Les cartes montrent comment la résistance à Gaza reste inébranlable

Combattants de la Résistance à Gaza - Photo : via al-Manar

Par Al-Manar

Près de cinq mois après le début de l’offensive terrestre israélienne à Gaza, la résistance palestinienne, par sa détermination inébranlable, se dresse toujours comme une barrière infranchissable, malgré l’agression incessante et l’horrible génocide.

Entamée le 27 octobre 2023, l’offensive terrestre avait pour objectif déclaré d’éliminer le mouvement Hamas et de libérer les prisonniers capturés par le groupe de résistance lors de l’offensive Déluge al-Aqsa le 7 octobre.

Malgré les tentatives d’avancée au cours de longues semaines de combats féroces, l’armée d’occupation israélienne n’a pas réussi à maintenir sa présence dans de nombreuses zones de la bande de Gaza et a été contrainte de retirer plusieurs brigades des zones de combat.

Al-Manar a préparé plusieurs cartes qui montrent l’évolution du champ de bataille depuis le début de l’invasion terrestre. Ces cartes fournissent une représentation visuelle complète de la dynamique du champ de bataille et des manœuvres tactiques.

L’illustration par les cartes

Dans la soirée du 27 octobre, les forces d’occupation israéliennes ont lancé un assaut terrestre de grande envergure sur les villes de Beit Hanoun et Bureij dans la bande de Gaza. Un jour plus tard, l’armée d’occupation a déclaré que les unités déployées étaient toujours sur le terrain, marquant ainsi le début de l’invasion israélienne de la bande de Gaza.

Carte 1 - 18 novembre 2023
Carte 2 - 5 décembre 2023
Carte 3 - 19 décembre 2023
Carte 4 - 22 décembre 2023
Carte 5 - 8 janvier 2024
Carte 6 - 18 mars 2024
  • Carte 1 – 18 novembre 2023 – Au cours du premier mois de l’offensive terrestre, les incursions israéliennes ont d’abord eu lieu dans deux zones : Beit Hanoun au nord et dans la zone proche de Juhr Al-Deek au centre de la bande, au sud de la ville de Gaza. Les troupes d’occupation ont ensuite étendu leur présence du nord à l’ouest, puis au centre. Le 18 novembre, l’armée d’occupation a fini par couper la bande de Gaza en deux parties, le nord et le sud, et par encercler la ville de Gaza.
  • Carte 2 – 5 décembre 2024 – Plus tard en décembre, les troupes israéliennes d’occupation ont tenté une nouvelle incursion dans le sud, près de la ville d’Al-Qarara, au nord de Khan Younis. A ce stade, la résistance palestinienne était encore capable d’organiser des attaques contre les forces d’occupation dans le nord.
  • Carte 3 – 19 décembre 2024 – Deux semaines plus tard (le 19 décembre), les forces d’occupation ont tenté d’étendre leur présence au nord, au centre et au sud. Au cours de cette phase, de lourdes pertes ont été infligées aux troupes d’occupation qui se sont heurtées à une résistance féroce.
  • Carte 4 – 22 décembre 2024 – Le 22 décembre, l’armée d’occupation israélienne a retiré plusieurs brigades de Gaza, dont la brigade Golani, après avoir subi des pertes considérables.
  • Carte 5 – 8 janvier 2024 – La détermination de la résistance a été décisive plus tard en janvier : l’occupation israélienne ne pourra jamais contrôler la zone nord de la bande de Gaza, elle ne pourra que l’assiéger et faire une nouvelle tentative au sud, à Al-Qarara et Khan Younis.
  • Carte 6 – 18 mars 2024 – En février, l’armée d’occupation israélienne a tenté de renforcer sa présence militaire dans le nord. En mars, près de cinq mois après le début de l’invasion terrestre, l’armée d’occupation israélienne s’est retirée de plusieurs zones du centre et du sud de la bande de Gaza. Elle a fini par construire une voie d’un kilomètre de profondeur à la séparation de la bande de Gaza avec les territoires occupés [Palestine de 48].

Une résistance inébranlable

Le 19 mars, le bilan officiel des victimes israéliennes, annoncé par l’armée d’occupation depuis le début de l’offensive terrestre, s’élevait à 251 morts, et l’on estime que les chiffres réels sont bien plus élevés.

Combattant dans un environnement urbain, les troupes israéliennes ont été confrontées à de nombreuses et difficiles conditions qui ont influencé l’issue des engagements militaires.

Parmi les facteurs en jeu, les pièges et les obus. Ces engins explosifs de fabrication locale ont été utilisés par les combattants de la résistance bien entraînés, souvent à bout portant.

En outre, l’armée d’occupation considère que le système complexe de tunnels de la bande de Gaza constitue un grave problème. Les combattants peuvent se déplacer entre les bâtiments sans s’exposer dans les rues, ce qui indique que les soldats de l’occupation sont susceptibles de tomber à tout moment dans une embuscade.

D’autre part, les combattants de la résistance sont considérés comme un adversaire redoutable pour l’armée d’occupation, car ils sont originaires de Palestine. Ils connaissent bien le territoire de Gaza et se sont préparés depuis longtemps à ces combats.

En fin de compte, les ambitions israéliennes se sont effondrées face à la résistance des Palestiniens, laissant leurs espoirs de conquête anéantis face à une résistance inébranlable.

24 mars 2024 – Al-Manar – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.