L’occupant israélien assassine un responsable de la résistance palestinienne à Gaza

Photo : via Maan News
Bahaa Abu Ata, un des responsables de l'aile militaire du mouvement du Jihad Islamique (résistance palestinienne) - Photo : via Maan News
Qods NewsLes forces israéliennes d’occupation ont pris pour cible le domicile du responsable du Jihad Islamique Bahaa Abu Ata, à l’est de Gaza, l’assassinant lui et son épouse, et faisant plusieurs blessés.

Des sources locales ont déclaré à QNN qu’une forte explosion massive avait secoué la maison de la famille Abu Ata ce matin alors que des avions de combat israéliens survolaient le secteur.

Les sources ont confirmé que le dirigeant du Jihad Islamique, Bahaa Abu Ata, et son épouse avaient été tués dans l’explosion, qui a fait également plusieurs blessés.

L’armée israélienne d’occupation a revendiqué la responsabilité de l’assassinat et a déclaré que celui-ci avait été exécuté en coopération avec le Shin Bet israélien et avec l’approbation directe de Netanyahu.

Une déclaration de l’armée d’occupation israélienne a justifié son crime en qualifiant Abou Ata de « bombe à retardement » et en l’accusant de participer à des activités menées par le mouvement de résistance.

« Israël » viole régulièrement le cessez-le-feu de fait avec les factions de la résistance à Gaza, tue des manifestants et ravage des terres. Cependant, c’est la première fois que l’État d’occupation cible directement les chefs de la résistance, ce qui ouvrirait les portes à une nouvelle guerre dans l’enclave fortement peuplée et sous blocus.

L’occupant israélien a pris pour cible le domicile d’un responsable du Jihad islamique à Damas

Damas (QNN) – Le mouvement de résistance palestinien du Jihad islamique a déclaré qu’une attaque avait été perpétrée mardi contre le domicile d’un de ses responsables à Damas, tuant le fils de ce responsable et un autre civil, et blessant 10 autres personnes, dont sa fille.

Dans un communiqué publié à Gaza peu après qu’une attaque aérienne israélienne avait tué un haut commandant du Jihad islamique, le groupe a fait connaître le nom du responsable qui, selon lui, avait été visé dans la capitale syrienne, Akram al-Ajouri.

Les médias d’État syriens ont annoncé précédemment qu’au moins deux personnes avaient été tuées et six autres blessées lors d’une attaque lancée aux premières heures de la nuit contre un immeuble à Damas.

Un responsable du Jihad islamique a confirmé qu’il s’agissait du même incident dans lequel la maison du dirigeant politique, Akram Al-Ajouri, avait été touchée. Dans un communiqué, le Jihad islamique a imputé l’attaque à « l’ennemi criminel sioniste ».

Un peu plus tôt, les médias d’État avaient annoncé que l’armée syrienne avait ouvert le feu sur « une cible hostile » au-dessus de Darayya, une banlieue au sud-ouest de Damas. La Syrie utilise généralement ce terme pour désigner des cibles israéliennes.

Représailles de la résistance : des missiles tirés sur les colonies à proximité de Gaza

Gaza (QNN) – Les colonies israéliennes proches de Gaza ont essuyé de lourdes tirs de roquettes mardi matin après que des avions de guerre israéliens aient bombardé un bâtiment de la bande de Gaza, tuant le dirigeant du Jihad islamique palestinien Bahaa Abu Ata et son épouse et faisant également des blessés.

Des sirènes ont retenti dans les colonies israéliennes entourant la bande de Gaza, notamment Ashkelon, Ashdod et Gedera, alors que deux barrages différents de roquettes ont frappé l’État sioniste.

L’armée d’occupation israélienne a revendiqué l’assassinat et a justifié l’assassinat d’Abou Ata et de sa femme, en plus de blesser d’autres civils, en déclarant que le commandant Abou Ata était responsable de « nombreux attentats terroristes et d’attaques à la roquette contre l’État d’Israël et visait à mener d’autres attaques. »

L’armée israélienne a affirmé qu’elle était prête à plusieurs jours d’affrontements, ce qui fait anticiper de nouvelles victimes.

Elle a également bouclé tous les points de passage de la frontière de Gaza et réduit la zone de pêche à seulement 6 miles.

Saraya Al Quds, la branche militaire du mouvement du Jihad islamique, a déclaré que « les représailles de ce crime seront illimitées et aussi grandes que le crime commis par l’ennemi ». Elle a également déclaré que le mouvement avait visé Tel Aviv et Jérusalem occupée par plusieurs barrages de missiles.

Le Hamas présenté ses condoléances suite à l’assassinat d’Abu Ata et a souligné que « l’ennemi sioniste est responsable de toutes les conséquences de la dangereuse escalade et des assassinats ».

Shuhada Al Aqsa, la branche militaire du mouvement Fatah, a déclaré que les représailles de la résistance palestinienne seraient imparables.

_____________________________________________________________________________________________________________

Israël assassine le haut responsable du Jihad Islamique, Bahaa Abu-Ata, à Gaza

Middle-East-EyeMoatasim DalloulLe Jihad islamique a également annoncé qu’un membre du bureau politique, Akram al-Ajjouri, avait survécu à une attaque israélienne sur son domicile à Damas.

L’armée israélienne a annoncé mardi à l’aube avoir assassiné Bahaa Abul-Ata, haut responsable militaire du Jihad islamique à Gaza.

Dans un communiqué conjoint, l’armée israélienne et l’Agence de sécurité générale (Shin Bet) ont annoncé avoir lancé une frappe aérienne à quatre heures du matin, visant le bâtiment où se trouvaient Aboul Ata et son épouse.

Selon le communiqué, al-Atta était « le plus haut dirigeant du Jihad islamique » et l’assassinat avait été approuvé par le Premier ministre et ministre de la Sécurité israélien, Benjamin Netanyahu, il y a une semaine.

Photo : MEE /Loai Alaga
Le Jihad islamique a confirmé la mort d’abul-Ata et de sa femme Asmaa lors d’une attaque israélienne contre leur maison à l’est de la ville de Gaza – Photo : MEE /Loai Alaga

Dans un communiqué, le Jihad islamique a confirmé la mort d’Abul-Ata, le commandant du groupe dans le nord de la bande de Gaza, et de sa femme Asmaa, lors d’une attaque israélienne contre leur maison à l’est de la ville de Gaza.

Le ministère palestinien de la Santé a déclaré que les frères et sœurs du couple, Salim, Mohammed Layan et Fatima, ainsi que leur voisine Hanan Hellis, ont été blessés lors de la même frappe aérienne et sont dans un état qualifié de stable.

Le Jihad islamique a également annoncé qu’Akram al Ajjouri, membre de son bureau politique, avait survécu à une attaque israélienne contre son domicile à Damas et que son fils et plusieurs de ses gardes du corps avaient été tués.

Environ une heure après les tueries à Gaza, de nombreuses alertes à la roquette ont été lancées dans le sud d’Israël, notamment à Ashdod, Beit Elazari, Ashkelon, Zikim, Karmia et aussi au nord que Holon et Rishon Le Zion, dans la banlieue de Tel Aviv, signalant des représailles de la part du Jihad islamique.

« Nouvelle guerre israélienne »

S’adressant à Middle East Eye, Khalid al-Batch, membre du bureau politique du Jihad islamique, a déclaré: « Ces crimes sont l’annonce d’une nouvelle guerre israélienne contre le peuple palestinien et l’occupation israélienne en est coupable ».

Concernant le moment de l’assassinat, Batch a déclaré: « L’occupation israélienne détourne l’attention de ses crises internes vers les Palestiniens et leurs groupes de résistance. »

S’agissant de la tentative d’assassinat d’Ajjouri, il a déclaré: « L’occupation israélienne a franchi les frontières dans son agression contre les Palestiniens. »

« Il doit y avoir une réponse massive qui doit être à la hauteur des crimes. »

Batch a déclaré que son mouvement et son aile militaire étaient prêts à prendre des mesures de représailles et à défendre le peuple palestinien à Gaza et ailleurs.

Toutes les autres factions palestiniennes, y compris le Hamas, le Fatah et les Fronts populaire et démocratique, ont condamné « l’agression » israélienne et ont également accusé l’occupation israélienne de toute escalade éventuelle.

Hazim Qasim, porte-parole du Hamas, a déclaré à MEE: « L’occupation sioniste est tenue pour responsable des conséquences de cet assassinat et de cette dangereuse escalade. »

«La résistance contre l’occupation israélienne va continuer et s’intensifier. Le crime d’assassinat du dirigeant du Jihad islamique ne restera pas sans punition. »

Qasim a déclaré que les responsables communs des ailes militaires des factions palestiniennes décideraient de l’ampleur et de la durée des représailles.

Il a déclaré également que le Hamas ne prendrait jamais une décision isolée sur les questions palestiniennes, et que toute mesure devait être discutée avec les autres factions palestiniennes.

Les manœuvres de Netanyahu

Parlant à MEE, l’analyste politique Adnan Abu-Amer a déclaré que l’assassinat de Abul-Ata était le premier assassinat d’un haut responsable de la résistance palestinienne depuis 2012, année où Israël avait assassiné Ahmed al-Jaabari, haut responsable des Brigades Al-Qassam, l’aile militaire du Hamas.

Il n’a pas exclu que le meurtre conduirait à une escalade de violence à grande échelle, car le Jihad islamique se vengerait certainement de l’assassinat de ses dirigeants.

D’autres factions ne resteront pas silencieuses, notamment le Hamas, a-t-il déclaré, ajoutant que l’armée israélienne s’était déclarée prête pour une série d’affrontements de plusieurs jours.

Abu-Amer a déclaré que le moment de l’assassinat de Abul-Ata était lié aux conséquences des élections israéliennes, Netanyahu en tirant plusieurs avantages.

Il a ajouté que Netanyahu serait en mesure de différer les discussions sur la formation d’un gouvernement de coalition et de pousser les politiciens israéliens à accepter un gouvernement de coalition d’urgence dirigé par lui.

Le Premier ministre israélien serait également en mesure de revendiquer l’assassinat de Abul-Ata puisqu’il avait délibérément approuvé l’opération quelques heures avant de charger Naftali Bennett de diriger le ministère de la Défense.

12 novembre 2019 – Qods News Network – Traduction : Chronique de Palestine