Les Palestiniens combattent la censure de Facebook et Youtube

Montage photo : The Intercept
L'armée israélienne d'occupation utilise les services de Facebook pour identifier et kidnapper les résistants palestiniens - Montage photo : The Intercept
Ylenia GostoliDans un espace de plus en plus restreint pour les voix dissidentes palestiniennes, une nouvelle initiative vise à récupérer une partie du terrain perdu sur les réseaux.

Sada Social, un groupe lancé en septembre par trois journalistes palestiniens, vise à documenter les « violations contre le contenu palestinien » sur les réseaux sociaux tels que Facebook et YouTube, et à assurer la liaison avec leurs responsables pour restaurer certaines pages et comptes qui ont été fermés .

Bien que les plateformes de médias sociaux ne retirent pas le contenu pour des raisons ouvertement politiques, elles effacent ce qui est considéré comme un « discours de haine » ou une incitation à la violence, ainsi que d’autres formes d’abus en ligne que n’importe qui peut signaler.

Mais les journalistes palestiniens, les militants et les partisans de Sada Social affirment qu’il existe une double norme concernant l’application des politiques des plates-formes. ***

« Il y a un très grand fossé entre les Palestiniens et les Israéliens », a déclaré à Al Jazeera Iyad Alrefaie, co-fondateur de Sada Social, expliquant que l’idée d’une telle initiative découle d’un déséquilibre dans la façon dont les réseaux sociaux traitent la censure dans le contexte du conflit israélo-palestinien.

« [Rien ne se passe] pour les Israéliens qui publient des appels à tuer des Palestiniens », dit-il. « Mais si les Palestiniens publient des nouvelles sur quelque chose qui se passe sur le terrain ou est commis par un soldat israélien, Facebook [peut] fermer le compte ou la page, ou supprimer le message. »

Selon 7amleh, le Centre arabe pour la promotion des médias sociaux, Israël a instruit plus de 200 dossiers criminels contre des militants arabes et palestiniens, les accusant d’incitation sur Internet, alors que « presque aucun cas » n’a été ouvert contre les instigateurs israéliens.

Alrefaie édite une plate-forme appelée Quds News Network, qui exploite les service de 400 journalistes citoyens à travers la Cisjordanie occupée, la bande de Gaza et Jérusalem-Est occupée, et est populaire auprès des jeunes Palestiniens.

L’été dernier, Quds Network était l’un des 30 médias critiques à être fermé par l’Autorité Palestinienne (AP) à cause des accusations de liens avec ses opposants politiques.

Un an plus tôt, trois de ses dirigeants avaient leurs comptes bloqués par Facebook, alors que l’automne dernier, la chaîne YouTube du réseau avait été suspendue pour avoir violé les « directives communautaires » sur une vidéo montrant les combattants des Brigades al-Qassam du Hamas. La chaîne n’a pas encore été rouverte.

En mars dernier, Facebook a brièvement fermé la page du Fatah, le parti qui domine l’AP, après qu’il ait publié une ancienne photo du défunt dirigeant Yasser Arafat tenant un fusil.

Une page politique satirique critiquant à la fois Israël et l’Autorité palestinienne (AP), Mish Eek, a été fermée et rouverte à plusieurs reprises.

« Je pense que chaque utilisateur palestinien ou plate-forme palestinienne sur les médias sociaux y réfléchira à deux fois avant de publier quoi que ce soit », déclare Alrefaie.

Alrefaie dit aussi avoir enregistré au moins 30 violations en l’espace d’une semaine immédiatement après la déclaration de Trump du 6 décembre reconnaissant Jérusalem comme la capitale d’Israël, contre 18 en octobre – comprenant les comptes des journalistes et militants fermés.

Il estime que 90% des cas concernent Facebook, qui reste la plateforme la plus populaire parmi les Palestiniens.

Des préoccupations similaires à celles que Sada Social tente d’aborder ont été exprimées par un public de militants des droits de l’homme, de journalistes et d’organisations de la société civile qui ont assisté au « Palestine Digital Activism Forum » cette semaine à Ramallah.

Ce forum a réuni des représentants de groupes palestiniens et internationaux de défense des droits de l’homme, du gouvernement et des médias sociaux, notamment Facebook.

Ce dernier a reçu un nombre incalculable de questions de l’auditoire sur son rôle dans la censure des voix palestiniennes en ligne et le partage d’informations avec le gouvernement israélien, étant donné que des centaines de Palestiniens ont été arrêtés ces dernières années pour cause de publications sur Facebook.

Complicité au niveau de l’entreprise

Le gouvernement israélien, qui blâme souvent l’incitation en ligne pour les flambées de violence en Israël et dans les territoires palestiniens occupés, a mis en place une unité spécial pour prétendument lutter contre la criminalité en ligne.

En septembre 2016, une délégation de l’entreprise Facebook a rencontré le ministre israélien de la Justice Ayelet Shaked et le ministre de la Sécurité publique Gilad Erdan – qui mène la lutte contre le mouvement de Boycott Désinvestissement et Sanctions – dans le but d’améliorer la «coopération contre l’incitation à la terreur et au meurtre », selon le communiqué alors publié par le bureau du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Les Palestiniens ont souligné que le géant des médias sociaux succombait à la pression du gouvernement israélien pour réprimer le récit palestinien et adoptait la définition des occupants de ce qu’est l’incitation.

Un rapport publié en septembre 2017 par le ministère israélien de la Justice a indiqué que sa cyber-unité a traité 2241 cas de contenu en ligne et a réussi à faire supprimer 70% de ce contenu.

Facebook dit qu’il supprime le contenu qui est considéré comme illégal en vertu de la loi locale, ou qui enfreint ses propres « normes de la communauté », y compris le discours de haine envers un groupe particulier.

« Nous nous impliquons dans le monde entier avec les gouvernements, les ONG et les universitaires, ce qui ne veut pas dire que nous prenons position », a déclaré un représentant de Facebook, Aibhinn Kelleher, en réponse aux questions du public au forum de Ramallah.

« Quand il s’agit d’un traitement spécial du gouvernement israélien, ce n’est pas le cas ». Le partage de l’information, a ajouté Kelleher, ne se produit que dans le contexte de l’application de la loi.

Mais les critiques soulignent que ce qui se passe dans les médias sociaux israéliens a attiré beaucoup moins d’attention de la part de Facebook et du gouvernement israélien.

Selon 7amleh, un message raciste est publié par des Israéliens contre les Arabes ou les Palestiniens toutes les 46 secondes.

« Il s’agit de gouvernements qui sont puissants, et si vous vous adressez aux Israéliens et leur dites que nous avons ici un marché de quelques centaines de millions de shekels dont vous bénéficiez, vous avez alors un moyen de pression, » a déclaré le directeur de 7amleh, Nadim Nashif, qui a organisé la conférence de Ramallah pour mettre en évidence certains des problèmes auxquels est confronté le militantisme en ligne palestinien, dit-il à Al Jazeera.

« Facebook est aux niveaux supérieurs très coordonné avec les hommes politiques israéliens. »

Dans une récente interview, Jordana Cutler, responsable de la politique et des communications de Facebook en Israël, a déclaré que le réseau travaillait « très étroitement avec les services informatiques du ministère de la Justice et de la police et avec d’autres éléments de l’armée et du Shin Bet ».

Cutler était auparavant un conseiller principal de Netanyahu. L’unité 8200, l’agence de cyber-espionnage de l’armée israélienne, est chargée de surveiller les médias sociaux et d’autres formes de communication électronique afin de prévenir d’éventuelles attaques.

Répression tous azimuts

Mahmoud Hassan, un avocat du groupe de défense des droits des prisonniers Addameer, a noté lors du forum que l’organisation avait documenté plus de 300 cas de Palestiniens arrêtés par Israël suite à des messages Facebook en 2017.

Il a déclaré qu’Israël interdisant de protester et considérant les partis politiques palestiniens comme des organisations « terroristes », la définition de « incitation » et de « soutien au terrorisme » peut être assez large.

L’une des accusations portées contre Nariman Tamimi, la mère d’Ahed, une militante de 16 ans emprisonnée pour avoir giflé un soldat dans son village de Nabi Saleh, est d’avoir retransmis en direct la vidéo de l’incident sur Facebook.

Dereen Tatour, une Palestinienne avec la citoyenneté israélienne, a été notoirement arrêtée pour ses écrits sur Facebook, y compris un poème intitulé: « Résiste ! Mon peuple… Résiste-leur ».

Les autorités palestiniennes ont également décidé de réglementer Internet et l’espace des médias sociaux.

En juillet dernier, l’Autorité palestinienne a adopté la loi sur les crimes électroniques par décret présidentiel, invoquant la nécessité de combler certaines lacunes afin de prévenir la fraude.

La loi, qualifiée de « draconienne » par les groupes de défense des droits de l’homme, a gravement porté atteinte à la liberté individuelle d’expression, à la vie privée et à la liberté des médias.

En septembre dernier, l’Autorité Palestinienne a arrêté le chef d’une station de radio à Hébron, Ayman Qawasmeh, quelques jours après que les forces israéliennes aient fait une descente dans le studio et l’aient fermé.

Lorsque le célèbre défenseur des droits humains Issa Amro a critiqué ce qui s’est passé sur son page Facebook, il a également été arrêté par l’AP.

Sous la pression internationale, les Palestiniens ont maintenant proposé une autre version de la loi, qui n’inclut plus un vocabulaire aussi large permettant aux critiques en ligne des autorités d’être emprisonnées ou condamnées à des amendes pour « atteinte à l’ordre public ».

La version proposée permet toujours de bloquer les sites Web sans une ordonnance du tribunal s’ils publient « des éléments susceptibles de menacer la sécurité nationale, la paix civile, l’ordre public et la moralité publique ».

« Même si elle est adoptée, elle ne répond toujours pas aux normes internationales », a déclaré à Al Jazeera Omar Shakir, directeur d’Israël et de Palestine à Human Rights Watch.

Shakir a également souligné que la campagne de l’AP contre les voix critiques est antérieure à l’adoption de la loi. Et à Gaza, le Hamas a procédé à des arrestations et à des interrogatoires pour « mauvaise utilisation de technologies ».

« Human Rights Watch a documenté des cas où des Palestiniens ont été arrêtés à la fois par l’Autorité Palestinienne et par Israël », a-t-il dit.

« Nous avons vu certains sites et points de vente interdits du côté palestinien, puis fermés du côté israélien », a-t-il ajouté.

« Nous avons vu de nombreux cas qui suggèrent qu’il existe une coordination étroite en ce qui concerne non seulement la sécurité, mais aussi la fermeture de l’espace pour la libre expression. »

20 janvier 2018 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine