Les Israéliens ont détruit l’hôpital al-Shifa pour accélérer l’effondrement social à Gaza

La destruction de l'hôpital al-Shifa et les massacres commis parmi le personnel médical, les patienst et les réfugiés, dépassent l'entendement. La violence, la cruauté et la sauvagerie des Israéliens ne connaissent aucun frein, aucune limite - Photo : MSF

Par Faris Giacaman

Israël veut provoquer un effondrement de l’ordre social à Gaza, et il ne peut y parvenir sans effacer ses hôpitaux.

La destruction de l’hôpital al-Shifa restera dans les mémoires comme l’un des moments les plus marquants de la campagne génocidaire d’Israël à Gaza, non pas pour l’anéantissement débridé dont elle a fait preuve, mais parce qu’elle a offert une fenêtre unique sur la véritable raison pour laquelle Israël a décidé de démanteler systématiquement les hôpitaux de Gaza.

En temps de guerre, les hôpitaux de Gaza n’ont pas seulement servi à soigner les blessés et les malades, ils sont devenus des institutions sociales essentielles, abritant un microcosme de l’ensemble de l’ordre civique de Gaza.

Ils sont devenus des plaques tournantes pour les journalistes et les défenseurs des droits de l’homme, ont offert un espace aux équipes de la défense civile de Gaza pour organiser et coordonner les opérations de secours, sont devenus une base d’opérations pour les forces de police de Gaza et ont accueilli des dizaines de milliers de réfugiés déplacés cherchant à s’abriter des bombardements.

Les hôpitaux sont devenus tout cela parce qu’ils étaient les dernières institutions civiles censées bénéficier d’un minimum de protection contre la guerre.

En d’autres termes, ils abritaient tout ce qui fait le fonctionnement d’une société. Au lieu de démanteler l’infrastructure de résistance de Gaza, un objectif qui reste insaisissable pour l’armée israélienne, l’un des buts de guerre d’Israël à Gaza a été de provoquer l’effondrement social.

Normaliser les attaques contre les hôpitaux

Tout a commencé avec le premier assaut israélien contre al-Shifa, le 15 novembre. Dans les jours précédant l’invasion, l’hôpital avait été placé en état de siège, le personnel médical et les médecins ayant été abattus par les fenêtres et dans la cour principale de l’hôpital.

Lorsque d’autres personnes se sont précipitées pour tenter de les sauver, elles ont également été abattues, jusqu’à ce que plus personne n’ose quitter les bâtiments. On a laissé les blessés se vider de leur sang et mourir, puis pourrir et être mangés par des animaux errants.

Lorsque l’armée israélienne est entrée, elle a vidé l’hôpital de son personnel, de ses patients et des réfugiés déplacés.

La propagande israélienne a commencé à inonder les médias d’images d’armes cachées derrière un appareil d’IRM, l’une des quelques « preuves » fragiles alléguant l’utilisation de l’hôpital comme « centre de commandement et de contrôle » militaire.

Bien que les affirmations d’Israël concernant al-Shifa se soient révélées sans fondement, l’invasion a créé un précédent important pour ce qui a été considéré comme une conduite acceptable tout au long de la guerre.

Ce qui était impensable auparavant est devenu monnaie courante, préparant le terrain pour ce qui allait suivre.

Faciliter l’effondrement social

Après le retrait de l’armée de certaines parties du nord de Gaza vers la fin de l’année, y compris la zone entourant Al-Shifa, le personnel médical et les patients sont retournés à l’hôpital. Al-Shifa a rapidement repris son statut de plaque tournante pour les personnes déplacées et les acteurs de la société civile.

Mais avec le début de la nouvelle année, la famine et le manque de nourriture ont commencé à s’imposer.

La privation systématique d’aide alimentaire et le ciblage des demandeurs d’aide aux ronds-points de Koweït et de Nabulsi, dans le nord de la bande de Gaza, ont conduit à plusieurs massacres qui ont provoqué une crise au sein de la population locale.

Puis, dans ce qui a été universellement salué comme une réussite remarquable, un convoi de 13 camions d’aide est finalement arrivé dans le nord sans incident le 17 mars. La différence est que cette fois-ci, la livraison de l’aide a été directement coordonnée par les forces de police de Gaza.

Le personnage clé qui a organisé la livraison était le directeur des opérations de police, Faiq Mabhouh, et comme la plupart des employés civils de Gaza, il opérait naturellement à partir d’al-Shifa. Le lendemain, le 18 mars, Israël a lancé sa deuxième invasion de l’hôpital.

Sans surprise, Israël a recyclé les mêmes allégations non fondées, affirmant que l’opération était basée sur des « renseignements précis » qui indiquaient que l’hôpital abritait des centaines de militaires à partir desquels des « attaques terroristes » étaient menées.

Le premier jour de l’attaque, les forces israéliennes ont assassiné Mabhouh, tout en tuant des dizaines d’autres personnes dans l’enceinte de l’hôpital. Dès le début, Mondoweiss a exposé la véritable raison de l’attaque, qui était de porter un coup à l’infrastructure civile de Gaza dans le but de provoquer le chaos et de saper sa capacité à fonctionner.

Mabhouh avait supervisé plusieurs comités populaires en coordination avec les tribus locales pour organiser l’acheminement de l’aide à la population affamée. Il devient évident que le gouvernement du Hamas tente de reprendre pied dans le nord de la bande de Gaza et de rétablir l’ordre, ce dont on peut déceler des signes dès le mois de février.

Bien entendu, pour Israël, tout employé du gouvernement à Gaza, même s’il appartient à des branches civiles comme la police, était, à toutes fins utiles, un « agent du Hamas », au même titre que les combattants de la résistance dans les Brigades Qassam.

Les membres des comités populaires et tribaux chargés d’acheminer l’aide, qu’Israël a continué de prendre pour cible dans le nord de la bande de Gaza alors que le siège d’al-Shifa commençait, étaient également concernés.

Près de deux semaines plus tard, le 31 mars, les comités populaires et tribaux ont annoncé qu’ils mettaient fin à la coordination et à l’acheminement de l’aide dans le nord de Gaza après que plus de 70 de leurs membres eurent été tués par l’armée israélienne.

Les comités ont publié une déclaration affirmant que l’armée les avait systématiquement pris pour cible et qu’elle semait délibérément « le chaos et la famine » en empêchant les organisations internationales telles que la Croix-Rouge, l’UNRWA et le Programme alimentaire mondial d’acheminer l’aide.

Lorsque l’armée israélienne s’est retirée d’al-Shifa, le bureau des médias de Gaza a déclaré qu’au moins 400 Palestiniens avaient été tués et 900 blessés au cours de ce raid de deux semaines.

Les bâtiments qui n’ont pas été détruits ont été incendiés et irrémédiablement endommagés. L’armée a juré qu’al-Shifa ne redeviendrait pas opérationnelle.

La création d’une « zone de mort »

Alors que le siège d’al-Shifa se poursuivait pendant deux semaines, des informations ont commencé à faire état d’atrocités et de massacres à grande échelle dans l’hôpital.

Après la fin de l’invasion, d’innombrables témoignages ont fait état d’exécutions sur le terrain, les équipes de la défense civile rapportant avoir trouvé des cadavres enterrés dans le sable, les jambes ligotées.

Un jour avant le retrait de l’armée, Haaretz a publié un rapport qui donne un nouvel aperçu de la manière dont l’armée a opéré tout au long de la guerre, en créant des « zones de mort » où les soldats ont reçu l’ordre de tirer sur toute personne qu’ils apercevaient.

Le rapport définit ces zones comme « une zone dans laquelle une force s’installe, généralement dans une maison abandonnée, la zone environnante devenant une zone militaire fermée, mais sans marquage clair en tant que telle ». Bien entendu, ces « zones de mort » sont également situées au milieu de quartiers résidentiels, dont beaucoup n’ont pas été évacués.

Le rapport fournit un cadre utile pour comprendre comment l’invasion d’al-Shifa s’est probablement déroulée.

Il commence par évoquer la tristement célèbre prise pour cible de quatre hommes non armés à Khan Younis par un drone israélien au début du mois de janvier, affirmant que cet incident est l’un des nombreux cas où des civils palestiniens ont été tués alors qu’ils étaient déclarés « terroristes » par l’armée sans aucune preuve.

Le rapport rassemble les témoignages de nombreux soldats israéliens, de « hauts » responsables de l’armée et de multiples commandants de l’armée de réserve et de l’armée permanente qui tous « mettent en doute l’affirmation selon laquelle toutes ces personnes étaient des terroristes », laissant entendre que « la définition de terroriste est sujette à un large éventail d’interprétations ».

Il est tout à fait possible que des Palestiniens qui n’ont jamais tenu une arme de leur vie aient été élevés au rang de « terroristes » à titre posthume, du moins par les forces d’occupation.

« Ce n’est pas que nous inventons des victimes, mais personne ne peut déterminer avec certitude qui est un terroriste et qui a été touché après être entré dans la zone de combat », a déclaré un officier de réserve à Haaretz. Un autre officier de réserve a déclaré que « dans la pratique, un terroriste est toute personne que Tsahal a tuée dans les zones où ses forces opèrent ».

L’officier a déclaré que les rapports de l’armée israélienne sur le nombre de combattants de la résistance qu’elle aurait tués étaient « étonnants » et qu’ « il n’est pas nécessaire d’être un génie pour se rendre compte qu’il n’y a pas des centaines ou des dizaines d’hommes armés qui courent dans les rues ».

Les témoignages des soldats affirment plutôt que nombre de ces personnes étaient probablement des non-combattants désespérés qui s’étaient retrouvés par hasard dans des zones qu’ils pensaient avoir été évacuées par l’armée, à la recherche de nourriture. « Lorsqu’ils se sont rendus dans ces endroits, ils ont été abattus, perçus comme des personnes susceptibles de nuire à nos forces », a déclaré un commandant à Haaretz.

Cependant, la définition de l’armée concernant les « menaces » perçues est tout aussi large. « Dès que des personnes pénètrent [dans une zone d’abattage], principalement des hommes adultes, l’ordre est de tirer et de tuer, même si la personne n’est pas armée », a déclaré un officier de réserve à Haaretz.

Un autre soldat qui s’est rendu dans le nord de Gaza a déclaré que « le sentiment que nous avions était qu’il n’y avait pas vraiment de règles d’engagement là-bas », tandis qu’un haut fonctionnaire de l’establishment de la défense a déclaré à Haaretz qu’il semble que « de nombreuses forces de combat écrivent leurs propres règles d’engagement ».

Ces témoignages de soldats sont cohérents avec les rapports des témoins oculaires et militants des droits de l’homme dans le nord de Gaza, qui détaillent également le ciblage d’enfants avec des balles réelles et l’utilisation de Palestiniens comme boucliers humains pendant le raid sur al-Shifa.

Bien que rien de tout cela n’apporte une révélation particulièrement nouvelle pour comprendre les atrocités commises par Israël, les témoignages des soldats sont précieux en ce qu’ils révèlent l’utilisation des « zones de mort » comme cadre opérationnel pour la conduite des activités sur le terrain.

Cela nous ramène à l’assaut contre al-Shifa. Selon Ynet, l’armée israélienne a déclaré avoir mené une opération « précise » qui « a fait la distinction entre les terroristes et les civils », mais que la priorité de la sécurité des soldats israéliens est toujours restée primordiale.

C’est pourquoi, selon l’armée, « face au risque pour la sécurité de nos forces, nous ouvrons le feu pour éliminer les terroristes lorsqu’une menace est détectée ».

En d’autres termes, tout l’hôpital al-Shifa et ses environs ont été transformés en une gigantesque zone de mort.

2 avril 2024 – Mondoweiss – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.