Par souci humanitaire, la résistance libère 10 travailleurs thaïlandais et 1 philippin

Dans un souci humanitaire, 11 ressortissants travailleurs thailandais et philippins - faits prisonniers lors de l'offensive du 7 octobre -ont été libérés par la Résistance palestinienne, et ceci sans aucune demande de contrepartie - Photo : réseaux sociaux

Le mouvement Hamas a libéré un groupe de dix ressortissants thaïlandais et un citoyen philippin qui étaient détenus à Gaza, dans le cadre d’un accord distinct de celui conclu entre Israël et le groupe palestinien, qui a vu la libération croisée de prisonniers israéliens et palestiniens.

Majed al-Ansari, porte-parole du ministère des affaires étrangères du Qatar, qui a joué un rôle clé de médiateur, a déclaré vendredi que les ressortissants thaïlandais et philippins faisaient partie d’u groupe de 24 prisonniers qui ont été libérés.

Les ressortissants thaïlandais, a-t-il précisé, sont « en train de quitter la bande de Gaza x avec le Comité international de la Croix-Rouge (CICR).

Ils n’étaient pas couverts par l’accord sur une trêve entre le Hamas et Israël, et le Qatar et l’Égypte ont négocié un accord séparé avec le Hamas, ont indiqué les autorités thaïlandaises.

Cette voie de négociation a été ouverte lorsque le ministre thaïlandais des affaires étrangères s’est rendu au Qatar le 31 octobre, ce qui a conduit à un accord spécifique avec le Hamas pour libérer les ressortissants thaïlandais, ont ajouté les responsables. Les Thaïlandais constituaient le groupe le plus important d’étrangers faits prisonniers.

Le Premier ministre thaïlandais, Srettha Thavisin, a toutefois indiqué plus tôt sur X qu’il avait reçu la confirmation de la libération de 12 ressortissants et que des fonctionnaires de l’ambassade thaïlandaise allaient venir les chercher.

Le groupe a été conduit à Rafah, puis au point de passage de Karem Abu Salem, appelé Kerem Shalom par Israël, à l’est du point de passage de Rafah entre l’Égypte et la bande de Gaza, a indiqué le ministère thaïlandais des affaires étrangères. Ils ont été transportés vers un point de traitement à la base aérienne de Hatzerim et devaient être emmenés au centre médical Shamir, au sud-est de Tel Aviv.

« À l’heure actuelle, les identités de ces Thaïlandais ne sont pas communiqués », a déclaré le ministère.

L’Iran et la Thaïlande entretiennent des relations amicales et des membres éminents de la minorité musulmane thaïlandaise se sont rendus officieusement à Téhéran pour demander la libération des captifs, a rapporté l’agence de presse Associated Press.

Le ministre thaïlandais des affaires étrangères, Parnpree Bahiddha-Nukara, a déclaré que son homologue iranien, qui servait d’intermédiaire entre la Thaïlande et le Hamas, lui avait dit qu’il y aurait « bientôt de bonnes nouvelles », selon le rapport de l’AP.

Au moins 23 travailleurs thaïlandais feraient partie des quelque 240 personnes qui ont été capturées par le Hamas lors de l’aoffensive du 7 octobre.

Trente-deux autres travailleurs thaïlandais ont été tués lors de l’attaque dans le sud d’Israël.

Selon le ministère thaïlandais, quelque 30 000 Thaïlandais étaient employés principalement dans le secteur agricole israélien au moment de l’attaque de la résistance palestinienne. Plus de 8600 travailleurs thaïlandais ont été rapatriés volontairement depuis lors.

En vertu d’un accord conclu avec Israël, les travailleurs thaïlandais perçoivent un salaire minimum de 5300 shekels par mois (2000 dollars), soit six ou sept fois plus que ce qu’ils gagnent dans leur pays d’origine.

Le Qatar a mené des semaines d’intenses négociations, en coordination courte trêve et d’un accès à l’aide humanitaire.

Treize Israéliens, dont des personnes ayant la double nationalité, ont été libérés par le Hamas vendredi.

24 novembre 2023 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine