Al-Aqsa : colère palestinienne contre les visites de « normalisation »

Photo : archives Info-Palestine.eu
Octobre 2013 - Mosquée al-Aqsa, Jérusalem - Prière à l’occasion du premier jour de l’Aïd - Photo : archives Info-Palestine.eu

Par Ahmad Melhem

Les Palestiniens sont furieux alors que des délégations des dictatures arabes visitent Al-Aqsa sous protection israélienne.

Des conflits ont éclaté à la mosquée Al-Aqsa dans la ville de Jérusalem entre les fidèles de Jérusalem et certaines délégations arabes et islamiques qui visitent la mosquée sous la protection de la police israélienne. Ces visites, qui devraient devenir plus fréquentes dans les prochaines semaines à la lumière des accords de normalisation entre Israël et les EAU et le Bahreïn, ont provoqué des réactions de colère de la part de l’opinion publique et des autorités palestiniennes.

Le 20 octobre, une délégation officielle des EAU s’est rendue pour la première fois en Israël et a signé une série d’accords de coopération. Ces accords comprennent une exemption de visa entre les deux pays et un accord pour des vols directs hebdomadaires.

Le 18 octobre, les habitants de Jérusalem ont affronté un groupe émirati qui avait pénétré dans la mosquée Al-Aqsa, le troisième site le plus saint de l’Islam, sous la protection de la police israélienne.

Une vidéo de l’incident est devenue virale. Un habitant de Jérusalem filmait alors qu’un membre du groupe l’approchait pour lui demander des informations sur les installations du Dôme du Rocher. L’habitant de Jérusalem a répondu : « Ne me parlez pas. Les gens comme vous qui normalisent ne sont pas autorisés à nous parler ». Il s’est ensuite adressé à un autre membre en disant : « Montrez un peu de respect et sortez d’ici. Vous êtes des ordures pour la normalisation », alors que le groupe quittait le site.

Le 15 octobre, un autre groupe de 10 personnes des Émirats arabes unis s’est rendu à Al-Aqsa et a été confronté à des habitants de Jérusalem qui ont été arrêtés par la police israélienne. Ceux-ci ont ensuite été libérés et interdits d’accès aux alentours d’Al-Aqsa.

La tension est montée d’un cran dans la mosquée, car les habitants de Jérusalem et le Mourabitoun d’Al-Aqsa (les observateurs et défenseurs du lieu saint) sont déterminés à expulser les visiteurs arabes du Golfe, et les harcèlent fréquemment lorsqu’ils viennent à la mosquée.

Le Premier ministre palestinien Mohammad Shtayyeh a déclaré lors de la session hebdomadaire de son gouvernement le 19 octobre : « L’entrée à Al-Aqsa doit se faire par la porte de ses propriétaires, et non par l’occupation », ajoutant : « Il est triste que certaines délégations arabes soient entrées à Al-Aqsa sous protection de l’occupant alors que les fidèles palestiniens sont empêchés d’entrer dans la mosquée pour prier ».

Le Waqf islamique responsable, qui gère les affaires du complexe d’Al-Aqsa, considère ces visites comme extrêmement dangereuses. Le chef de l’Autorité islamique suprême à Jérusalem, Ikrima Sabri, a déclaré à Al-Monitor que les visites de délégations arabes à travers Israël sont un produit des récents accords de normalisation entre certains pays arabes et Israël, ce dernier affichant délibérément son contrôle sur Al-Aqsa.

Il a ajouté que ceux qui normalisent leurs relations avec Israël et qui viennent en Palestine via Israël sont utilisés par l’État juif, ce qui indique que les visites des Émirats arabes unis ne valent pas mieux que les colons qui prennent d’assaut Al-Aqsa. Les visiteurs émirati ont pris peur et ne sont restés que quelques minutes malgré la forte protection assurée par la police israélienne.

Sabri a souligné que ceux qui s’opposent à ces groupes risquent d’être arrêtés et interdits par la police israélienne.

Le 17 août, le mufti de Jérusalem et des Territoires palestiniens, Cheikh Muhammad Hussein, a déclaré qu’il est interdit aux Emiratis de prier à Al-Aqsa, sur la base d’une fatwa émise en 2012, qui précise les critères pour visiter Jérusalem et Al-Aqsa. La liste n’inclut pas la normalisation.

Hatem Abdel Qader, membre du Conseil du Waqf islamique, a déclaré à Al-Monitor que la situation à l’intérieur d’Al-Aqsa est tendue dans le contexte de ces visites et des appels de certains Arabes du Golfe pour que le Waqf islamique ne soit plus en charge d’Al-Aqsa, en référence à un tweet de l’avocat et écrivain saoudien Abdulrahman al-Lahim, qui a appelé le Bahreïn, les EAU et Israël à « libérer la mosquée d’Al-Aqsa des voyous palestiniens », disant : « Ces voyous enragés abusent d’Al-Aqsa ».

Abdel Qader a ajouté qu’Israël essaie d’imposer un fait accompli à Al-Aqsa et d’usurper ou de réduire le rôle du Waqf islamique à des tâches simples comme l’appel à la prière.

Un groupe de colons a pris d’assaut Al-Aqsa le 22 octobre et a demandé que le Waqf islamique soit expulsé de la mosquée.

Abdel Qader a ajouté : « Nous soutenons tout musulman qui veut visiter Al-Aqsa, à condition qu’il passe par la porte palestinienne et le Waqf islamique. Cependant, nous n’avons pas à accueillir des invités arabes ou musulmans qui viennent par l’occupation et sous la protection de la police, et nous ne faisons pas de différence entre eux et les colons qui prennent d’assaut Al-Aqsa sous la protection de la police israélienne ».

Il a noté que « le Waqf islamique tiendra bientôt une réunion pour discuter de l’évolution de la situation d’Al-Aqsa et des mesures prises par l’occupant, y compris les visites de délégations arabes qui se normalisent » avec Israël, ajoutant que « cette question sera discutée en profondeur à la lumière des vols hebdomadaires attendus des EAU vers Israël ».

Abdel Qader a déclaré aussi qu’il dénonçait ces déclarations et prises de position arabes, disant qu’elles étaient comme celles des colons, exprimant sa crainte que ces positions arabes n’encouragent Israël à opprimer davantage les habitants de Jérusalem et à mettre en œuvre ses plans à l’intérieur d’Al-Aqsa. Il a souligné enfin qu’Israël ne se soucie pas des visites arabes et musulmanes à Al-Aqsa mais cherche à les exploiter pour créer un fossé entre les habitants de Jérusalem et les Arabes dans sa guerre contre les habitants de Jérusalem.

* Ahmad Melhem est un journaliste et photographe palestinien de Al-Watan News basé à Ramallah. Il écrit pour un certain nombre de publications arabes. Suivez son compte Twitter.


28 octobre 2020 – Al-Monitor – Traduction : Chronique de Palestine