Les prisonniers palestiniens lancent une grève collective de la faim

Photo : Archives
Palestine occupée - Rassemblement de soutien aux prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes - Photo : Archives
Tamara NassarDes centaines de prisonniers palestiniens ont entamé vendredi leur cinquième journée de grève de la faim dans plusieurs prisons israéliennes.

Le 8 avril, 400 Palestiniens ont lancé une grève de la faim de masse à durée indéterminée avec une longue liste de revendications, notamment l’amélioration des soins et des conditions de santé, la multiplication des visites de la famille et l’accès à un téléphone public.

Les prisonniers appellent également à la fin des mesures répressives imposées par un comité nouvellement formé présidé par le ministre israélien de la Sécurité publique, Gilad Erdan, dont l’objectif est d’aggraver les conditions de détention des Palestiniens emprisonnés et ramener leur niveau de vie au « minimum requis« , notamment en leur imposant des rations d’eau.

La grève, qui se déroule dans les prisons israéliennes d’Ofer, Gilboa, Megiddo, Eshel, Ketziot, Rimon et Nafha, a été annoncée il y a quelques semaines par les responsables du Hamas pour les prisonniers, et elle devait débuter deux jours avant les élections israéliennes du 9 avril.

Négociations

La grève de la faim a commencé un jour plus tard que prévu initialement en raison de négociations entre les autorités pénitentiaires israéliennes et la direction des prisonniers dans une « direction positive », selon le Club des prisonniers palestiniens.

Les services pénitentiaires israéliens auraient accepté de supprimer les dispositifs installés en mars qui bloquaient la réception d’appels téléphoniques afin d’empêcher les Palestiniens de communiquer avec le monde extérieur, selon le quotidien israélien Haaretz.

Le journal a cité un des principaux dirigeants des prisonniers – non identifié – qui aurait déclaré qu’un prisonnier du Hamas pouvait parler à sa famille, ce qui était une « preuve » que les dispositifs de brouillage ne fonctionnaient pas.

Cela a été contredit par Erdan, qui avait tweeté plus tôt cette semaine en démentant les informations selon lesquelles le service pénitentiaire israélien aurait accepté les demandes des prisonniers de retirer ces dispositifs.

La grève de la faim a été lancée malgré les informations faisant état de son retard ou de son annulation.

L’Égypte mène des négociations indirectes pour mettre fin à la grève de la faim.

Deux prisonniers de Rimon qui refusent de l’eau en plus de la nourriture ont été hospitalisés à la clinique de la prison de Ramle.

Pourquoi les prisonniers sont en grève ?

Les autorités pénitentiaires israéliennes ont commencé à mettre en œuvre en septembre dernier le plan du comité Erdan visant à aggraver les conditions de vie, quand elles ont activé des caméras de surveillance dans la cour de la prison pour femmes de HaSharon après la visite d’Erdan.

Pendant des semaines, les femmes palestiniennes ont refusé de se rendre dans la cour, le seul espace extérieur qu’elles sont autorisées à utiliser, en signe de protestation.

Les conditions de vie à HaSharon sont très difficiles, les détenus étant obligés de passer de longues heures dans des cellules étroites et humides, ce qui nuit à leur santé physique et psychologique.

En guise de mesure punitive, les femmes ont ensuite été déportées de la prison de HaSharon à la prison de Damon, connue pour « son infrastructure délabrée et insuffisante, ses manques de services sanitaires adéquats, d’intimité et de nécessités élémentaires en matière d’hygiène », selon le groupe de défense des droits des prisonniers Addameer.

La direction de la prison israélienne a ensuite installé en mars à Rimon, dans la prison de Rimon, des dispositifs qui bloquent la réception des communications téléphoniques pour empêcher les Palestiniens emprisonnés de communiquer avec le monde extérieur, selon Haaretz, avec l’objectif d’étendre le système à d’autres prisons.

Les Palestiniens de la prison de Rimon ont protesté contre la mesure en brûlant des matelas dans leurs cellules. Les autorités pénitentiaires ont ensuite imposé aux prisonniers des amendes d’un montant total de 70 000 dollars, à confisquer sur les comptes sur lesquels les familles transfèrent des fonds pour les achats de leurs proches à la cantine de la prison.

Les forces israéliennes ont mené plusieurs raids violents contre les prisonniers palestiniens, faisant de nombreux blessés.

« L’administration pénitentiaire a également confisqué des livres, des effets personnels et réduit la quantité et la qualité des repas », a déclaré Addameer.

Coups de couteau

Les raids ont eu lieu après qu’Israël ait déclaré que deux gardiens de prison avaient été poignardés à la prison de Ketziot dans la région du Naqab (sud) le mois dernier.

Israël a inculpé Islam Wishahi, un prisonnier palestinien, pour « tentative de meurtre » pour avoir poignardé deux gardiens de prison.

Wishahi, originaire de la ville de Jénine en Cisjordanie occupée, purgeait les deux dernières années de sa peine de 19 ans. Il avait été condamné par des tribunaux militaires israéliens qui l’avaient privés des droits élémentaires d’une procédure régulière.

« Les prisonniers demandent également l’annulation des peines prononcées à l’encontre des détenus impliqués dans les récentes émeutes », a déclaré Haaretz, notamment des peines encourues pour les prétendus coups de couteau.

Solidarité

Les Palestiniens de la ville occupée de Naplouse en Cisjordanie ont organisé jeudi une manifestation de solidarité avec les grévistes de la faim.

Comme l’ont fait les Palestiniens dans les villes occupées de Bethléem et de Ramallah.

Les utilisateurs de médias sociaux expriment leur solidarité en utilisant le hashtag « Bataille de la Dignité 2 » en arabe.

La première Bataille de la dignité a été la grève de la faim de masse en 2017, lorsque 1500 Palestiniens dans les prisons israéliennes ont refusé de manger pendant environ 40 jours.

Alors que la protestation actuelle débute, le service pénitentiaire israélien refuse à Marwan Barghouti, responsable du Fatah emprisonné, une des figures majeures de la grève de la faim de masse de 2017, des visites de sa famille et de son avocat.

12 avril 2019 – The Electronic Intifada – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.