Nuseirat et Deir al-Balah : les Israéliens commettent un véritable massacre avec la complicité directe des États-Unis

8 juin 2024 - Le camp de Nuseirat, au centre de la bande de Gaza - Comme après chaque massacre, les forces d'occupation israéliennes laissent derrière elles des quartiers totalement dévastés - Photo : via Wafa

Par Mondoweiss

Au moins 210 Palestiniens ont été tués et 400 autres blessés dans le centre de la bande de Gaza dimanche après que les forces israéliennes ont mené une « opération de récupération » pour libérer quatre captifs. Les informations faisant état de l’implication des États-Unis dans cette opération ont suscité de fortes condamnations.

Au moins 210 Palestiniens ont été tués et des centaines d’autres blessés samedi dans le centre de la bande de Gaza, lors d’une opération militaire qu’Israël qualifie d’« héroïque » pour récupérer quatre Israéliens détenus à Gaza.

Les médias palestiniens ont fait état de bombardements intenses en début d’après-midi, heure locale, dans plusieurs zones de Nuseirat et de Deir al-Balah, dans le centre de la bande de Gaza. Des images vidéo du marché principal du camp de réfugiés de Nuseirat montrent des foules de civils palestiniens fuyant sous le bruit des tirs d’artillerie lourde.

Le journaliste d’Al Jazeera Anas al-Sharif a rapporté que les forces israéliennes ont « infiltré » le camp de réfugiés de Nuseirat dans des camions déguisés en camions d’aide humanitaire.

Le bureau des médias du gouvernement de Gaza a déclaré dans un communiqué que les forces israéliennes avaient lancé une « attaque brutale sans précédent sur le camp de réfugiés de Nuseirat », visant directement les civils, et que les ambulances et les équipes de la défense civile n’avaient pas pu atteindre la zone et évacuer les blessés en raison de l’intensité des bombardements.

Le bureau des médias a ajouté que, selon son décompte, au moins 210 Palestiniens ont été massacrés et environ 400 autres ont été blessés au cours de l’opération israélienne.

Des vidéos publiées sur les réseaux sociaux ont montré des dizaines de corps d’hommes, de femmes et d’enfants gisant dans les rues de la zone de Nuseirat, ainsi que des civils blessés et ensanglantés transportés d’urgence à l’hôpital des Martyrs d’Al-Aqsa à Deir al-Balah.

Al Jazeera a cité le Dr Tanya Haj-Hassan, de Médecins sans frontières, qui a déclaré que le service des urgences de l’hôpital Al-Aqsa « est un véritable bain de sang… On dirait un abattoir ».

« Les images et les vidéos que j’ai reçues montrent des patients gisant partout dans des mares de sang… leurs membres ont été arrachés », a-t-elle déclaré à Al Jazeera, ajoutant : « C’est à cela que ressemble un massacre ».

Alors que le bilan des victimes dans le centre de la bande de Gaza ne cesse de s’alourdir, des informations israéliennes font état de quatre captifs israéliens qui auraient été récupérés lors de l’opération et transférés en Israël.

Les quatre captifs ont été identifiés comme étant Noa Argamani, 26 ans, Almog Meir Jan, 21 ans, Andrey Kozlov, 27 ans, et Shlomi Ziv, 40 ans. Ils auraient été capturés le 7 octobre au festival de musique Nova, dans le sud d’Israël, près de la frontière avec Gaza.

Selon les médias israéliens, les quatre captifs ont été trouvés en bonne santé et ont été transférés dans un hôpital en Israël où ils ont retrouvé leurs familles. Un membre des forces spéciales israéliennes a été tué au cours de l’attaque.

Le journal israélien Haaretz a cité le porte-parole de l’armée israélienne, Daniel Hagari, qui a déclaré que les captifs avaient été « secourus sous les tirs et que, pendant l’opération, les FDI avaient attaqué depuis l’air, la mer et la terre dans les zones de Nuseirat et de Deir al-Balah, au centre de la bande de Gaza ».

Les familles des prisonniers israéliens ont tenu une conférence de presse samedi après-midi en réaction à cette nouvelle. Les parents des quatre captifs récupérés samedi ont fait l’éloge de l’armée israélienne et du gouvernement. Certains parents des captifs encore détenus à Gaza ont demandé la fin de la guerre et un échange de prisonniers afin d’obtenir la libération de ceux qui sont encore détenus à Gaza.

Samedi soir, heure locale, le porte-parole des Brigades Qassam, Abu Obeida, a déclaré que « les premiers à être blessés par [l’armée israélienne] sont ses prisonniers », précisant que si certains captifs ont été récupérés au cours de l’opération, un certain nombre d’autres captifs israéliens auraient été tués. Le gouvernement et l’armée israéliens n’ont pas commenté les informations selon lesquelles des captifs israéliens auraient été tués au cours de l’opération.

Il y aurait 120 prisonniers toujours détenus dans la bande de Gaza, dont 43 auraient été tués depuis octobre par les forces israéliennes elles-mêmes.

Sur sa chaîne officielle Telegram, le Hamas a déclaré que la libération des quatre captifs « ne changera pas l’échec stratégique de l’armée israélienne dans la bande de Gaza » et que « la résistance détient toujours un plus grand nombre de captifs et peut l’augmenter ».

Implication des États-Unis dans le massacre de Nuseirat

Alors que les informations sur l’ampleur du massacre dans le centre de Gaza et sur les célébrations en Israël à l’occasion de la récupération des quatre captifs affluent, des rapports font état d’une implication présumée des États-Unis dans l’opération.

Axios, citant un fonctionnaire de l’administration américaine, a rapporté que « la cellule américaine des otages en Israël a soutenu l’effort de sauvetage des quatre otages ».

Le conseiller à la sécurité nationale des États-Unis, Jake Sullivan, a déclaré à propos de l’opération : « Les États-Unis soutiennent tous les efforts visant à obtenir la libération des otages encore détenus par le Hamas, y compris des citoyens américains. Cela passe par des négociations en cours ou par d’autres moyens ».

Certains rapports affirment que des forces américaines ont participé à l’opération sur le terrain et que les camions d’aide humanitaire qui auraient été utilisés pour dissimuler l’entrée des forces spéciales à Nuseirat sont partis de l’embarcadère prétendument humanitaire construit par les États-Unis au large de la côte de Gaza.

Selon Axios, citant un responsable de l’administration américaine, l’unité américaine des otages en Israël a contribué à la libération des quatre captifs israéliens à Gaza.
Des images publiées par un soldat de l’occupation israélienne confirment l’utilisation par Israël de l’embarcadère temporaire américain dans le centre de Gaza… pic.twitter.com/GJJp1ZSA7T – Quds News Network (@QudsNen) 8 juin 2024

Des vidéos circulant sur les réseaux sociaux ont montré les hélicoptères utilisés dans l’opération d’évacuation des prisonniers israéliens décollant des environs de la jetée américaine construite au large de la côte de Gaza pour acheminer « l’aide humanitaire indispensable » à Gaza.

Cette jetée de 230 millions de dollars, achevée le mois dernier, a suscité de vives critiques de la part de groupes de défense des droits et de militants qui estiment qu’elle ne permettra pas d’acheminer l’aide de manière efficace.

L’implication présumée des États-Unis dans les attaques menées samedi au centre de Gaza et l’utilisation de la jetée dans le cadre de l’opération ont suscité de vives critiques et une vive indignation sur Internet.

En réponse à ces informations, le mouvement Hamas a déclaré qu’elles prouvaient « une fois de plus » que Washington était « complice et complètement impliqué dans les crimes de guerre perpétrés » à Gaza.

8 juin 2024 – Mondoweiss – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.