« Déluge d’Al-Aqsa » Jour 172 : Israël poursuit ses attaques sur les hôpitaux de Gaza

Scène de destruction dans les bombardements israéliens à Gaza - Photo : via The Palestine Studies

Par Qassam Muaddi

Le Conseil de sécurité des Nations unies a finalement adopté une résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat à Gaza, les États-Unis s’étant abstenus de voter. Cependant, Netanyahu s’est engagé à poursuivre la guerre, les forces israéliennes attaquant actuellement deux grands hôpitaux de Gaza.

  • 32 414+ Palestiniens assassinés dans Gaza (*) par les troupes d’occupation
  • 74 787 Palestiniens blessés dans Gaza suite aux tirs et bombardements israéliens.
  • 448+ Palestiniens assassinés en Cisjordanie et à Jérusalem (**) depuis le 7 octobre

(*) Le ministère de la santé de Gaza a confirmé ce chiffre sur la chaîne Telegram. Certains groupes de défense des droits de l’homme estiment le nombre de morts bien plus élevé si l’on tient compte des personnes présumées mortes.

(**) Le nombre de morts en Cisjordanie et à Jérusalem n’est pas mis à jour régulièrement. Il s’agit du dernier nombre communiqué par le ministère de la santé de l’Autorité palestinienne à la date du 17 mars.

Principaux développements

  • ONU : le Conseil de sécurité adopte une résolution en faveur d’un cessez-le-feu « durable » sans le veto des États-Unis. Netanyahu déclare qu’Israël poursuivra la guerre jusqu’à la libération des prisonniers israéliens.
  • UNRWA : Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, réaffirme que l’UNRWA est une « bouée de sauvetage » pour les Palestiniens de Gaza.
  • Les remarques de M. Guterres sont intervenues après que le président américain Biden a signé un projet de loi sur le financement du gouvernement interdisant effectivement à l’UNRWA de recevoir des fonds américains jusqu’en 2025.
  • Lundi, le commissaire général de l’UNRWA, Philippe Lazzarini, a déclaré que 171 employés de l’UNRWA avaient été tués par les forces israéliennes depuis le 7 octobre.
  • Neuf Palestiniens ont été déclarés morts et cinq portés disparus par les autorités de Gaza après s’être noyés en tentant de récupérer des colis d’aide largués par avion et tombés dans la mer au nord de la bande de Gaza. Au moins 27 Palestiniens de la bande de Gaza, des enfants pour la plupart, sont morts de malnutrition due au manque d’accès à la nourriture.
  • Les forces israéliennes ont blessé deux Palestiniens lors de raids militaires dans la ville de Naplouse et dans le camp de réfugiés de Balata.
  • Les forces israéliennes ont également arrêté 30 Palestiniens en Cisjordanie, ce qui porte à 7 800 le nombre de Palestiniens kidnappé par Israël depuis octobre. Le nombre total de Palestiniens détenus dans les prisons israéliennes s’élève à 9 100.
  • Plus de 100 Palestiniens tués à Gaza en 24 heures.

Le Conseil de sécurité des Nations unies adopte une résolution sur le cessez-le-feu, avec l’abstention des États-Unis

Le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté lundi une résolution appelant à un cessez-le-feu immédiat dans la bande de Gaza, près de six mois après le début de l’assaut israélien contre le territoire assiégé.

La résolution a été adoptée après l’abstention des États-Unis, ce qui constitue un changement notable par rapport à leurs positions antérieures, puisqu’ils avaient opposé leur veto à trois tentatives de résolution en faveur d’un cessez-le-feu au cours des derniers mois.

La semaine dernière, la Russie et la Chine ont opposé leur veto à une proposition de résolution de cessez-le-feu présentée par les États-Unis. La résolution demandait la libération inconditionnelle des prisonniers israéliens restants dans la bande de Gaza comme condition préalable à l’entrée de l’aide humanitaire à Gaza.

La résolution adoptée lundi appelle également à la libération des prisonniers israéliens et à l’entrée de l’aide humanitaire avec la « levée de tous les obstacles » qui l’empêchent d’entrer. Il convient toutefois de noter que le libellé de la résolution ne subordonne pas ces deux dispositions l’une à l’autre.

Le Hamas a salué la résolution, déclarant dans un communiqué qu’il était prêt à procéder immédiatement à un échange de captifs avec Israël. Depuis octobre 2023, le Hamas a proposé de nombreux échanges de prisonniers avec Israël, dans le cadre desquels des centaines ou des milliers de Palestiniens détenus par Israël seraient libérés en échange des Israéliens détenus à Gaza.

Le groupe, ainsi que d’autres factions palestiniennes, a libéré une cinquantaine de prisonniers israéliens dans le cadre d’un échange avec Israël lors d’une pause temporaire dans les combats en novembre dernier. En échange, Israël a libéré 240 femmes et enfants palestiniens de ses prisons, bien que les forces israéliennes aient depuis arrêté à nouveau un certain nombre des détenus palestiniens libérés.

Israël, pour sa part, a rejeté la résolution le jour même, le bureau du Premier ministre israélien Netanyahu déclarant dans un communiqué que les États-Unis avaient « abandonné » leur position antérieure qui liait un cessez-le-feu à une libération de captifs.

25 novembre 2023 – Vingt-quatre femmes et 15 adolescents ont été libérés hier dans le cadre de la première étape de l’accord d’échange de prisonniers. Cet accord fait partie de la trêve conclue entre le régime colonial israélien et le mouvement Hamas. Dans le cadre de cette trêve, d’autres captifs et prisonniers devraient être libérés par les deux parties dans les prochains jours. L’organisation israélienne HaMoked a indiqué qu’il y avait 6704 prisonniers palestiniens dans les prisons israéliennes, dont 2070 détenus administratifs, une forme de détention arbitraire. Défense des Enfants International-Palestine (DCIP) estime qu’en moyenne 500 à 700 enfants sont détenus par les forces israéliennes chaque année – Photo : Activestills

Netanyahu a également annoncé l’annulation de la visite d’une délégation israélienne à Washington, où elle devait rencontrer des responsables américains dans le courant de la semaine. Le Premier ministre israélien a ajouté qu’il n’arrêterait pas la guerre tant que des prisonniers israéliens seraient encore détenus à Gaza.

Lundi, le porte-parole de la Maison Blanche, John Kirby, a déclaré que les États-Unis étaient « perplexes » face à la réaction d’Israël, soulignant que l’administration Biden « n’a pas changé de position ». Kirby a ajouté que la résolution de l’ONU « n’est pas contraignante et qu’elle n’a donc aucune incidence sur la capacité d’Israël à poursuivre le Hamas ».

Onze massacres dans la bande de Gaza

Le ministère palestinien de la santé a annoncé que 107 Palestiniens ont été assassinés dans 11 massacres commis par les forces israéliennes d’occupation au cours des dernières 24 heures.

Au nord de Rafah, des bombardements israéliens ont visé la maison de la famille Abu Naqira, tuant 21 Palestiniens, dont dix enfants.

Des bombardements israéliens ont également frappé les camps de réfugiés de Deir al-Balah et d’al-Maghazi dans le centre de l’enclave.

Dans la ville de Gaza, au nord, les forces israéliennes ont bombardé la maison de la famille Abu Hasira, à proximité de l’hôpital al-Shifa, tuant 30 Palestiniens. Les forces israéliennes ont également poursuivi leurs incursions dans les environs d’al-Shifa, atteignant le camp de réfugiés d’al-Shati à l’ouest de l’hôpital.

Les brigades al-Qassam, la branche armée du Hamas, ont déclaré que leurs combattants continuaient à se battre contre les forces israéliennes dans les environs d’al-Shifa.

Le 16 mars, l’aile militaire du Hamas, les Brigades Izz ad-Din al-Qassam, a publié une vidéo montrant ses combattants faisant exploser un char de combat et deux véhicules blindés de transport de troupes des forces d’occupation israéliennes à Madinat Zahra, dans le centre de Gaza, à l’aide de grenades propulsées par fusée..

Le groupe a diffusé une vidéo montrant ses combattants ciblant les troupes israéliennes avec des fusils de sniper, en précisant qu’il s’agissait de la zone d’al-Shifa. L’armée israélienne a également admis que ses troupes continuaient d’affronter les combattants palestiniens dans les environs de l’hôpital.

Toujours lundi, neuf Palestiniens sont morts noyés alors qu’ils tentaient de récupérer de l’aide humanitaire tombée en mer dans le nord de la bande de Gaza. Cinq autres sont portés disparus.

Les États-Unis, la Jordanie, le Qatar, la Belgique et la France continuent d’effectuer des largages d’aide dans la bande de Gaza assiégée, alors qu’Israël continue de bloquer l’entrée des camions d’aide par les points de passage terrestres habituels. Les autorités de Gaza ont déclaré que les largages aériens étaient dangereux et inefficaces, et qu’au moins 18 Palestiniens avaient été tués en raison du mauvais fonctionnement des largages aériens.

Les forces israéliennes attaquent l’hôpital al-Amal alors que le siège d’al-Shifa entre dans son neuvième jour

Le Croissant-Rouge palestinien a annoncé que l’hôpital al-Amal de Khan Younis, dans le sud de la bande de Gaza, a été complètement mis hors service lundi par les forces israéliennes d’occupation.

Les forces israéliennes ont envahi al-Amal et ont forcé des centaines de Palestiniens à quitter l’établissement, y compris le personnel médical, les patients et les familles qui s’étaient réfugiés dans l’hôpital.

Al-Amal est l’un des quatre hôpitaux qui fonctionnent encore dans la bande de Gaza après qu’une trentaine d’hôpitaux aient été mis hors service par les attaques israéliennes et le manque de carburant et de fournitures médicales depuis le 7 octobre.

Dans la ville de Gaza, les forces israéliennes continuent d’assiéger l’hôpital Al-Shifa pour le neuvième jour consécutif. Al-Shifa, le plus grand hôpital de Gaza, a été attaqué pour la première fois par les forces israéliennes en novembre, sous le prétexte mensonger que le Hamas et d’autres groupes armés opéraient à l’intérieur et sous l’hôpital.

Alors qu’une grande partie des patients palestiniens et du personnel médical ont été contraints de quitter l’hôpital, les Palestiniens ont commencé à revenir à Al-Shifa en février après le retrait des forces israéliennes de la zone.

Gaza, 24 mars 2024 – Jamila Al-Hissi, une Palestinienne prise au piège dans les environs de l’hôpital Al-Shifa à Gaza, a révélé les récits poignants de forces israéliennes violant les femmes et les tuant dans le complexe médical et dans ses environs. Elle a également révélé que de nombreuses familles avaient été contraintes d’évacuer les environs de l’hôpital. S’adressant à Al Jazeera Arabic, Mme Al-Hissi a déclaré que les forces israéliennes avaient violé des femmes, brûlé et tué des familles entières, et incendié un bâtiment où elles s’étaient réfugiées – Photo : via Quds News Network

L’armée israélienne a annoncé la semaine dernière qu’elle avait kidnappé des centaines de Palestiniens dans les environs d’al-Shifa, affirmant qu’ils étaient membres de groupes de résistance palestiniens.

Depuis le début de la dernière attaque contre l’hôpital, des témoignages ont fait état d’exécutions sommaires, d’agressions sexuelles et de tortures infligées à des civils pris au piège dans l’hôpital.

Lundi, un Palestinien détenu par les forces israéliennes dans les environs d’al-Shifa a déclaré à Al-Jazeera que les soldats israéliens « se divertissaient avec nous ».

« Ils ont emmené ma mère, mes sœurs et leurs enfants pendant trois jours, et ils nous ont obligés à nous allonger sur du verre brisé et à rester dans le froid », a raconté le Palestinien. « Pendant trois jours, ils n’ont vérifié nos identités qu’à la toute fin, juste avant de nous laisser partir. »

La défense civile palestinienne a déclaré lundi que des Palestiniens blessés et des cadavres restaient éparpillés dans l’enceinte de l’hôpital et que les tirs nourris israéliens empêchaient ses équipes de les évacuer.

Les rafles se poursuivent en Cisjordanie au milieu des affrontements

Les forces israéliennes d’occupation ont effectué des raids à Qalqilya et à Naplouse dans le nord de la Cisjordanie occupée, ainsi qu’à Bethléem et à Hébron dans le sud, kidnappant 30 Palestiniens, selon le Club des prisonniers palestiniens.

Dans le camp de réfugiés de Balata, à Naplouse, les forces israéliennes ont été confrontées à des résistants palestiniens armés à proximité du siège local du Fatah. Les forces israéliennes ont démoli des parties du bâtiment dans le camp, selon des sources locales.

L’armée israélienne avait bombardé le même bâtiment en novembre lors d’une frappe aérienne, tuant alors cinq Palestiniens.

Le Croissant-Rouge palestinien a rapporté que deux Palestiniens ont été blessés par des tirs à balles réelles à Naplouse, dont l’un dans le camp de réfugiés de Balata.

Les forces israéliennes ont également effectué des raids dans les quartiers de Rafidia et d’al-Makhfiya à Naplouse et dans certaines parties de la ville de Jénine, où les Palestiniens ont affronté les militaires à coups de pierres.

Des familles et proches endeuillés assistent aux funérailles de 4 Palestiniens assassinés par des frappes de drones israéliens dans le camp de réfugiés de Nur Shams, à Tulkarm, en Cisjordanie, le 21 mars 2024. Selon des témoins, l’armée israélienne a fait une incursion dans le camp pendant la nuit, déployant des équipes de tireurs d’élite et déclarant le camp comme une zone militaire fermée. Depuis le 7 octobre, les forces coloniales israéliennes et les colons ont assassiné au moins 440 Palestiniens en Cisjordanie – Photo : Wahaj Bani Moufleh / Activestills

Des enlèvements ont également eu lieu à Dura, au sud-ouest d’Hébron, à Beit Fajjar, au sud de Bethléem, et dans le camp de réfugiés de Jalazone, au nord de Ramallah.

Le Club des prisonniers palestiniens a déclaré dans un communiqué que le nombre de Palestiniens détenus par les forces israéliennes avait atteint 7800 prisonniers depuis le 7 octobre.

Au total, Israël détient actuellement 9100 Palestiniens dans ses prisons, dont 51 femmes, 200 enfants et 3500 détenus administratifs dans le cadre du système israélien de détention administrative, qui maintient les Palestiniens en prison sans inculpation ni procès.

26 mars 2024 – Mondoweiss – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.