« Déluge d’Al-Aqsa » Jour 220 : la Résistance réinvestit le nord, tandis que 300 000 personnes ont fui Rafah

D’après les estimations, 1,7 million de personnes dans la bande de Gaza – dont la moitié sont des enfants – ont été déplacées et sont pratiquement à court d’eau, de nourriture et de médicaments. Leurs maisons ont été détruites, leurs familles déchirées. À Rafah, 600 000 enfants sont actuellement réfugiés dans l’enclave et ont trouvé refuge dans des tentes ou des logements de fortune n’offrant aucune stabilité. Un grand nombre d’entre eux ont été déplacés à plusieurs reprises et ont perdu leur foyer, leurs parents et des êtres qui leur sont chers. Ils ont besoin de protection, de soins médicaux et d’un abri - Photo : UNICEF/UNI571260/El Baba

Par Qassam Muaddi

L’armée israélienne a intensifié son assaut sur le camp de réfugiés de Jabalia et la zone de Zeitoun dans le nord de la bande de Gaza, alors que les organisations de la résistance s’y regroupent, quelques mois après que l’armée israélienne a prétendu avoir « vaincu le Hamas » dans le nord.

Victimes

  • 35 034+ Palestiniens assassinés dans Gaza (*) par les troupes d’occupation
  • 78 755 Palestiniens blessés dans Gaza suite aux tirs et bombardements israéliens.
  • 498+ Palestiniens assassinés en Cisjordanie et à Jérusalem (**) depuis le 7 octobre

(*) Le ministère de la santé de Gaza a confirmé le 9 mai 2024 ce chiffre sur la chaîne Telegram. Certains groupes de défense des droits de l’homme estiment le nombre de morts bien plus élevé si l’on tient compte des personnes présumées mortes.

(**) Le nombre de morts en Cisjordanie et à Jérusalem n’est pas mis à jour régulièrement. Il s’agit du dernier nombre communiqué par le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne à la date du 12 mai.

Principaux développements

  • Les Israéliens ont assassiné 130 Palestiniens et en ont blessé 241 depuis le vendredi 10 mai dans la bande de Gaza, portant le nombre de morts depuis le 7 octobre à 35 034 et le nombre de blessés à 78 755, selon le ministère de la santé de Gaza.
  • L’ambassadeur américain à Tel Aviv affirme que l’aide américaine à Israël ne sera pas interrompue et que rien de stratégique n’a changé dans les relations américano-israéliennes.
  • Netanyahu déclare que les Israéliens sont « déterminés à remporter une victoire absolue ».
  • Le ministre israélien de la guerre déclare que la guerre se poursuivra jusqu’au « démantèlement du Hamas ».
  • Les forces israéliennes intensifient leur assaut sur le camp de réfugiés de Jabalia, dans la ville de Gaza.
  • Les bombardements israéliens s’intensifient sur Rafah, alors que des centaines de milliers de personnes fuient la ville.
  • Les Israéliens assassinent un Palestinien et en blessent onze autres lors de raids militaires à Naplouse, en Cisjordanie.
  • Des colons israéliens incendient une maison à Douma, au sud de Naplouse.
  • L’UNRWA déclare qu’elle restera à Rafah « aussi longtemps que possible », tout en mettant en garde contre un « effondrement » de la société.
  • L’UNRWA ferme son bureau de Jérusalem à la suite d’un incendie à proximité. L’agence accuse des assaillants israéliens.
  • Le Hezbollah attaque plusieurs positions militaires israéliennes de l’autre côté de la frontière, alors que de nouvelles attaques israéliennes sont lancées contre le Sud-Liban.

Les Israéliens ont assassiné 130 Palestiniens depuis jeudi, tandis que les combats s’intensifient à Jabalia et Zeitoun

Le ministère palestinien de la santé, basé à Gaza, a annoncé que les derniers hôpitaux en service de la bande de Gaza ont accueilli 130 Palestiniens tués par des frappes israéliennes depuis le jeudi 9 mai, tandis que 241 autres sont arrivés blessés.

Pendant ce temps, les médias locaux ont rapporté qu’au cours des dernières 24 heures, les forces israéliennes ont poursuivi une nouvelle offensive sur le quartier de Zeitoun, dans le sud de la ville de Gaza, pour le cinquième jour consécutif.

Les incursions israéliennes ont été accompagnées de frappes aériennes intenses sur les quartiers de Zeitoun, Sabra et Shuja’iyya, ainsi que sur le camp de réfugiés de Jabalia, où les forces israéliennes ont également pénétré par voie terrestre.

Les frappes aériennes ont tué un nombre indéterminé de personnes dans la ville de Gaza, dont 17 membres d’une même famille au cours des dernières 24 heures. Tala Abu Zarifeh, un haut responsable du Front démocratique pour la libération de la Palestine (FDLP), figure parmi les personnes tuées.

Dans le centre de la bande de Gaza, des milliers de Palestiniens ont continué à fuir vers Deir al-Balah depuis Rafah, dans le sud. Pendant ce temps, des frappes israéliennes ont visé les camps de réfugiés de Nuseirat et de Bureij.

Dans le sud de la bande de Gaza, Israël poursuit son invasion de la partie orientale de Rafah, tout en menant des frappes aériennes sur tous les quartiers de la ville.

Des sources médicales palestiniennes ont déclaré que les équipes de secours ne peuvent pas atteindre les victimes dans certaines parties de la ville en raison des frappes de drones israéliens.

Les forces israéliennes ont également démoli plusieurs bâtiments dans l’est de Rafah.

Pendant ce temps, les forces israéliennes continuent de verrouiller les points de passage de Rafah et de Karam Abu Salem pour le septième jour consécutif, empêchant l’entrée de l’aide à Gaza.

Simultanément, des combats intenses ont été signalés entre les forces israéliennes et les groupes de résistance palestiniens dans la ville de Gaza et à Rafah.

Dans une opération conjointe, les Brigades al-Qassam et al-Quds ont bombardé des concentrations de forces d’occupation au sud du quartier al-Zaitun de la ville de Gaza. Les Brigades ont diffusé des images vidéo de l’opération de bombardement menée le 10 mai contre des véhicules israéliens qui avaient pénétré dans le quartier d’al-Zaitun de la ville de Gaza. Ce jour-là, 5 soldats israéliens ont été tués selon les chiffres officiels israéliens.

Vendredi, l’armée israélienne a annoncé que quatre soldats avaient été tués lors d’un combat avec des combattants palestiniens dans le quartier de Zeitoun, et que plusieurs autres avaient été blessés.

Plus tard, l’armée israélienne a indiqué que le nombre de ses soldats tués à Zeitoun s’élevait à cinq et qu’une cinquantaine d’autres avaient été blessés, ce qui constitue le nombre le plus élevé de soldats israéliens blessés en une seule journée depuis le début de l’invasion terrestre d’Israël.

Parmi les blessés, selon l’armée israélienne, se trouve le général de brigade Yogav Bar Sheshet, contrôleur adjoint de l’establishment de la défense. Bar Sheshet est le plus haut gradé israélien à être blessé dans la bande de Gaza depuis le début de la guerre.

Les forces israéliennes ont envahi la ville de Gaza pour la première fois en octobre, et ont ensuite prétendu avoir un « contrôle opérationnel total » dans la zone. La nouvelle offensive israélienne à Zeitoun est la troisième, et à Jabalia la deuxième, depuis le début de la guerre.

L’UNRWA déclare que 300 000 Palestiniens ont fui Rafah ces derniers jours

L’agence des Nations unies chargée de l’aide aux réfugiés palestiniens, l’UNRWA, a déclaré samedi qu’il n’y avait plus de zones sûres dans la bande de Gaza. Le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a déclaré dans un message sur X que « l’affirmation de zones sûres est fausse et trompeuse ».

Parallèlement, le compte X de l’UNRWA indique que 360 000 Palestiniens ont déjà quitté Rafah depuis que l’armée israélienne a commencé à envahir la ville la semaine dernière, nombre d’entre eux fuyant les bombes israéliennes pour la sixième et la septième fois depuis le mois d’octobre.

Dans ses commentaires publics depuis Genève, M. Lazzarini a déclaré que les Palestiniens de Gaza ont fui les bombardements israéliens depuis octobre au rythme d’une fois par mois.

L’UNRWA a également déclaré qu’il n’évacuerait pas Rafah et resterait dans la ville pour fournir une aide à la population palestinienne aussi longtemps que possible.

Par ailleurs, les bureaux de l’agence à Jérusalem ont été contraints de fermer après qu’une foule israélienne a mis le feu au périmètre des bureaux à deux reprises jeudi.

L’UNRWA a déclaré que le feu a été déclenché alors que le personnel de l’UNRWA se trouvait à l’intérieur des bureaux et qu’ils ont dû éteindre le feu eux-mêmes car les camions de pompiers israéliens ont mis trop de temps à arriver.

Plusieurs vidéos ont circulé sur les réseaux sociaux, montrant des flammes autour des bureaux de l’UNRWA à Jérusalem, tandis que l’on pouvait entendre des Israéliens se réjouir bruyamment.

Israël a demandé la fermeture de l’agence, qui a été créée en 1949, à la suite de la Nakba palestinienne. Israël a accusé l’UNRWA de compter plusieurs militants du Hamas parmi ses employés.

Une enquête indépendante commandée par les Nations unies et le principal responsable de l’aide humanitaire de l’Union européenne ont estimé que ces allégations ne reposaient sur aucune preuve.

Ces accusations ont conduit 16 pays à retirer leur financement à l’UNRWA. Par la suite, la plupart des pays ont repris leur financement, à l’exception des États-Unis.

L’armée d’occupation assassine un Palestinien et en blesse 11 autres en Cisjordanie

Les forces israéliennes d’occupation ont assassiné un Palestinien et blessé 11 personnes lors d’un raid militaire dans le camp de réfugiés de Balata, à Naplouse ce dimanche. Le raid s’est heurté à des combattants palestiniens dans le camp et dans d’autres parties de la ville.

Le groupe de résistance palestinien basé à Naplouse, le Repaire aux Lions, a pleuré l’homme tué dans une déclaration comme l’un de ses combattants, l’identifiant comme Samer Rummanah, 27 ans, ajoutant qu’il a été tué au combat alors qu’il repoussait le raid.

Pendant ce temps, à Hébron, les forces israéliennes ont démoli six maisons palestiniennes dans le gouvernorat du sud de la Cisjordanie, sous prétexte qu’il n’y avait pas de « permis de construire ».

Les démolitions ont eu lieu à Masafer Yatta, l’ensemble des douze villages palestiniens du sud des collines d’Hébron déclarés « zone de tir » par Israël en 1981, et dans le village de Beit Ummar, au nord d’Hébron.

À Beit Ummar, les forces israéliennes ont démoli une maison de 170 mètres carrés appartenant à Nadim Sabarneh, un Palestinien détenu dans les prisons israéliennes.

La maison abritait une famille de neuf personnes, dont les parents, la femme et les enfants de Sabarneh. Sabarneh est membre du conseil municipal de Beit Ummar et a passé au total 12 ans dans les prisons israéliennes. Il est en détention administrative, sans inculpation, depuis 16 mois.

Par ailleurs, le Club des prisonniers palestiniens a déclaré que les forces israéliennes avaient kidnappé au moins 8 725 personnes depuis le mois d’octobre. Actuellement, Israël détient 9 500 Palestiniens dans ses prisons, dont 80 femmes, 200 enfants et plus de 3 600 détenus sans inculpation.

13 mai 2024 – Mondoweiss – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.