Solidarité avec le journaliste palestinien Muath Amarneh

Photo : via QNN
Le vendredi 16 novembre 2019, des soldats israéliens ont tiré sur le journaliste Muath Amarneh à hauteur des yeux alors qu'il couvrait des affrontements à Hébron. Amarneh a perdu son œil - Photo : via QNN
Al-Qods News NetworkCisjordanie (QNN) – Les forces israéliennes d’occupation ont tiré sur le journaliste Muath Amarneh à hauteur des yeux alors qu’il couvrait des affrontements entre Palestiniens et soldats israéliens à Sourif, dans le nord de Hébron, ce vendredi.

Selon des sources locales, Amarneh faisait partie des journalistes et photojournalistes qui couvraient la prière du vendredi et les manifestations contre la confiscation par Israël des terres du village de Sourif, lorsque les forces israéliennes les ont attaquées à coups de balles, de gaz lacrymogènes et de grenades assourdissantes.

Sur un autre front, des fermiers palestiniens ont attaqué aujourd’hui par des colons israéliens à Jaloud, au sud de Naplouse.

Ghassan Daghlas, un responsable de l’Autorité palestinienne qui suit les activités de colonisation dans le nord de la Cisjordanie, a déclaré que les colons avaient attaqué les agriculteurs et les avaient passés à tabac pour les empêcher de récolter.

15 novembre 2019 – QNN – Traduction : Chronique de Palestine

Israël vise délibérément les journalistes : Amarneh perd son œil pour avoir voulu révéler la vérité !

Cisjordanie (QNN) – Tout en couvrant les événements, Muath Amarneh (31 ans) n’avait pas oublié de se cacher, car il connaît très bien la traîtrise des soldats. Cependant, ils ont réussi à lui tirer dessus avec une balle de calibre 22, le privant de son œil gauche.

Photo : via QNN
Photo : via QNN

Amarneh a reçu une balle dans le œil vendredi alors qu’il couvrait un affrontement dans le village de Sourif à Hébron.

« Il ne m’a pas dit à quel point sa blessure était dangereuse. »

« Ils m’ont dit qu’il avait été blessé au visage par une balle en métal recouverte de caoutchouc pour me calmer », a déclaré à QNN Walaa Amarne, épouse de Muath. « Je ne m’attendais pas à ce que ce soit dans ses yeux », a-t-elle ajouté.

Walaa avait eu connaissance de la blessure de son mari par l’intermédiaire de son frère et elle s’attendait à ce que ce soit comme toutes ses blessures précédentes. Il était habituellement brûlé ou étouffé par les gaz lacrymogènes toxiques israéliens.

Il avait également été touché auparavant avec une balle en métal recouvert de caoutchouc, ce qui lui a causé une blessure mineure. Mais c’est la première fois qu’ils lui tirent dessus avec des balles réelles.

« J’ai appelé Muath pour s’assurer qu’il allait bien. Il m’a dit qu’il était dans une ambulance et qu’il avait une blessure légère. Il ne m’a pas dit que c’était grave et que son œil avait été sérieusement endommagé », a déclaré Walaa à QNN.

Walaa a assuré qu’il avait bon moral et qu’il plaisantait avec ses collègues en leur disant qu’il avait perdu la vue pour le bien de la Palestine.

Elle a également déclaré que leurs enfants n’avaient pas encore vu leur père après sa blessure, car il leur était très difficile de comprendre ce qui lui était arrivé.

Walaa a toujours été préoccupée par l’amour de sa vie chaque fois qu’il allait couvrir des incidents, mais elle était sûre que « Dieu le protégera » comme elle disait.

« Israël » vise l’œil de la vérité

Muath Amarneh a été soumis à une opération chirurgicale d’une durée de 4 à 5 heures au cours de laquelle les médecins on retiré l’éclat d’obus sans aggraver la blessure.

Plus tard cette année, Amarneh subira une intervention chirurgicale pour implanter un œil artificiel.

Selon le journaliste Raed Sharif, les Israéliens prennent délibérément pour cible les journalistes pour les empêcher de révéler la vérité. La plupart des attaques contre les journalistes ont lieu à Hébron.

Sharif a assuré que les attaques contre les journalistes se sont intensifiées après les reportages sur les récents événements survenus dans le camp de réfugiés d’Arroub, lorsqu’Amarneh a documenté l’assassinat délibéré d’Omar Badawi par les troupes d’occupation.

« La raison pour laquelle ils ciblent de plus en plus les journalistes est que nous documentons et exposons les crimes israéliens commis contre les Palestiniens », a déclaré Sharif. « Un membre de ma famille, qui a filmé le meurtre d’Abdel Fattah Sharif par un soldat israélien il y a trois ans, est depuis ce jour soumis à des agressions israéliennes parce qu’il l’a rapporté ».

S’exprimant à propos d’Amarneh, Sharif a déclaré : « Il tentait de se mettre à l’abri lorsqu’une balle l’a touché directement. Nous avons entendu des gémissements de douleur. Puis nous avons été choqués de le trouver touché directement dans les yeux ».

Les journalistes ont assuré qu’Amarneh avait été blessé par balle une heure après la répression des manifestations et que les Israéliens n’avaient rien utilisé d’autre. Ce n’était qu’une balle dans les yeux d’un journaliste faisant son travail !

16 novembre 2019 – QNN – Traduction : Chronique de Palestine

« Oeil de Muath » : le monde est solidaire du journaliste palestinien aveugle

Palestine occupée (QNN) – Des militants des droits de l’homme et des journalistes ont lancé une campagne de solidarité en faveur de Muath Amarneh, un journaliste palestinien qui a perdu son œil gauche lorsque les soldats israéliens l’ont délibérément visé alors qu’il couvrait les affrontements à Hébron vendredi dernier.

Composition : via QNN
Composition : via QNN

Amarneh (32 ans), qui travaille pour un média palestinien, a été le premier à rapporter l’assassinat de Omar Badawi dans le camp de réfugiés d’Arroub la semaine dernière, ce qui explique probablement pourquoi les Israéliens ont décidé de le punir, le visant à hauteur des yeux.

Le hashtag #MuathEye est maintenant répandu dans plusieurs pays, tandis que de nombreux journalistes et défenseurs des droits de l’homme dans le monde arabe et partout ailleurs ont tweeté et posté sur le hashtag, manifestant leur solidarité avec Amarneh et le journalisme et protestant contre le crime israélien.

Jack Moore, rédacteur en chef adjoint de The National, a écrit: « Les yeux de la vérité ne seront jamais aveuglés. »

Aujourd’hui, des dizaines de journalistes palestiniens ont protesté contre la blessure infligée à Muath Amarneh, qui a perdu un œil après le tir d’un soldat israélien sur lui vendredi dernier.

Il portait des signes évidents d’appartenance à la presse. Soixante journalistes ont été blessés cette année.

17 novembre 2019 – QNN – Traduction : Chronique de Palestine

Le danger pour la santé d’Amarneh s’est aggravé après la perte de son œil gauche

Jérusalem occupée (QNN) – Les journalistes qui accompagnent Muath Amarneh, ont déclaré que leur collègue était dans une situation critique, car un éclat de balle se situait près des tissus cérébraux.

Photo : via QNN
Photo : via QNN

Le journaliste Ahmad Bedeiri a déclaré que la mère de Muath était soutenue et accompagnée par des journalistes et des militants à l’hôpital Hadassah, ce qui lui permettait de garder le moral.

Il a également déclaré que bien que sa santé soit parfaite en général, il existe toujours un danger réel. Un éclat de balle se trouve près des tissus cérébraux d’Amarneh, ce qui augmente les craintes de provoquer une hémorragie cérébrale si les médecins l’enlèvent.

Les médecins ont assuré qu’ils procédaient à des contrôles supplémentaires pour trouver un moyen de retirer les éclats d’obus sans causer de dommages.

Bedeiri a déclaré qu’Amarneh était très heureux de diriger la campagne de solidarité internationale avec lui et avec les journalistes en Palestine. Amarneh a souligné qu’il ne s’agissait pas seulement de lui, mais également de tous les journalistes et militants en Palestine.

Bdeiri a déclaré qu’Amarneh avait été blessé alors qu’il portait un casque et un gilet de presse et qu’il se mettait à l’abri des soldats.

Le journaliste Muath Amarneh a été blessé à l’œil gauche vendredi alors qu’il couvrait des affrontements à Hébron.

17 novembre 2019 – QNN – Traduction : Chronique de Palestine

Bethléem : blessures et arrestations dans une veillée de solidarité avec le journaliste Amarneh

Cisjordanie (QNN) – Plusieurs journalistes et militants ont été blessés et arrêtés lorsque les forces israéliennes ont réprimé une veillée organisée dimanche à Bethléem en solidarité avec le journaliste Muath Amarneh.

Photo : via QNN
Photo : via QNN

Un journaliste de QNN a déclaré que des dizaines de journalistes et de militants s’étaient rassemblés pour manifester leur solidarité avec Amarneh, qui a perdu son œil vendredi lorsque des soldats israéliens l’ont pris pour cible alors qu’il couvrait des affrontements à Hébron.

Les manifestants ont couvert leurs yeux pour dénoncer le crime israélien, dans lequel Amarneh a perdu la vue pour un œil.

Les soldats israéliens, stationnés dans des tours militaires, ont lancé des gaz lacrymogènes et des grenades assourdissantes sur les manifestants, causant ainsi plusieurs cas de suffocation, selon notre reporter.

Plusieurs manifestants ont été brûlés avec des fragments de grenades.

Les forces israéliennes ont également arrêté deux journalistes, identifiés comme étant Muhammad Tannouh et Ahmad Taqatqa, au cours de la manifestation.

Une autre manifestation de solidarité avec Amarneh a été organisée à Tulkarem. Les manifestants ont appelé les journalistes à continuer à dénoncer les crimes israéliens commis contre le peuple palestinien.

17 novembre 2019 – QNN – Traduction : Chronique de Palestine