Israël veut-il étendre son arsenal de bombes atomiques ?

L'nstallation nucléaire très secrète de Dimona dans le désert du Néguev - Photo : via Al-Quds News Network

Par Al-Quds

Hors de tout contrôle international, une installation nucléaire israélienne fait l’objet de travaux de construction décrits comme les plus importants depuis des décennies.

Une installation nucléaire israélienne connaît ce qui semble être son plus grand projet de construction depuis de nombreuses années, selon des photos satellites analysées par l’Associated Press [AP].

Une excavation de la taille d’un terrain de football et correspondant probablement à plusieurs niveaux de profondeur se trouve maintenant à quelques mètres du réacteur vieillissant du centre de recherche nucléaire Shimon Peres Negev, près de la ville de Dimona.

L’installation abrite déjà des laboratoires souterrains vieux de plusieurs décennies qui retraitent les barres usées du réacteur pour obtenir du plutonium de qualité militaire pour le programme de bombes nucléaires d’Israël.

Les images satellites capturées lundi par Planet Labs Inc. après une demande de l’AP fournissent la vue la plus claire à ce jour de l’activité. Juste au sud-ouest du réacteur, des ouvriers ont creusé un trou d’environ 150 mètres de long et 60 mètres de large. Les résidus des travaux de creusement peuvent être vus à côté du site. Une tranchée d’environ 330 mètres court près du chantier.

D’autres images de Planet Labs suggèrent que les travaux près du réacteur ont commencé au début de 2019 et ont progressé lentement depuis.

Lire également : Menace nucléaire : selon une étude américaine, Israël possède près de 115 bombes atomiques

Cependant, à quoi sert la construction n’est pas très évident.

Le gouvernement d’occupation israélien n’a pas répondu aux questions détaillées de l’AP sur le projet, a déclaré AP.

Dans le cadre de sa politique « d’ambiguïté nucléaire », Israël ne confirme ni ne nie avoir des armes atomiques.

Il fait partie des quatre pays qui n’ont jamais adhéré au Traité sur la non-prolifération, un accord international historique destiné à arrêter la prolifération des armes nucléaires.

La construction intervient alors qu’Israël, sous la direction du Premier ministre Benjamin Netanyahu, maintient sa critique violente du programme nucléaire iranien, qui reste sous la surveillance des inspecteurs des Nations Unies, contrairement au sien.

Lire également : L’hypocrisie du nucléaire au Moyen-Orient

Cela a renouvelé les appels des experts pour que l’État sioniste révèle publiquement les détails de son programme.

Ce que « le gouvernement israélien fait dans cette usine d’armes nucléaires, c’est quelque chose que le gouvernement israélien doit dire clairement », a déclaré Daryl G. Kimball, directeur exécutif de la Arms Control Association, basée à Washington.

Avec l’aide de la France, « Israël » a commencé à construire le site nucléaire à la fin des années 50 dans une zone alors désertique près de Dimona, une ville à environ 90 kilomètres au sud de Jérusalem.

Avec le plutonium de Dimona, «Israël» est généralement considéré comme l’un des neuf pays dotés d’armes nucléaires au monde.

Lire également : Et si l’on parlait de l’arsenal nucléaire israélien ?

Compte tenu du secret entourant son programme, le nombre d’armes atomiques qu’il possède reste incertain. Les analystes, cependant, estiment que l’État sinoiste a du matériel pour au moins 80 bombes [estimation très basse – NdT].

L’ambassadeur permanent d’Iran au bureau des Nations Unies à Genève a tiré la sonnette d’alarme face à l’expansion silencieuse par le régime israélien de son installation nucléaire hautement secrète de Dimona dans le désert du Néguev, renouvelant l’appel à la «destruction irréversible» des armes nucléaires par les détenteurs de ces armes interdites au niveau international.

S’adressant à la Conférence sur le désarmement parrainée par l’ONU à Genève mercredi, Esmaeil Baghaei Hamaneh a déclaré que les tentatives signalées par Israël d’agrandir les installations utilisées pour fabriquer des bombes nucléaires constituent une menace importante pour la paix et la sécurité régionales et internationales.

Il réagissait aux images satellites récemment publiées, qui ont révélé que le régime israélien – le seul détenteur d’armes nucléaires au Moyen-Orient – mène des activités de construction «importantes» à l’installation nucléaire de Dimona.

Citant des images satellitaires commerciales de l’installation, le Groupe international sur les matières fissiles (IPFM), un groupe d’experts nucléaires indépendants de 17 pays, a rapporté la semaine dernière qu’une «nouvelle construction importante» était en cours dans le complexe de Dimona.

La semaine dernière, le Panel international sur les matériaux fissiles de l’Université de Princeton a noté qu’il avait vu «une nouvelle construction importante» sur le site via des photos satellites disponibles dans le commerce, bien que peu de détails aient pu être dégagés.

«Je pense que le gouvernement israélien est soucieux de préserver et de maintenir les capacités nucléaires actuelles de la nation», a déclaré Avner Cohen, professeur d’études sur la non-prolifération au Middlebury Institute of International Studies de Monterey, qui a beaucoup écrit sur Dimona.

Lire également : Vanunu : l’homme qui en savait trop

«Si en effet le réacteur de Dimona se rapproche du déclassement, comme je le crois, on s’attend à ce qu’Israël s’assure que certaines fonctions du réacteur, qui sont encore indispensables, seront entièrement remplacées. »

Kimball, de l’Association pour le contrôle des armes, a suggéré que l’État sinoiste pourrait vouloir produire plus de tritium, un sous-produit radioactif à décomposition relativement plus rapide utilisé pour augmenter le rendement explosif de certaines ogives nucléaires.

Il pourrait également vouloir du plutonium frais «pour remplacer ou prolonger la durée de vie des ogives déjà présentes dans l’arsenal nucléaire israélien», a-t-il ajouté.

25 février 2021 – Al-Quds News – Traduction : Chronique de Palestine