Faut-il prendre au sérieux la dernière proposition de Biden pour un cessez-le-feu ?

25 mai 2024 - Scène de Jabalya après le départ des troupes israéliennes d'occupation. Les destructions infligées et les massacres commis par l'armée génocidaire dépassent l'entendement... La cruauté et la monstruosité des troupes israéliennes resteront à jamais dans l'histoire comme une marque indélébile suscitant consternation et honte - Photo : réseaux sociaux

Par Mitchell Plitnick

Si les détails de la proposition de Joe Biden en faveur d’un cessez-le-feu à Gaza restent vagues, il n’en reste pas moins qu’un résultat des combats est clair : Israël et les États-Unis sont les perdants.

Lorsque le président américain Joe Biden a pris le micro vendredi, il a regardé sa montre avant de commencer son discours, plaisantant sur le fait qu’il voulait s’assurer qu’il s’agissait bien de l’après-midi.

Étant donné qu’il a eu près d’une heure de retard, quelqu’un lui a peut-être dit en coulisses d’attendre que le début du shabbat en Israël soit proche. De cette façon, les ministres d’extrême droite et observant le shabbat, tels que Bezalel Smotrich et Itamar Ben-Gvir, auraient eu à attendre un jour pour répondre à un discours qu’ils ne voulaient certainement pas entendre.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu n’a pas non plus été très satisfait du discours de M. Biden, bien qu’il ait dû savoir longtemps à l’avance qu’il allait être prononcé.

Biden a consacré l’essentiel de son intervention à présenter ce qu’il a appelé « une nouvelle proposition israélienne » pour mettre fin au massacre à Gaza. A tout le moins, le plan qu’il a présenté était remarquablement similaire à celui qu’Israël avait rejeté début mai, affirmant après un certain délai que le Hamas l’avait « modifié » lorsqu’il avait accepté l’idée.

On peut donc se demander pourquoi Israël l’accepterait soudainement aujourd’hui. Une partie de la réponse est venue peu après le discours de M. Biden, lorsque les deux chambres du Congrès et l’ensemble des dirigeants bipartisans ont lancé une invitation officielle à Netanyahu pour qu’il s’adresse à une session conjointe du Congrès, probablement à la fin du mois d’août ou au début du mois de septembre.

Cessez-le-feu : les manipulations sordides entre Israël et les États-Unis sautent aux yeux

La politique qui entoure tout cela est cynique, mais il ne fait aucun doute que les manifestations de masse organisées aux États-Unis et en Europe, dans le monde arabe et même en Israël ont poussé toutes les parties impliquées dans les pourparlers à au moins mettre une offre réelle sur la table.

Il n’en reste pas moins que ces politiques qui se répètent peuvent aussi signifier que l’assaut d’Israël se poursuivra.

Ce que nous savons de la « proposition »

À l’instar de l’accord mis sur la table il y a quelques semaines, la proposition de Biden est divisée en trois étapes.

La première phase prévoit un cessez-le-feu total pendant six semaines.

Israël se retirerait de « toutes les zones peuplées de Gaza » ; le Hamas et les autres groupes de la résistance libéreraient certains otages, notamment des femmes, des personnes âgées et des blessés, en échange de la libération de « centaines » de prisonniers palestiniens ; les civils palestiniens pourraient retourner chez eux partout dans la bande de Gaza ; et au moins 600 camions d’aide humanitaire entreraient dans la bande de Gaza chaque jour.

Certains détails cruciaux restent flous… Le plus important est peut-être de savoir ce que signifie le retrait d’Israël de « toutes les zones peuplées de Gaza » ? Si Israël ne s’engage dans aucune opération militaire, la présence de troupes semble dénuée de sens. Et si les Palestiniens peuvent retourner n’importe où dans la bande de Gaza, cela laisse très peu de terres « non peuplées » dans la minuscule bande de Gaza surpeuplée.

La deuxième phase est quelque peu ouverte et les détails sont censés être réglés au cours de la première phase. Biden a explicitement déclaré que si ces négociations n’étaient pas achevées dans les six semaines, le cessez-le-feu serait prolongé jusqu’à ce qu’elles le soient.

La deuxième étape prévoit un accord sur la fin permanente des hostilités, la libération de tous les otages vivants détenus à Gaza et le retrait total d’Israël de la bande de Gaza. Étant donné qu’il ne semble pas y avoir de cadre pour cette cessation permanente des combats, la perspective d’un succès en si peu de temps est douteuse.

La troisième étape verrait alors le retour des dépouilles de tous les otages décédés et le lancement d’un effort massif de reconstruction de Gaza par la communauté internationale.

Ce qui manque

Le plan est manifestement incomplet tel qu’il a été présenté, et l’on peut se demander s’il reste des détails essentiels à régler ou si ces questions, dont certaines sont très importantes, n’ont pas été incluses dans l’annonce pour des raisons politiques.

Le point le plus important qui est absent de la présentation de M. Biden est peut-être la gouvernance. Il est impensable qu’Israël ou les États-Unis soient prêts à tolérer un gouvernement du Hamas.

La résistance palestinenne veut imposer ses propres conditions à un accord sur un cessez-le-feu

L’Autorité palestinienne pourrait avoir plus de facilité à prendre le relais si le Hamas accepte cette offre et la présente comme une victoire pour le peuple palestinien.

Mais Israël accepterait-il vraiment cela ? Les habitants de Gaza seraient-ils prêts à accepter qu’une sorte de coalition internationale prenne temporairement le contrôle de Gaza ? Cela aussi semble peu probable, même si ce prix à payer pour mettre fin à ce supplice en vaudarit la peine.

Les questions des crimes de guerre, de l’affaire devant la CIJ et des mandats d’arrêt potentiels de la CPI restent ouvertes. Si les violences majeures à Gaza prennent fin, il est tout à fait possible que ces affaires disparaissent, et avec elles, l’espoir que les États puissants et leurs dirigeants qui commettent des crimes de guerre aient à répondre de leurs actes.

Là encore, il est difficile d’imaginer qu’Israël mette fin à ses massacres pour faire face à ces accusations, et difficile d’imaginer que les États-Unis restent les bras croisés.

Il y a également une question évidente dans l’éventuelle application. Biden a déclaré que si le Hamas violait les termes de cette proposition après qu’elle ait été acceptée, Israël pourrait alors reprendre sa campagne génocidaire. C’est une menace dont Israël disposera toujours.

Mais que se passera-t-il si Israël ne respecte pas sa part de l’accord ?

Biden semble avoir simplement supposé qu’Israël respectera l’accord s’il l’accepte. Les leçons d’Oslo ont complètement échappé au président, et la prise en compte du fait que seule une pression extérieure – qui doit inclure les États-Unis, bien qu’ils ne doivent pas être le seul État à exercer cette pression – peut garantir le respect de l’accord par Israël, est une fois de plus absente.

C’est un scénario qui se termine toujours très mal et que nous avons vu se dérouler à de nombreuses reprises au fil des années.

La politique de l’offre

Le moment choisi pour faire cette offre donne une idée de la raison pour laquelle elle a été faite aujourd’hui.

Donald Trump ayant été condamné la veille à New York pour 34 chefs d’accusation, Joe Biden souhaite vivement profiter de la mauvaise journée de Donald Trump, d’autant plus que, du moins dans un premier temps, la condamnation de Donald Trump ne semble pas lui avoir donné beaucoup d’élan.

Bien sûr, compte tenu de ce que son soutien au génocide à Gaza a coûté à Biden, tout moment est propice à la conclusion d’un accord. La vraie question est de savoir pourquoi Israël l’aurait soudainement accepté.

Tout d’abord, il est important de comprendre le processus suivi par Israël. Son équipe de négociation a travaillé avec l’Égypte, le Qatar et les États-Unis sur cet accord, mais il est peu probable qu’il s’agisse d’une offre d’Israël, comme l’a qualifié M. Biden.

Netanyahou aurait dû approuver l’offre faite par les États-Unis au nom d’Israël, mais cela ne signifie pas qu’Israël a officiellement accepté la proposition. C’est Netanyahu qui a le dernier mot, mais si les partis d’extrême droite menacent de quitter le gouvernement, il pourrait faire marche arrière.

Un cessez-le-feu en temps de génocide

En outre, Netanyahu n’a pas eu besoin de se faire forcer la main pour rejeter les cessez-le-feu qui conduiraient à la libération des otages détenus à Gaza, puisqu’il l’a fait à plusieurs reprises presque depuis le début.

Même si son gouvernement ne s’effondre pas immédiatement, il court toujours un risque sérieux, compte tenu des procès en cours pour corruption. La poursuite de la tuerie à Gaza permet d’éviter cette éventualité.

L’invitation du Congrès fait probablement partie d’un ensemble de mesures que Biden a proposé à Netanyahu pour que cette proposition soit appliquée, au moins provisoirement.

D’autres mesures incitatives, qui ne se sont pas encore concrétisées, pourraient permettre à Netanyahu d’améliorer son image en Israël ou à d’autres partis, tels que Yesh Atid de Yair Lapid, qui accepteraient de sauver son gouvernement si les partis d’extrême-droite se retiraient.

Mais Biden a désespérément besoin de sauver quelque chose de positif de la débâcle de Gaza, et s’il voit un moyen de sauver Netanyahu pour y parvenir, il y aura certainement recours.

Biden a ouvert la porte à Netanyahu dans son discours, en déclarant que tant de combattants du Hamas avaient été tués au cours des huit derniers mois qu’ils ne pourraient plus jamais monter un assaut aussi important que celui du 7 octobre.

Il a clairement tracé la voie que Netanyahu pourrait emprunter pour revendiquer une victoire en acceptant cet accord, en laissant entendre que la condition posée par Netanyahu, à savoir la défaite totale du Hamas, avait été remplie autant qu’il était possible de le faire de manière réaliste.

Les réponses

Pourtant, tant Netanyahu que le Hamas ont réagi de manière prudente et positive.

Le Hamas a publié une déclaration disant : « Le Hamas confirme qu’il est prêt à traiter de manière positive et constructive toute proposition basée sur le cessez-le-feu permanent et le retrait total [des forces israéliennes] de la bande de Gaza, la reconstruction [de Gaza] et le retour des personnes déplacées sur leurs lieux de vie, ainsi que la réalisation d’un véritable accord d’échange de prisonniers si l’occupation annonce clairement qu’elle s’engage à respecter cet accord ».

C’est une réponse intelligente.

Elle reflète le fait qu’ils sont encore en train d’analyser les détails, dont certains n’ont pas encore été rendus publics, et qu’ils ne s’engageront pas publiquement en faveur de l’accord tant qu’Israël n’aura pas affirmé son soutien à cet accord.

Le fait est que cette proposition répond en grande partie aux demandes répétées par le Hamas au cours des derniers mois : cessez-le-feu total, fin des hostilités, retrait total d’Israël et liberté totale pour les Palestiniens de retourner là où ils ont été chassés à Gaza.

Toutes ces choses ne se produisent pas nécessairement le premier jour, mais il est peu probable que le Hamas trouve un meilleur accord que celui-ci, et c’est certainement un accord qui lui permet de prétendre – d’une manière qui correspond à la réalité – qu’il a résisté à tout ce qu’Israël avait à lui faire subir, et que lui et la population de Gaza sont restés debout.

Israël aura son propre discours, et les partisans de chaque camp adopteront les différentes versions, mais c’est un argument réaliste que le Hamas peut faire valoir.

Biden a fait allusion à l’idée que cette proposition remettrait en selle une solution à deux États, ce qui est totalement absurde. Elle n’aura aucun effet sur cette illusion… Elle mettra simplement fin au massacre.

Biden a également laissé entendre que cela pourrait conduire à un accord de normalisation entre l’Arabie saoudite et Israël. Cela aussi est peu probable. Ce n’est pas impossible, mais il faudra qu’un certain nombre d’autres éléments se mettent en place, notamment l’approbation de cet accord par le Sénat et l’engagement d’Israël en faveur d’un État palestinien, ce qu’il est très peu probable que Netanyahu fasse.

En effet, si cet accord fait partie de celui-ci, c’est la porte ouverte à tous les désastres. Non seulement parce que l’idée de normalisation est une politique terrible pour les États-Unis, les Palestiniens et l’ensemble de la région, mais aussi parce qu’elle menace de susciter le même désespoir qui a joué un rôle important dans la décision du Hamas de lancer l’attaque du 7 octobre.

Biden serait mal avisé de poursuivre dans cette voie, même s’il sera tenté, étant donné son obsession pour l’idée d’une normalisation israélo-saoudienne et son désir ardent de remporter une victoire majeure en matière de politique étrangère.

Cette proposition, même si elle est acceptée, a peu de chances d’être une victoire pour Biden. La raison principale en est que l’ensemble de la proposition indique clairement qu’Israël et les États-Unis ont perdu.

La trêve qui pourrait être mise en place est sur la table depuis l’année dernière, sous une forme ou une autre. De nombreuses vies palestiniennes, ainsi qu’un certain nombre de vies israéliennes, auraient pu être sauvées.

Israël a insisté sur le fait que seule la force des armes pouvait libérer les otages, bien qu’elle a échoué à le faire, alors qu’un cessez-le-feu antérieur prévoyait la libération de près de la moitié des captifs israéliens.

Le Hamas continue d’exister, et il continuera d’exister, que cette proposition soit acceptée ou non. Les habitants de Gaza sont restés à Gaza, malgré les pertes massives en vies humaines.

Tout ce qu’Israël a accompli, ce sont des massacres et des destructions, tout en portant gravement et durablement atteinte à sa réputation dans le monde, non seulement auprès de millions et de millions de personnes, mais aussi auprès de nombreux gouvernements.

Tout cela aurait pu être évité, et il n’est pas nécessaire d’élaborer des plans compliqués pour y parvenir. Il suffit d’accorder aux Palestiniens les droits et les libertés que nous attendons tous.

Dans ce monde, il n’y a pas besoin du 7 octobre, pas besoin de haine, de peur et d’insécurité. Le discours de Biden et cette proposition n’indiquent pas qu’il le comprenne mieux aujourd’hui qu’il ne le comprenait le 6 octobre.

1er juin 2024 – Mondoweiss – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.