L’Aliyah a du plomb dans l’aile et a besoin des chrétiens intégristes pour se maintenir à flot

Un chrétien sioniste participe à un rassemblement «Stand with Israel» à Boston, le 7 août 2014. Le rassemblement est intervenu alors que se déroule une offensive militaire israélienne qui a cette date avait déjà tué près de 2000 Palestiniens, dont au moins 1400 civils. Dans le même temps, trois civils en Israël et 64 soldats des troupes d'occupation avaient été tués par des militants de la résistance palestinienne - Photo : Ryan Rodrick Beiler/Activestills.org

Par Memo

L’aide à la migration juive vers Israël était autrefois l’apanage des organisations de la diaspora juive, mais elle est de plus en plus « sous-traitée » à des groupes sionistes chrétiens évangéliques, a rapporté Haaretz.

Le coût de l’arrivée de nouveaux migrants juifs en Israël est pris en charge par des groupes chrétiens intégristes alors que la philanthropie juive en faveur d’Israël continue de se tarir en raison de la désaffection dans le monde envers l’État sioniste.

La migration des Juifs en Israël – connue sous le nom d’Aliyah – est l’un des principes de base du sionisme. Pour les chrétiens évangéliques, le «rassemblement des exilés» en Terre Sainte est un précurseur du retour de Jésus – l’Armageddon, moment où tous les non-chrétiens, y compris les juifs, seront anéantis – et de l’Élévation des derniers jours.

Le financement de l’Aliyah par les sionistes chrétiens concorde non seulement avec leur programme politique, mais se fait également avec l’espoir d’accélérer une prophétie biblique.

Lire également : Bonnes nouvelles de Washington : le lobby pro-israélien commence à perdre pied

La promotion de l’Aliyah est l’une des missions clés de l’Alliance internationale des chrétiens et des juifs, qui recueille des fonds presque exclusivement auprès des évangéliques.

Fondée à la fin des années 1980 par feu Yechiel Eckstein, un rabbin orthodoxe de Chicago, le Fonds remet 12 millions de dollars par an à l’Agence juive pour financer les activités liées à l’Aliyah.

Haaretz a expliqué qu’il est difficile d’obtenir des chiffres précis sur le montant d’argent recueilli auprès des évangéliques pour l’Alyah, principalement parce que l’Agence juive et le Keren Hayessod, à travers lequel de grandes quantités sont acheminées, sont réticents à partager toutes les données.

Certains juifs trouvent que l’idée d’accepter de l’argent des chrétiens pour promouvoir la migration vers Israël est une situation «offensante et démobilisante». Cette tendance a suscité des inquiétudes même parmi les personnes qui sont de fervents défenseurs de l’État d’Israël.

«Pour nous, ne pas être en mesure d’atteindre cet objectif sioniste minimal d’amener en Israël les Juifs qui veulent venir, et de nous appuyer sur les chrétiens pour le faire, c’est abandonner notre sionisme», a déclaré Abraham Foxman, l’ancien directeur national de la Ligue anti-diffamation.

« C’est ce que le sionisme est censé être. Pourquoi avons-nous un État juif sioniste ? Si nous devons ‘sous-traiter’ le sionisme aux chrétiens, alors nous avons échoué dans ce que nous sommes. »

Lorsque les chrétiens évangéliques disent qu’ils ont besoin de Juifs en Israël et qu’ils ont besoin que le pays soit fort, a-t-il ajouté, nous savons pourquoi. « C’est pour la seconde venue du Messie. Alors, vous savez quoi? Je ne pense pas que les Juifs devraient aller en Israël pour la seconde venue du Messie. »

Lire également : Israël veut faire disparaître la communauté chrétienne de Palestine

Le montant d’argent alloué par l’Agence juive pour Aliya a chuté de façon spectaculaire, selon Haaretz, en raison d’une baisse spectaculaire de l’immigration. Cependant, la part représentée par les groupes chrétiens n’a cessé d’augmenter.

« Les problèmes financiers de l’Agence juive proviennent de la baisse continue des financements qu’elle reçoit des fédérations juives », a déclaré le quotidien israélien.

« Au cours des 20 dernières années, selon des sources bien placées, le montant d’argent que les fédérations ont remis à l’Agence juive pour son budget de base – la source de la plupart de ses dépenses pour l’Alyah – a diminué de plus de 60%, descendant à un peu plus de 70 millions de dollars l’année dernière. »

Il a suggéré que la raison de cette baisse est que les jeunes juifs américains sont moins enclins à faire des dons, et que d’autres préfèrent voir leur argent aller aux besoins juifs locaux plutôt qu’en Israël.

9 mars 2021 – Middle East Monitor – Traduction : Chronique de Palestine