Ansar Allah : « Nos opérations en mer Rouge sont conformes aux exigences du monde entier »

Des membres nouvellement recrutés de combattants houthis défilent lors d'une parade à Sanaa, au Yémen - Photo : Yahya Arhab

Par Robert Inlakesh

Nasr al-Din Amer, un responsable d’Ansar Allah, rejette l’idée que le mouvement yéménite n’est qu’un mandataire de l’Iran et affirme que son blocus maritime d’Israël en mer Rouge vise à lever le siège de Gaza et bénéficie du soutien massif du peuple yéménite.

Le porte-parole des forces armées du Yémen, le général de brigade Yahya Saree, a récemment annoncé la phase 4 de leur escalade militaire contre Israël et a menacé de frapper des cibles que « l’ennemi sioniste » n’a pas encore jugé en situation de risque. Parallèlement, des frappes aériennes ont été lancées à plusieurs reprises par des avions de combat britanniques et américains contre des sites situés dans le nord du Yémen.

Ansar Allah du Yémen a été propulsé sous les « feux de la rampe » internationale depuis qu’il a imposé un blocus de la mer Rouge à Israël en signe de solidarité avec Gaza, face à la guerre en cours. Pourtant, il est rare que le groupe, connu en Occident sous le nom de « rebelles houthis », réagisse directement aux diverses accusations dont il fait l’objet et explique pourquoi il continue de se battre au nom des Palestiniens.

Dans un entretien exclusif avec Mondoweiss, Nasr al-Din Amer, chef adjoint de l’autorité d’Ansar Allah pour les médias, déclare que l’objectif du mouvement politique yéménite « est de libérer notre pays de l’occupation étrangère et de mettre fin à tous les types d’ingérence et de domination extérieures ». Il a également souligné que les actions entreprises par son mouvement, au nom du peuple palestinien de Gaza, sont fondées sur une demande populaire du peuple yéménite et sur la morale islamique.

Une guerre pour Gaza

Le 19 octobre, les forces armées du Yémen ont annoncé qu’elles se joignaient à la guerre d’Israël contre Gaza, en tirant une série de drones et de missiles en direction du port d’Eilat, une colonie exploitée par Israël.

Un mois plus tard, le 19 novembre, les forces navales yéménites ont arraisonné un navire en mer Rouge, annonçant qu’elles imposeraient un blocus aux navires liés à Israël traversant leurs eaux territoriales.

Les forces armées yéménites ont diffusé une vidéo montrant comment la marine yéménite a contrôlé le navire israélien le 19 novembre 2023..

Ansar Allah n’allait pas tarder à déclarer que tout commerce avec Israël devait être bloqué jusqu’à la fin de la guerre contre Gaza, ce qui a incité les États-Unis, le Royaume-Uni et d’autres pays inféodés à lancer une campagne militaire visant à permettre le passage des navires vers Israël.

Étant donné qu’Ansar Allah a publiquement condamné ce que le groupe israélien de défense des droits B’Tselem appelle désormais une « famine fabriquée de toutes pièces » à Gaza, j’ai demandé quel rôle le siège et la guerre contre le Yémen avaient joué dans la préparation de leurs actions militaires en faveur des Palestiniens soumis à la famine, ce à quoi M. Amer a répondu :

« Il ne fait aucun doute que les capacités militaires ont été formées et développées au fil des ans sous le fer, le feu, la guerre et le siège, et qu’elles ont été développées en fonction des besoins, des menaces et des risques. Notre pays jouissant d’une position stratégique importante et d’une position maritime unique, les dirigeants ont mis l’accent sur le développement des capacités navales en fonction des menaces et des risques, ainsi que de l’ampleur des ambitions étrangères. »

Les anglo-américains attaquent le Yémen et étendent la guerre à toute la Mer Rouge

Il a également souligné « la place qu’occupe la question palestinienne dans notre littérature et notre culture intellectuelle et politique ».

« Les dirigeants du Yémen se préparaient à de tels scénarios, dans lesquels le Yémen jouerait un rôle important et central dans le soutien de la cause palestinienne, comme en témoignent nos récentes opérations en mer Rouge, à Bab al-Mandab, dans le golfe d’Aden et dans la mer d’Oman, jusqu’à l’océan Indien. Grâce à Dieu et à son aide, les forces navales, les forces de missiles et les forces aériennes sans pilote (drones) ont eu le dessus dans cette région et dans cette bataille au cours de laquelle les Américains et les forces occidentales sont allés de défaite en défaite », a-t-il poursuivi.

Nasr al-Din Amer a également donné son point de vue sur la question un peu oubliée de l’occupation israélienne et émiratie de l’île de Socotra, au Yémen, qui pourrait menacer d’une expansion encore plus importante le cycle actuel des combats.

« Nous considérons toute zone de notre pays dans laquelle des forces étrangères ou leurs armements sont présents, que ce soit sur terre, en mer ou sur des îles, comme une zone occupée, et nous sommes déterminés à la libérer jusqu’au dernier centimètre carré », a-t-il déclaré. « Nous ne sommes pas ignorants de ce qui s’y passe et, le moment venu, nous prendrons les mesures nécessaires à cet égard. »

Aux yeux des dirigeants occidentaux, le blocus yéménite imposé en mer Rouge constitue une violation du droit international, ce qui justifie l’intervention militaire occidentale. Lorsque j’ai soulevé ce point auprès du responsable d’Ansar Allah, il m’a répondu ce qui suit :

« Dans les conceptions américaine et britannique, le droit est ce qui justifie et formule leur hégémonie sur le monde, même s’il n’est pas moral. Cependant, nos opérations en mer sont conformes à ce que demandent la plupart des pays du monde, qui exigent la fin de l’agression et la levée du siège de Gaza, tandis que les Américains et les Britanniques adoptent une position honteuse qui va à l’encontre de ce que le monde demande, et ils ne peuvent donc prétendre parler de droit. »

« Nous pensons que la famine qui sévit actuellement à Gaza est suffisante pour soulever les sentiments du monde entier, et c’est pourquoi nous travaillons jour et nuit pour développer et étendre nos opérations afin de mettre fin à cette injustice et à ces crimes contre le peuple de Gaza », a-t-il ajouté.

Les médias militaires yéménites ont diffusé une vidéo montrant les défenses aériennes abattant un drone américain MQ-9 alors qu’il menait des activités hostiles au-dessus de la province de Maarib le 8 mai 2024..

« L’ampleur de l’oppression du peuple palestinien, qui n’a pas d’équivalent dans le monde d’aujourd’hui, nous oblige à faire tout ce qui est en notre pouvoir pour le soutenir et mettre fin à cette oppression », a-t-il déclaré. « Cela fait partie de notre devoir religieux, de nos croyances et de notre humanité. Ce qui est étrange, ce sont les positions des autres, qui sont silencieux et indifférents, et non nos positions religieuses, morales et humanitaires ».

Mouvement de résistance révolutionnaire ou mandataire étranger ?

Le discours occidental dominant décrivant Ansar Allah comme un groupe militaire, politique et social est un élément clé de la justification de l’action militaire à son encontre.

En janvier, l’administration Biden a redésigné le mouvement comme une organisation terroriste aux États-Unis, apparemment en raison des attaques du groupe contre Israël.

Alors que la possibilité d’une campagne militaire plus large menée par les États-Unis au Yémen devient de plus en plus probable, il est de plus en plus important de comprendre la rhétorique populaire utilisée dans les médias occidentaux pour décrire le mouvement yéménite.

Yémen : Les États-Unis ont trouvé leur nouveau bourbier

Lorsque j’ai demandé à Nasr al-Din Amer ce qu’il pensait de la façon dont l’Occident dépeint le groupe comme des « rebelles houthis » qui ne représentent pas une force gouvernementale légitime au Yémen, il m’a répondu :

« L’Occident déforme délibérément et politiquement tout mouvement de libération dans n’importe quel pays du monde, en particulier en Orient, de plusieurs manières, notamment en présentant ce mouvement comme barbare, chaotique ou manipulé au profit d’autres puissances, comme s’il n’y avait pas de peuples vivants avec des ambitions, des projets et des souffrances réelles, en particulier lorsque ce mouvement est anti-hégémonique ».

Il a souligné que « notre mouvement et notre révolution sont un mouvement de libération qui découle de l’identité profonde de notre peuple et qui n’est ni étrange ni étranger. C’est pourquoi il a résisté à l’attaque américaine et occidentale et à l’agression menée par les régimes subordonnés à l’Amérique et à l’Occident, qui ont échoué face à la conscience profonde et à la foi ferme de notre peuple ».

Il fait ici référence à l’agression menée contre Ansar Allah lors des récentes attaques directes de la coalition multinationale dirigée par les États-Unis dans le cadre de l’opération « Prosperity Guardian » en mer Rouge et de la guerre menée par la coalition dirigée par l’Arabie saoudite au Yémen depuis 2015 (avec le soutien des États-Unis et du Royaume-Uni).

« Une preuve suffisante que ce mouvement n’est pas une extension d’une force extérieure est qu’il ne s’est pas plié devant cette alliance, qui a du pouvoir, de l’argent et de nombreux agents », a-t-il soutenu.

« Nous avons au Yémen un gouvernement composé de diverses forces et partis politiques à l’intérieur du pays depuis l’année 2016. Il gère les différentes affaires du pays. C’est un gouvernement stable malgré l’agression et le blocus. Il gouverne et fournit des services à plus de 70 % de la population et au plus grand nombre de gouvernorats, et impose le type de sécurité et de stabilité que le pays n’a pas connu depuis des décennies, malgré la guerre. La liste [des gouvernants] est en place depuis 2015, contrairement aux zones occupées [hors du contrôle d’Ansar Allah], qui sont le théâtre d’un chaos total, de luttes intestines permanentes et d’une détérioration de la situation économique, où la différence de taux de change entre la monnaie locale et le dollar américain est trois fois plus importante que dans les zones administrées par le gouvernement de Sana’a. »

« Quant à notre relation avec la République islamique d’Iran, c’est une relation d’égal à égal. Il s’agit d’une relation officielle et déclarée, et non d’une relation de soumission ou d’une relation avec un État ‘satanique’, comme le décrivent les médias occidentaux », a-t-il déclaré, répondant aux accusations selon lesquelles Ansar Allah serait un mandataire iranien.

Au début du mois de novembre 2023, en réponse aux graves attaques lancées par l’entité sioniste dans la bande de Gaza, les forces armées yéménites ont fait une annonce résolue, déclarant leur intention d’attaquer tout navire se dirigeant vers l’entité sioniste. Cette proclamation souligne la volonté inébranlable des forces armées yéménites de contrer l’agression, ainsi que leur capacité et leur détermination à riposter à la brutalité israélienne contre les civils de la bande de Gaza. La vidéo suivante présente les opérations navales du Yémen depuis le début de l’opération « Déluge Al-Aqsa » jusqu’à la date du 2 février.

« L’Iran est un pays islamique frère qui a des positions honorables à l’égard de notre pays et de notre peuple et qui n’a mené aucune action agressive contre notre peuple. Par conséquent, nous ne le voyons pas comme le veulent les médias occidentaux et nous ne lui serons pas hostiles. »

En ce qui concerne l’origine du mouvement, il a déclaré qu’il devait être placé dans une chronologie en tant que prolongement du « voyage coranique », expliquant qu’ « on peut dire que le chef martyr, Sayyid Hussein Badr al-Din al-Houthi, que Dieu soit satisfait de lui, a lancé un projet de renaissance pour reconnecter les gens avec le Coran en tant que source d’orientation dans diverses affaires et aspects de la vie, et il a commencé cela clairement par des leçons et des conférences pour fournir ce projet au peuple en 2002 ».

En 2011, dans le contexte des manifestations populaires et des révolutions qui ont balayé le monde arabe, Ansar Allah a manifesté aux côtés de divers groupes d’opposition au Yémen et a appelé au renversement du président Ali Abdullah Saleh.

À la suite de ce que l’on appelle la révolution du 21 septembre 2014, le mouvement a fini par déposer le successeur de Saleh, le président Abedrabbo Mansour Hadi, qui s’est enfui de Sanaa à Aden, puis en Arabie saoudite.

Bien que Hadi ait continué à diriger ce que les Nations unies considèrent toujours comme le « gouvernement internationalement reconnu », il était largement considéré au Yémen comme une marionnette de Riyad, qui avait formé une coalition multinationale pour soutenir son effort de guerre, visant à restaurer le pouvoir du président déchu Hadi.

Vers le pouvoir et le conflit avec Israël

J’ai demandé ce qui avait motivé les révolutionnaires et le rôle d’Ansar Allah dans la révolution du 21 septembre en 2014, ce à quoi on m’a répondu que « le Yémen vivait dans un état d’assujettissement et d’aliénation. Il était soumis à un régime qui ressemblait à une occupation par le biais d’ambassades étrangères. Cette situation ne se limitait pas aux autorités [au pouvoir] mais s’étendait à la plupart des partis d’opposition. Le Yémen a vécu une expérience amère en 2011, lorsque les gens sont descendus dans la rue pour demander un changement et se débarrasser du régime contrôlé par le monde extérieur. »

« La plupart des partis d’opposition sont descendus dans la rue avec eux [les révolutionnaires de 2011], mais ce mouvement s’est terminé par un accord venu de l’étranger sous le nom d’Initiative du Golfe », a expliqué Nasr al-Din.

Les autorités au pouvoir et les partis d’opposition étaient tous deux parties prenantes à cette initiative, qui « a renvoyé les choses dans le domaine de la tutelle extérieure encore plus qu’auparavant ». Cela « a conduit les masses à perdre confiance dans les partis d’opposition », a affirmé Nasr al-Din Amer.

« D’autre part, Ansar Allah avait une position différente [qui était] orientée vers les aspirations du peuple », a-t-il poursuivi. « En se débarrassant de la tutelle extérieure, qui a incité le peuple yéménite à se rallier à Ansar Allah, l’action révolutionnaire s’est poursuivie faiblement jusqu’à ce qu’elle prenne une courbe ascendante en 2014, lorsque la situation est devenue insupportable. »

Il a expliqué que l’instabilité à l’intérieur du pays avait atteint un point de rupture.

« Des explosions, des bombes et des assassinats ont eu lieu au sein du ministère de la défense dans la capitale, Sanaa, qui a été prise d’assaut par Al-Qaïda », a-t-il expliqué.

« Les assassinats d’officiers de l’armée et des services de sécurité étaient monnaie courante. » C’est ce qui a conduit à la révolution « dirigée par le commandant Abdul-Malik Badr al-Din al-Houthi » et qui « est apparue comme une bouée de sauvetage dans cette situation tragique, et le peuple yéménite libre de diverses origines et mouvements s’est rallié à elle », explique M. Amer.

Le responsable d’Ansar Allah a estimé que la révolution avait représenté un coup dur pour les gouvernements américain et israélien, « un défi majeur pour l’hégémonie américaine sur le Yémen et l’ensemble de la région et une menace pour le projet sioniste, puisque le Premier ministre de l’ennemi sioniste, Netanyahu, a parlé à l’époque de la révolution du 21 septembre et l’a considérée comme une menace pour son entité ».

Il est clair que le mouvement yéménite considère que les responsables de la guerre et du siège imposés à leur pays, qui ont entraîné la mort de près de 400 000 personnes et l’une des plus grandes crises humanitaires du monde, sont un complot impérialiste américano-britannique-israélien. Il a ajouté que « l’agression sioniste contre notre pays est en fait une extension de la stratégie américaine visant à dominer la région ».

26 mai 2024 – Mondoweiss – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.