Le Dr. Eyad El-Sarraj : une lueur d’espoir pour Gaza

Le Docteur Ayad el Sarraj a été le fondateur du programme communautaire de santé mentale à Gaza. Il a eu un rôle pionnier en Palestine dans le domaine de la recherche et du traitement en santé mentale - Photo : Réseaux sociaux

Par Heba Hayek

En 2011, après une longue période de chômage qui a suivi l’obtention de mon diplôme universitaire, j’étais sur le point de commencer ma première mission professionnelle en tant que traductrice en anglais.

C’était à l’occasion d’une réunion sur la crise dans le Sinaï et elle se tenait à l’Al-Mathaf, un hôtel de Gaza. J’étais anxieuse mais aussi heureuse d’avoir enfin l’opportunité d’acquérir de l’expérience dans le domaine que j’avais choisi.

J’avais supposé que j’assurerai la traduction pour un groupe de cinq participants à la réunion, ou peut-être dix au maximum. Mais lorsque je suis entrée dans la salle de réunion de l’hôtel, j’ai été sous le choc : elle était remplie de nombreuses personnes, de nationalités et de langues différentes. Je suis restée figée sur place et regardai autour de moi, essayant vainement de m’accrocher à un visage familier.

Un homme est venu vers moi et m’a demandé : “Tu es Heba, n’est-ce pas ?”

Sans voix, j’ai simplement hoché la tête. “Le Dr. Eyad vous a recommandé et a dit que vous êtes un interprète qualifiée”, a déclaré la même personne. “Veuillez vous asseoir ici.” J’ai fait ce qu’il m’a dit et je me suis assise à côté d’un Britannique, dont le nom m’a complètement échappé dès qu’il s’est présenté. Le Britannique m’a donné un aperçu de la réunion : “Lisez ceci”, dit-il. “Vous pouvez y trouver toutes les réponses à vos questions. Nous commencerons dans cinq minutes.”

Cet homme était-il réel ? me suis-je demandé, au bord des larmes. Ce document fait près de 15 pages! Où est-ce que je commence ?

Rencontre avec un grand homme

Ce moment de panique était le produit de deux grands hommes… Le premier détait mon mari, Mosab, qui m’a toujours soutenue, même lorsque je tombais dans le désespoir parce que je n’avais pas pu entrer dans un programme de maîtrise ou trouver un travail. L’autre grand homme était le Dr Eyad El-Sarraj. Mosab le connaissait parce qu’ils étaient parents du côté de son père.

Lire également : La Palestine pleure la disparition du Dr Eyad El-Sarraj

Un matin, Mosab m’a appelée pour me dire : “J’ai donné au Dr Eyad ton C.V. Il veut te rencontrer, et tu as rendez-vous demain à 13 heures.”

J’étais très nerveuse, bien sûr, parce que le Dr Eyad était un homme politique, un militant pour la paix et un psychologue bien connu. Travailler avec lui signifierait beaucoup à ma carrière. Mais je craignais qu’il me pose des questions auxquelles je ne serais pas en mesure de répondre, puis qu’il me dise : “Désolé, tu n’es pas la bonne personne.”

Mosab m’a donné du courage en m’accompagnant au rendez-vous, qui a eu lieu dans le salon du Dr Eyad. À ma grande surprise, il portait des vêtements d’intérieur et une paire de pantoufles. Mais sa maison était superbement meublée. Un beau gramophone était posé sur un petit meuble du côté droit de l’entrée. Une grande bibliothèque bien ordonnée a attiré mon attention. Mon admiration pour la lecture m’a fait oublier une seconde la raison de notre visite, et je voulais parcourir tous les livres de cette bibliothèque.

Une fois assise, toute ma peur s’est estompée. “Votre CV. est très intéressant », m’a dit le Dr Eyad. “Il n’est pas facile de trouver quelqu’un d’anglophone avec une bonne expérience en gestion de projet. Mon assistant vous contactera dans quelques jours pour vous confier votre première tâche. Pas de soucis. Nous travaillerons ensemble sur vos antécédents en matière de gestion afin de vous responsabiliser dans votre travail.”

C’était tout ! Toutes les questions auxquelles je pensais être confrontée lors de l’entrevue n’ont pas été posées. Non seulement cela, mais il m’a aussi félicitée et mis en exergue mon expérience, et il voulait aller plus avant, comme s’il voyait quelque chose en moi que je ne pouvais pas encore distinguer.

Une riche carrière

Le Dr Eyad a étudié la médecine en Égypte en 1962, et il est devenu plus actif politiquement à partir de 1964 lorsqu’il a rejoint le Front de libération palestinien. Après la défaite de 1967, le Dr Eyad se sentit frustré, et il se concentra sur ses études et resta à l’écart des affiliations politiques.

«Je ne voulais pas étudier la médecine», a avoué le Dr Eyad, “mais c’était le souhait de ma mère”. Il sort diplômé de l’école de médecine en 1971, l’année où les troupes israéliennes ont occupé la bande de Gaza.

Lorsque le Dr Eyad est revenu à Gaza, il a travaillé à l’hôpital Al Shefa’a dans les départements de pédiatrie et de neurologie. Après un an de travail, il est allé à l’hôpital de Bethléem pour recevoir une formation en psychiatrie. Puis il s’est rendu au Royaume-Uni pour étudier la psychiatrie.

Il est revenu à Gaza en 1978 et a travaillé comme médecin-psychiatre. A cette époque, le travail psychiatrique n’était pas accepté dans la culture de Gaza, mais il a vaincu tous les obstacles.

Le Dr Eyad a fondé le programme de santé mentale communautaire de Gaza en 1990 afin d’aider les personnes traumatisées, mais son objectif principal était de fournir une aide psychologique aux enfants qui avaiuent souffert pendant le soulèvement de 1987 (la première Intifada).

Il croyait que, sans intervention, une génération qui vivait dans une atmosphère violente ne fera que produire plus de violence. Et puisque chaque action provoque une réaction, là où il y a haine, violence ou manque de justice, alors la même chose survient en retour.

Sa principale préoccupation était d’empêcher les jeunes de vivre comme des victimes et qu’ils défient l’occupation en formant une génération qui n’abandonnerait jamais sa terre malgré l’arrogance israélienne.

Au fil des années, il a réussi à agrandir sa petite clinique ainsi qu’à développer sa vision et sa mission. Il a aidé les femmes qui avaient perdu leur conjoint, leurs frères et leurs enfants. Et il a aidé des femmes qui pouvaient être confrontées à la violence domestique mais qui n’en parlaient pas, en raison des interdictions communautaires.

Travailler avec le Dr Eyad

À la fin de mon entretien avec le Dr Eyad, je suis rentrée chez moi en me demandant : «Quel sera mon travail ?» À peine une heure plus tard, l’assistant du Dr Eyad m’appelait pour me parler de la réunion à l’hôtel al-Mathaf, à laquelle le Dr Eyad participerait. “Veuillez être là à 18 heures. Précises ! », dit-il.

Lire également : Palestine occupée : les obstacles à la guérison des blessures traumatiques

Et c’est ainsi que je me suis retrouvée dans une salle remplie de personnes parlant différentes langues et ne sachant pas si je réussirais ou échouerais à ma première mission pour le Dr Eyad. Je me sentais dominée par ma peur et j’étais sur le point de pleurer. Mais j’ai ensuite fermé les yeux quelques secondes et rassemblé toutes mon énergie.

“J’y arriverai”, me suis-je dit.

La réunion a duré près de deux heures. Je suis allée d’une table à une autre, traduisant tout ce qui était dit. Traduire une idée d’un journaliste égyptien ou palestinien pour un journaliste américain ou allemand n’a pas été facile, en raison des différences de culture et de vision du monde. J’ai dû utiliser les mots et les phrases appropriés pour transmettre mes interprétations. Et chaque fois que je me sentais perdue, je prenais une profonde inspiration et je me disais: «Tu dois trouver la solution !”

Et je l’ai fait ! Je n’ai commis aucune erreur lors de la traduction, même si j’étais épuisée vers la fin de la réunion. À ma grande surprise, tous les participants m’ont remerciée et ont loué mes efforts. J’étais aux anges et toute ma fatigue a disparu.

Le lendemain, le Dr Eyad m’a appelé et m’a dit que tout le monde à la réunion était impressionné par mon travail de traduction. Il m’a demandé de traduire certains de ses articles. Ensuite, j’ai assisté à une réunion qu’il a eue avec un journaliste afin de noter tout ce dont il parlait.

Travailler à temps partiel avec le Dr Eyad a en effet été un excellent début de carrière. J’ai sollicité un contrat de deux mois, que j’ai obtenu, et j’ai reçu une excellente évaluation. Ensuite, j’ai trouvé un autre emploi à temps partiel avec un bon salaire. Pendant tout ce temps, j’ai continué à travailler à temps partiel en tant que traductrice avec le Dr Eyad.

Une profonde empreinte

Puis les jours ont passé et je n’ai plus reçu aucun appel de l’assistant du Dr Eyad. Plus tard, j’ai appris que le Dr Eyad avait quitté la bande de Gaza pour suivre une thérapie parce qu’il avait eu une rechute de leucémie, qui s’était révélée en 2006. J’ai prié pour qu’il aille mieux, mais en décembre 2013, le Dr Eyad a laissé ce monde, laissant derrière lui un grand héritage.

Le Dr Eyad a allumé une lueur d’espoir à l’intérieur de chaque personne désespérée à Gaza. Il rêvait d’un avenir meilleur pour la Palestine et ses habitants. Pour moi personnellement, il m’a redonné de espoir à un moment où je n’en étais presque dépourvue.

Je sais que tout le monde n’a pas la même vision de lui, néanmoins, il a laissé son empreinte. Chaque fois que le nom du Dr Eyad est mentionné, la lutte palestinienne pour la justice vient à l’esprit.

Que son âme repose en paix…

* Heba Hayek, palestinienne de Gaza et mère de trois enfants, travaille comme enseignante, interprète et traductrice en anglais. Elle adore écrire depuis l’âge de douze ans et elle croit profondément que “grâce aux mots, vous pouvez changer le monde.”

4 mars 2021 – We Are Not Numbers – Traduction : Chronique de Palestine – Lotfallah