Macron fait cadeau de 20 Rafales au dictateur égyptien

Macron faisant les honneurs de l'Elysée au boucher/dictateur al-Sissi - Amnesty: "La France a vendu quantités d’armes à l'Égypte, devançant les États-Unis pour devenir le principal fournisseur d'armes du pays entre 2013 et 2017. Pour la seule année 2017, elle a livré pour plus de 1,4 milliard d'euros d'équipements militaires et de sécurité. La France a fourni des navires de guerre, des avions de chasse et des véhicules blindés, et des entreprises françaises ont fourni, avec l'accord du gouvernement, des technologies de surveillance et de contrôle des foules, dans l’opacité et sans contrôle suffisant sur l'utilisation finale de ces équipements fournis à l’armée et la police impliquées dans de graves violations" - Photo: via Amnesty

Par Disclose

Révélations : la France signe en secret la vente de Rafale à l’Égypte – Selon des documents confidentiels obtenus par Disclose, Paris a signé avec la dictature égyptienne un contrat portant sur l’achat de trente avions de combat. Montant du deal : près de 4 milliards d’euros.

Pas de communiqué de presse ni de cérémonie officielle de signatures. A la demande du président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi, le méga-contrat d’armement signé entre Paris et Le Caire, le 26 avril dernier, devait rester secret.

D’après nos informations, l’accord concerne trois contrats. Le premier porte sur l’achat de trente avions de chasse Rafale à Dassault pour un montant de 3,75 milliards d’euros. Les deux autres représentent un marché à 200 millions d’euros au profit du missilier MBDA et de l’équipementier Safran Electronics & Defense. Montant total de l’opération : 3,95 milliards d’euros.

Un prêt garanti par la France

Une semaine après cette signature, la transaction est entrée dans sa phase finale. Dans les prochaines heures, une délégation d’officiels égyptiens doit atterrir à Paris avant d’être reçue à Bercy pour parapher, mardi 4 mai, l’accord financier lié au méga-contrat, le premier depuis la vente, en 2015, d’un lot de vingt-quatre Rafale.

Lire également : Égypte : la police et l’armée commettent de nouveaux massacres

Selon ce document à en-tête du ministère de l’économie français et du ministère de la défense égyptien, consulté par Disclose, les versements se feront principalement à crédit. Surendetté, l’état égyptien a en effet obtenu un prêt garanti par la France à hauteur de 85 %. Autrement dit, le Trésor public s’est porté caution auprès de plusieurs établissements bancaires français – le Crédit agricole, la Société générale, la BNP et le CIC – pour permettre au maréchal Sissi de conclure le transfert d’armement.

Si l’Égypte n’arrive pas à rembourser, c’est donc le contribuable français qui devra effacer l’ardoise de 3,4 milliards d’euros laissée par Le Caire, sans compter les intérêts. C’est plus qu’il y a six ans, lorsque Al-Sissi avait obtenu un prêt garanti à hauteur de 60 %. Contactés, l’Élysée et Matignon n’ont pas répondu à nos questions.

Opération reconquête

Il y a cinq mois, les 7 et 8 décembre 2020, Emmanuel Macron déroulait le tapis rouge au dictateur Sissi. Accueil fastueux aux Invalides, dîner à l’Élysée, remise de la grand-croix de la Légion d’honneur…

Malgré le tollé, le président n’a pas flanché, réservant tous les honneurs à son homologue accusé de l’incarcération arbitraire de plusieurs dizaines de milliers de personnes dont des responsables d’ONG, des membres de la société civile ou des journalistes. « Je ne conditionnerai pas notre politique de défense aux désaccords [sur les droits de l’homme] car je crois à la souveraineté des peuples », avait-il déclaré à l’époque, ajoutant : « Cela romprait la discussion avec l’Égypte et cela serait contre-productif dans la lutte contre le terrorisme. »

Lire également : Pour Abdel-Fatah al-Sisi, les intérêts d’Israël valent bien un coup d’état

Ce soutien affiché au régime autoritaire d’Abdel Fattah Al-Sissi a immédiatement porté ses fruits : dans la foulée, Eric Trappier, le PDG de Dassault, a été reçu dans la résidence parisienne du maréchal. Suivi, un mois plus tard, par un déplacement au Caire du ministre des affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian.

Pour un contrôle renforcé des ventes d’armes

La conclusion de ce méga-contrat intervient au moment où les parlementaires français étudient les propositions des députés Jacques Maire (La République en marche) et Michelle Tabarot (Les Républicains) pour un renforcement du contrôle des exportations d’armes (lire notre enquête).

Les deux élus, qui, dans leur rapport, attachent une attention particulière à l’Égypte, l’un de « nos premiers clients », en appellent à la création d’une commission parlementaire chargée d’examiner la nature des ventes et leurs destinataires. L’opacité qui entoure ces nouveaux contrats en dit long sur l’opposition de l’exécutif à rendre des comptes.

3 mai 2021 – Discose.ngo

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.