Une guerre générale avec la résistance libanaise serait dévastatrice pour l’état sioniste

Frontière libanaise, nord de la Palestine occupée - Un combattant de la résistance libanaise [mouvement du Hezbollah] vise ici avec une arme anti-tank une cible israélienne - Photo : Hezbollah military media

Un rapport israélien souligne que l’occupation israélienne n’a aucune chance face à la Résistance islamique au Liban car les capacités de cette dernière submergeraient rapidement « Tel Aviv ».

La guerre potentielle entre l’occupant israélien et le Hezbollah libanais est une sombre réalité pour l’occupant israélien, car il s’agirait de la guerre la plus dévastatrice qu’il ait connue depuis sa création, selon une étude de trois ans menée par des centaines d’experts de l’Institut de politique antiterroriste de l’université Reichman.

Le média israélien Calcalist a exposé la sombre analyse de la guerre potentielle, qui met en garde contre des destructions et des effusions de sang sans précédent dans un conflit qui pourrait dépasser les pires craintes de l’occupation israélienne.

Ce rapport exhaustif de 130 pages est le fruit de la collaboration de six équipes de réflexion, composées de 100 experts, d’anciens militaires et responsables de la sécurité, d’universitaires et de représentants du gouvernement. L’équipe était notamment dirigée par le professeur Boaz Ganor, pionnier mondialement reconnu de la « recherche sur le terrorisme » et actuel président de l’université Reichman.

Le rapport examine des aspects essentiels, notamment l’état de préparation des forces israéliennes et du front intérieur à une guerre sur plusieurs fronts.

8 février 2024 – Les médias militaires du Hezbollah ont publié une vidéo montrant des combattants de la Résistance islamique ciblant des sites d’occupation israélienne à Malkiyeh et Metulla..

Parmi les principaux contributeurs à l’étude figurent le major général de réserve Aharon Ze’evi Farkash, le major général de réserve Isaac Ben-Israel, les brigadiers généraux de réserve Zeev Zuk Ram et Betzalel Treiber, le colonel de réserve Eran Makov, Haim Tomer et l’ancien ministre de la justice Dan Meridor.

Malgré la gravité des conclusions, Calcalist suggère que des doutes entourent le moment opportun de publication du rapport, ce qui laisse entrevoir la possibilité d’une dissimulation ou d’une manipulation.

M. Ganor aurait présenté le rapport à divers responsables militaires et politiques israéliens dans les mois qui ont précédé l’opération du 7 octobre de la Résistance palestinienne. Cependant, les tentatives d’alerter les agences de sécurité et les décideurs auraient été infructueuses, selon le média israélien.

Le rapport a été présenté à de hauts responsables israéliens au cours d’une quarantaine de réunions avec des personnalités aussi importantes que l’ancien Premier ministre Naftali Bennett, le ministre de la sécurité Moshe Ya’alon et l’ancien chef d’état-major Aviv Kochavi, entre autres.

Le professeur Ganor a fait part de sa déception de n’avoir pu obtenir des rendez-vous avec des personnalités plus en vue comme le Premier ministre Benjamin Netanyahu, le chef du Conseil de sécurité nationale Tzachi Hanegbi et le chef d’état-major Herzi Halevi, en dépit de multiples demandes.

L’affirmation selon laquelle seules les conclusions de cinq groupes de réflexion ont été rendues publiques est particulièrement préoccupante, la section préparée par le sixième groupe, qui se concentre sur les aspects liés à une éventuelle attaque préventive israélienne, étant restée strictement confidentielle.

Le feu de l’enfer va pleuvoir sur « Israël »

Le rapport de Ganor suggère que la guerre, qui devrait éclater à partir du nord de la Palestine occupée, sera extrêmement intense pour l’occupation israélienne, le Hezbollah lançant un nombre impressionnant de 2 500 à 3 000 missiles par jour.

Ce barrage comprendrait à la fois des roquettes d’artillerie statistiquement imprécises et des missiles à longue portée de haute précision.

Périodiquement, le Hezbollah devrait lancer des salves massives visant des zones spécifiques, telles que des bases militaires israéliennes cruciales ou des villes de la région clé du « Gush Dan », où des centaines de roquettes pourraient pleuvoir en une seule journée.

Front nord Palestine occupée : le Hezbollah rend l’entité coloniale sourde et aveugle

Cet assaut sans interruption devrait se poursuivre jour après jour et s’étendre sur trois semaines à compter du début des hostilités.

Le rapport prévient que les destructions qui en résulteront seront sans précédent et qu’elles s’accompagneront de milliers de victimes sur les lignes de front et parmi les colons israéliens en Palestine occupée, ce qui provoquera un état de panique et de désarroi.

L’un des principaux objectifs des opérations envisagées par le Hezbollah, comme le souligne Ganor, est de saper le système de défense aérienne des forces israéliennes. Des munitions de précision et des engins aériens volant à basse altitude, notamment des drones, des planeurs et des missiles de croisière, devraient infliger des dégâts matériels et viser les batteries du Dôme de fer.

Le rythme du barrage posera des défis sans précédent aux capacités israéliennes, épuisant les réserves de missiles d’interception pour le Dôme de fer et la Fronde de David dès les premiers jours du conflit. L’occupation israélienne pourrait être exposée à des milliers de roquettes et de missiles sans mécanisme de défense efficace et fiable.

Simultanément, le Hezbollah vise à saboter les activités de l’armée de l’air israélienne et à limiter ses capacités opérationnelles, car des missiles lourds de précision seront dirigés vers les pistes de décollage dans des délais précis afin d’entraver les efforts de réparation et les offensives aériennes.

Des tirs intensifs viseront les hangars où sont entreposés des avions militaires et des missiles de précision munis d’ogives explosives frapperont des infrastructures sensibles, notamment des centrales électriques, des installations liées aux réseaux d’électricité, des usines de dessalement et des installations de transport à Haïfa et à « Ashdod », souligne le rapport.

L’équipe de recherche du rapport a également lancé un terrible avertissement selon lequel un essaim de dizaines de drones suicides volant à très basse altitude viserait des actifs critiques en Palestine occupée.

Il s’agit notamment d’installations d’armement, d’entrepôts d’urgence pour les forces d’occupation israéliennes et d’hôpitaux qui seraient nécessaires pour faire face aux pertes humaines sans précédent qui en résulteraient.

L’assaut ne se limitera pas à des attaques physiques ; les infrastructures de transport essentielles, les canaux de communication et les sites liés aux ministères et aux autorités locales devraient faire l’objet de cyberattaques généralisées, ce qui risque fort de perturber l’économie.

Le Hezbollah et ses alliés vont submerger Israël

Le rapport souligne que le chaos devrait s’intensifier au sein de l’occupation israélienne, le Hezbollah se préparant à envoyer des centaines de combattants de la force Radwan dans les territoires israéliens.

Leur principal objectif serait de prendre le contrôle des colonies situées le long de la frontière avec le Liban et des sites militaires stratégiques dans la région nord.

Cela obligerait l’armée israélienne à détourner ses efforts des opérations immédiates au Liban et à s’engager dans des manœuvres terrestres pour contrer la menace la plus immédiate.

Sur le plan intérieur, on s’attend à ce que le public israélien éprouve des difficultés à recevoir des informations à jour et fiables sur l’évolution de la situation, ce qui entraînerait une perte de confiance dans les messages relayés par les sources officielles.

Le risque de panique et de peur devrait s’intensifier en raison du nombre important de victimes, des dégâts considérables, des perturbations dans l’approvisionnement en eau et en électricité, des retards dans l’arrivée des forces de sauvetage et de secours, et des difficultés à obtenir des services essentiels tels que la nourriture et les médicaments.

Le Hezbollah prévoit d’exacerber la panique et la confusion par une guerre psychologique continue, en inondant les médias et les réseaux sociaux de menaces et d’informations qui aggravent les divisions internes.

Les Etats-Unis et Israël craignent une explosion au front nord de la Palestine occupée

En outre, ceux qui cherchent à fuir la Palestine occupée risquent de découvrir que les liaisons aériennes du pays avec le monde ont été rompues.

M. Ganor, personnalité éminente de la région, a souligné que les attentes du public israélien, selon lesquelles l’armée de l’air et les formations de renseignement empêchent la majorité des frappes de missiles guidés sur le territoire de l’occupation israélienne, risquent d’être démenties.

L’hypothèse selon laquelle une attaque israélienne intensive sur des propriétés stratégiquement importantes au Liban forcerait le Hezbollah à cesser le feu devrait également se révéler erronée. Le Hezbollah ne sera en effet pas seul dans cette bataille, car le rapport met en garde contre l’implication d’organisations de toute la région.

Les factions de la résistance en Syrie et en Irak, le Hamas et le Jihad islamique palestinien à Gaza, ainsi qu’Ansar Allah au Yémen, devraient contribuer à ce que le rapport décrit comme un « bouleversement violent et de grande ampleur ».

Le bouleversement en question comprendra des perturbations en Cisjordanie et parmi les Palestiniens de 48, avec des émeutes dans les villes mixtes, des problèmes de perception de la guerre pour le public, et la diminution des attentes vis-à-vis de l’armée et des forces de secours.

Le rapport conclut en soulignant les vulnérabilités et en mettant en évidence les faiblesses des forces israéliennes et de la société. Il remet en question les attentes du public et d’une grande partie des dirigeants, en affirmant que l’efficacité de l’armée de l’air et des services de renseignement israéliens pourrait ne pas empêcher la majorité des frappes de missiles d’atteindre les territoires palestiniens occupés.

De même, l’hypothèse selon laquelle des attaques de grande envergure sur des objectifs stratégiquement importants au Liban forceraient le Hezbollah à cesser le feu s’avère inexacte.

« Israël » en danger ?

Selon un rapport publié fin janvier par des médias israéliens, les Israéliens ont admis les capacités de la Résistance libanaise, affirmant que le Hezbollah était en mesure de lancer environ un millier de missiles sur « Tel Aviv » dans une fenêtre opérationnelle de deux heures.

Front nord de la Palestine : le Hezbollah est aux commandes

Le rapport suggère que certains de ces missiles seront guidés avec précision, tandis que d’autres seront dirigés vers les gratte-ciel de « Tel-Aviv ».

Toutefois, le rapport s’abstient d’évoquer les cibles potentielles adjacentes à ces tours, que le Hezbollah a identifiées comme « cibles de la prochaine guerre », selon leur déclaration.

Les responsables israéliens ont admis que la résistance libanaise, le Hezbollah, a réussi à vider les colonies du nord de la Palestine occupée sans recourir à la confrontation directe. Selon eux, le commandant des forces d’occupation israéliennes (FOI) de la région nord a reçu l’ordre de ne pas intensifier les affrontements avec la résistance libanaise.

Dans un contexte connexe, un ancien fonctionnaire du Shin Bet, Dvir Karev, a déclaré à la chaîne israélienne Channel 13 qu’ « Israël » en est actuellement à sa troisième guerre avec le Liban et que le Hezbollah est beaucoup plus puissant que le Hamas, tant en termes d’armes que de force.

Il s’est demandé si la puissance de l’armée israélienne pouvait être suffisante face au Hezbollah et a exprimé l’espoir que les affrontements restent à un niveau bas, tout en reconnaissant les nombreuses pertes israéliennes.

11 février 2024 – Al-Mayadeen – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.