Coronavirus : quand le profit prend le pas sur nos vies

Ubai Aboudi est le directeur du Centre Bisan, basé à Ramallah
Ubai Aboudi est le directeur du Centre Bisan, basé à Ramallah - Photo : The Action Network

Par Ubai Aboudi

L’article qui suit a été publié à l’origine par le Centre de recherche et de développement de Bisan, dont Ubai Aboudi est le directeur exécutif. Il est emprisonné depuis novembre 2019 – ce qui a soulevé des protestations et des pressions internationales, notamment parmi ses collègues de Scientists for Palestine – et il est à ce jour toujours détenu dans les prisons israéliennes. Comme le Centre Bisan l’a noté dans son introduction à cet article, « Malgré son arrestation, Ubai est toujours une partie essentielle de la productivité et du travail du Centre ». Nous demandons à tous les lecteurs de cet article de se joindre aux actions visant à libérer Ubai Aboudi et ses compagnons de détention palestiniens.

Je ne commencerai pas mon article par un grand discours sur le droit à la santé, ni même sur le droit de bénéficier de soins de santé appropriés ; je ne vous rappellerai pas non plus qu’il s’agit de deux droits fondamentaux garantis par la Déclaration universelle des droits de l’homme. Cela est incontestable et ne nécessite pas de refaire un contrat social qui inclut ces termes essentiels pour l’existence humaine, qui émanent du droit à la vie et en sont le prolongement naturel. Heureusement, la science a fait de grands progrès dans le domaine de la médecine, car la vie humaine peut facilement être prolongée et sa qualité améliorée malgré la vieillesse.

Maintenant que nous sommes au XXIe siècle, et après tous les progrès médicaux que nous avons réalisés, nous ne pouvons pas abandonner cet élixir de vie et accepter une mort subite due à l’absence de traitement ou de soins de santé appropriés.

La pandémie de coronavirus (COVID-19) n’est pas différente des autres pandémies dans l’histoire de la vie humaine. Chaque pandémie est obscure et très inquiétante dans ses premiers stades. Elle projette son ombre sur une certaine région, la paralysant, puis elle se propage sans frein à d’autres régions, transformant la vie quotidienne des gens en cauchemar. L’atrocité d’une telle pandémie augmente lorsqu’elle emporte la vie d’une personne dont le corps a déjà été affaibli par des maladies chroniques, mettant ainsi un terme au cercle de la vie. Bien que le virus soit sournois, il n’est pas irrémédiable. Il peut être maîtrisé si des soins de santé appropriés sont dispensés aux personnes qui en sont atteintes, jusqu’à ce qu’un vaccin permettant de vaincre et de contrôler la propagation du virus soit trouvé.

Normalement, à ce stade et en raison de cette pandémie, les gens décèdent en raison du manque de soins. Ces décès ne risquent pas seulement d’emporter la vie de millions de personnes démunies dans les pays en développement, mais aussi celle de citoyens de pays riches qui sont soit exclus du système de santé de leur pays, soit constatent que ce système de santé n’est pas adapté à de telles urgences médicales.

Les prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes connaissent probablement mieux que quiconque la signification du manque de soins de santé lorsqu’ils en ont besoin, car nombre d’entre eux sont tombés en martyrs en raison de la négligence médicale des autorités d’occupation israéliennes.

La pandémie de coronavirus a révélé la faiblesse du système néolibéral globalisé, ou comme l’appelle Samir Amin, « le néolibéralisme débridé ». Ce système est devenu dominant dans le monde après l’effondrement du socialisme à la fin des années 1980 et au début des années 1990. Ce système est basé sur le libre-échange international absolu ou semi-absolu. Le capitalisme a transcendé les frontières traditionnelles des pays et a ouvert les marchés à l’échelle de la planète. L’évolution d’Internet, des médias sociaux et des transports signifie que les industries mondialisées dépendent dans leur production de chaînes de valeur relativement longues qui s’étendent à travers les pays ou les continents, de la fourniture de matières premières à l’approvisionnement des marchés de consommation. À l’heure actuelle, il est question d’abandonner les secteurs des services au profit du commerce international, ce qui constitue une nouvelle étape du libre-échange mondial.

La réalité est que cette pandémie et le manque de moyens qui en résulte pour le secteur de la santé, ont révélé la réalité du système néolibéral globalisé. La faiblesse des investissements dans le secteur de la santé publique a également été révélée, même dans les pays riches tels que la France, l’Italie et les États-Unis, étant donné qu’un certain nombre de services fournis par le secteur public ont été transférés au secteur privé dans le cadre d’une restructuration et d’une recherche de profit économique. Néanmoins, l’histoire est différente dans les pays en développement, car leur secteur de la santé souffre de faibles capacités à fournir des services, et de services globalement médiocres, ce qui le rend incapable de répondre aux besoins des citoyens en temps normal et encore moins en cas d’urgence.

On peut voir le pire point auquel l’humanité est arrivée quand on suit la carte internationale de la division du travail et de la production. Vous verrez que la production de produits pharmaceutiques et de fournitures médicales est également incluse dans une telle division. La Chine et la Turquie se sont spécialisées dans la production de masques et d’ustensiles de protection médicale, tandis que l’Inde s’est spécialisée dans la production de matériaux de base utilisés dans la production pharmaceutique. Comme le coronavirus est devenu une crise mondiale, la demande de fournitures médicales, de ventilateurs et de réanimateurs a augmenté. Ainsi, de nombreux pays se sont retrouvés à court de fournitures médicales en général, tandis que les quantités pouvant être exportées dans le monde ont été limitées, voire totalement bloquées. Cette pénurie mondiale a entraîné l’exacerbation de la crise sanitaire dans les pays durement touchés par le virus, et a conduit à l’augmentation du nombre d’infections et de décès dans le monde.

Avec l’augmentation des enchères et d’une véritable piraterie pour les fournitures médicales, tout en tournant le dos aux pays qui en ont le plus besoin, nous pouvons clairement voir la laideur et la dégradation éthique que le système mondial actuel a atteint pour faire face à cette pandémie. Quant aux institutions monétaires internationales, telles que la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, elles ont fourni des conseils et ont fait pression sur les pays pour qu’ils modifient leurs schémas de dépenses dans les secteurs sociaux, y compris le secteur de la santé, afin de réduire le déficit des budgets de l’État et de réaliser des taux de croissance plus élevés.

Ce genre de recettes a été appliqué tant par les pays riches que par les pays pauvres, et on peut même affirmer que la théorie néolibérale est devenue une véritable religion pour l’élite qui dirige la plupart des pays en développement et des pays avancés. Par exemple, le président américain Donald Trump s’est efforcé d’annuler même les approches très timides vers un système de soins de santé universel adoptées par son prédécesseur Obama, laissant des millions de citoyens américains sans couverture médicale pendant la crise. Au cours des trois dernières décennies, la France et l’Italie ont perdu respectivement cent mille et quatre-vingt-dix mille lits d’hôpitaux en raison de la réduction des dépenses publiques dans le secteur de la santé, conformément aux recommandations des économistes néolibéraux.

Il convient de noter qu’une branche entièrement nouvelle de l’économie a émergé, à savoir « l’économie de la santé », qui a soumis le secteur de la santé au calcul des pertes et profits conformément à la théorie néolibérale en économie. Cela signifie que l’équilibre entre l’offre et la demande est pris en compte dans la fixation des prix, sans même considérer que la vie humaine est plus précieuse et plus importante que tout calcul économique.

Il convient de noter que les pratiques monopolistiques des grandes sociétés pharmaceutiques pendant la propagation du sida en Afrique en sont un des exemples les plus récents. Ces sociétés ont refusé de réduire leurs prix ou d’autoriser les entreprises africaines à produire des médicaments alternatifs qui empêchent le transfert du virus de la mère au fœtus pendant la grossesse. Elles ont refusé de le faire en partant du principe qu’elles doivent protéger leur propriété intellectuelle et leur rentabilité économique. Les demandes répétées de médecins français pour leur permettre d’utiliser l’hydroxychloroquine et l’azithromycine – deux médicaments bon marché et largement disponibles qui ont montré leur efficacité dans le traitement du COVID-19 selon de nombreux spécialistes – pour traiter les patients atteints de coronavirus, prouve à quel point les entreprises pharmaceutiques françaises interviennent dans le système de santé pour tenter de commercialiser ces médicaments antiviraux coûteux.

La situation est bien plus grave dans les pays en développement, car beaucoup d’entre eux ont un secteur de la santé à faibles moyens et sont incapables de répondre aux besoins quotidiens des citoyens. Ces pays ne disposent pas de suffisamment de lits médicaux ou de médicaments, ni d’un personnel médical suffisant pour faire face aux urgences.

Nous pouvons étudier les conditions qui sont celles de l’Autorité palestinienne en fonction de notre réalité actuelle, car l’incapacité de son secteur de la santé à faire face aux défis et aux crises est évidente. Selon un rapport de la Coalition pour la responsabilité et l’intégrité – AMAN sur les dépenses de développement dans les secteurs sociaux publié en 2019, le secteur de la santé palestinien souffre d’un déficit de financement annuel estimé à 1400 millions de Shekels, ce qui a eu un impact négatif sur sa capacité à répondre aux besoins médicaux de la population. Pour répondre à ces besoins, un système de transferts médicaux vers les hôpitaux israéliens et régionaux a été créé. Ce système est principalement basé sur l’achat de services médicaux à l’étranger plutôt que sur le renforcement des capacités du système de santé palestinien et la nationalisation des services.

L’AP a dépensé en moyenne 700 millions de Shekels par an au cours des deux dernières décennies pour ce système de transfert. Le déficit de financement dans le secteur de la santé aurait pu être comblé en réorientant les fonds du secteur de la gouvernance, qui consomme 43% du budget annuel de l’AP, en particulier en réformant le secteur de la sécurité qui consomme un budget annuel de 5,8 milliards de Shekels. Différentes analyses montrent que ce budget peut être réduit de moitié en restructurant le secteur de la sécurité, en fusionnant différents appareils de sécurité et en mettant fin au chevauchement des activités de ces services. Cela permettrait de répondre aux besoins sectoriels en matière de droit à la santé et de dégager un excédent de fonds pour le placer dans le développement économique.

La crise actuelle marque la fin du système néolibéral mondial que nous avons connu au cours des trois dernières décennies. Ce système a engendré une économie mondiale annuelle de 85 000 milliards de dollars et une dette mondiale de 250 000 milliards de dollars sans résoudre les problèmes de pauvreté, de chômage ou de changement climatique. De plus, ce système a connu un échec complet face à la première crise sanitaire mondialisée que l’humanité moderne ait connue. Cela promet la fin du « développement privatisé », c’est-à-dire du développement contrôlé par le secteur privé sans aucun plan, direction ou conseil central, par opposition au rôle de l’État qui dirige et oriente le processus de développement dans le pays.

Le « développement privatisé » se limite au développement économique sans tenir compte de l’essence du processus de développement, c’est-à-dire des individus. Il tente, par la terminologie utilisée, de présenter un partenariat entre le secteur public, le secteur privé et la société civile, de limiter le rôle de l’État et de céder la place aux concepts de profit et d’investissement. Ainsi, le rôle de l’État est devenu complémentaire de celui du secteur privé et les citoyens ont abandonné les concepts de droit à la santé, à l’alimentation, à l’éducation et à la vie. L’État n’est plus tenu de fournir ces droits, mais le marché devrait les fournir conformément aux concepts de profit et de perte.

Tant que le secteur privé dirigera le développement, ses investissements, qui sont régis par les principes de profit et de concurrence dans le contexte du libre-échange international, ne seront pas orientés vers l’amélioration des conditions de vie de l’humanité, mais plutôt vers l’augmentation du capital de ses détenteurs.

Dans un système mondial irrationnel où les milliardaires coexistent avec les affamés, où la richesse des huit personnes les plus riches du monde est égale à celle de la moitié la plus pauvre de la population, il devient urgent de changer de système au profit d’un système plus humain. Trouvons un système qui redistribue les richesses produites par l’humanité en fonction de nos besoins en tant que personnes et basé sur l’idée que nous faisons partie d’un système écologique plus vaste. Je me souviens ici de la déclaration de Barry Commoner : « Nous pouvons ici tirer une leçon fondamentale de la nature : que rien ne peut survivre sur la planète si elle ne fait pas partie, en coopération, d’un ensemble mondial plus vaste. »

26 avril 2020 – Samidoun – Traduction : Chronique de Palestine