avec un projectile anti-fortification à l’intérieur d’une maison près de l’hôpital Nasser, à l’ouest de Khan Younis. Al-Qassam a ajouté qu’il avait pris pour cible les troupes israéliennes à proximité de l’hôpital al-Shifa dans la ville de Gaza avec des obus de mortier.

Simultanément, la branche armée du Jihad islamique palestinien (IPJ) a annoncé que ses combattants avaient engagé le combat avec les forces israéliennes dans le quartier d’al-Qarara à Khan Younis.

Pour sa part, l’armée israélienne a annoncé qu’elle continuait à combattre les factions palestiniennes à al-Qarara et que 81 soldats avaient été blessés dans le sud de la bande de Gaza au cours de la semaine écoulée.

1er avril 2024 – Mondoweiss – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.