La saison de la cueillette des olives et notre nostalgie de la solidarité internationale

Photo: Anne Paq/Activestils
Une famille palestinienne, avec des internationaux, ramasse les olives pendant la saison de récolte sur un terrain proche de colonie de Shilo dans le village de Cisjordanie de Qaryut, 13 novembre 2011. Les autorités israélienne d'occupation n'avaient donné que 3 jours à la famille pour tout récolter - Photo: Anne Paq/Activestils

Par Samah Jabr

Depuis une vingtaine d’années, la saison de la récolte des olives est devenue le moment fort de la solidarité internationale en Palestine.

Les internationaux de plusieurs pays, surtout de l’Europe et particulièrement de la France, sont venu-es pour aider les palestiniens à récolter leurs olives : ils et elles ont visité des villages, habité avec les gens, et à cette occasion j’ai rencontré beaucoup de personnes à mon cabinet qui voulaient apprendre davantage sur la santé mentale en Palestine.

Entre Palestiniens, nous nous moquions gentiment de l’efficacité des internationaux dans leur aide à la cueillette des olives.

Les mains d’ingénieurs, de professeurs, d’intellos internationaux ne se comparent pas à celles de paysans, mais les cœurs sont identiques dans leur volonté d’enraciner les Palestiniens dans leur terre et de sauvegarder leur héritage le plus important.

Lire également : Récoltes des olives en dépit des menaces israéliennes sur les frontières de Gaza – Asmaa al-Ghoul

Mais nous avons bien apprécié, et nous avons bien conscience que c’est grâce à la présence des internationaux que les colons reculaient et renonçaient à attaquer les paysans palestiniens dans la saison des récoltes.

Au cours des années passées, il y a des centaines de cas documentés ou en l’absence de témoins extérieurs, les colons ont brûlé les arbres et ont tiré sur les Palestinien-nes qui passaient toute la journée à récolter les olives.

A la tombée du jour, ils leur tiraient même dessus pour les empêcher de ramener leur récoltes, tout en profitant de l’occasion pour les voler.

Cette année à cause du Covid19, les Palestinien-nes affrontent les défis associés avec la saison joyeuse des récoltes, sans protection…

Nos souvenirs de la solidarité internationale nous donnent courage et espoir pour sauver une saison de récolte, et pour une fin imminente des dures conditions qui nous isolent, nous vulnérabilisent et nous séparent de nos ami-es solidaires.

N’oubliez pas les Palestinien-nes qui affrontent le Covid-19 et l’annexion dans cette saison des olives.

A3 * Le Dr Samah Jabr est une psychiatre qui exerce à Jérusalem-Est et en Cisjordanie. Elle est actuellement responsable de l’Unité de santé mentale au sein du Ministère palestinien de la Santé. Elle a enseigné dans des universités palestiniennes et internationales. Le Dr Jabr est fréquemment consultante pour des organisations internationales en matière de développement de la santé mentale. Elle est également une femme écrivain prolifique. Son dernier livre paru en français : Derrière les fronts – Chroniques d’une psychiatre psychothérapeute palestinienne sous occupation.

5 octobre 2020 – Transmis par l’auteur

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.