Si seulement j’étais un oiseau…

Photo : via WeAreNotNumbers.org
Photo : via WeAreNotNumbers.org

Par Asmaa Rafiq Kuheil

Ne pensez pas un instant que je vais révéler ici mes souhaits les plus importants, ceux pour lesquels je travaille si dur.

Non ! Je veux plutôt parler du souhait le plus simple, mais le moins important possible, qui me tient à cœur. J’ai toujours souhaité avoir mon propre oiseau, un perroquet coloré, majoritairement jaune, échangeant des commentaires avec moi et faisant écho à mes paroles. Oh ! Comme c’est magnifique ! Je fantasme sur le prix qu’il coûte, sur l’endroit où on l’achète et sur la nourriture qu’il mange.

Mais lorsque je me mets à la place de cet oiseau, je maudis instantanément « Asmaa », car elle restreint ma liberté, étouffe mes ambitions et est d’un égoïsme écrasant. Plus pitoyablement, elle est comme les Israéliens, prenant quelque chose qu’elle n’a jamais possédé, emprisonnant tout ce que l’oiseau espérait autrefois, punissant ce pauvre oiseau en l’emprisonnant à vie dans une cage maudite pour son désir égoïste !

Cela brise le cœur et c’est pourquoi je n’ai pas eu le courage d’acheter un oiseau, et je ne le ferai pas non plus. Les oiseaux sont créés pour voler. Je n’ai pas le droit de leur voler ce qu’ils font de mieux juste pour satisfaire un souhait ! Certains souhaits ne peuvent pas être justifiés même s’ils peuvent être réalisés simplement. Je dois renoncer à ce désir de faire des oiseaux un compagnon que j’aime de tout mon cœur et me contenter de rêver simplement d’être un oiseau.

J’aspire à la chance d’être un oiseau : voler dans le ciel, respirer de l’air frais, voyager librement – toutes les choses dont je suis privée en tant qu’humain, ou plus précisément, en tant que Palestinienne. J’aspire à m’évader dans le ciel, il y a tant de choses à fuir : des nouvelles déprimantes, un temps humide et un virus mortel occupant une toute petite place sur la carte.

Bombes et coronavirus

Aujourd’hui, je me suis réveillée terrifiée par le son brutal des bombes israéliennes qui se trouvaient à proximité. Je me suis accrochée à mon enveloppe de lit, mon corps gelé, en m’attendant à ce que le mur me tombe dessus à ce moment-là. Je n’avais jamais ressenti une telle horreur auparavant, bien que j’aie « trois-guerres » ans. Prise de panique, j’ai trouvé toute ma famille à la fenêtre, regardant la fumée noire sinistre qui s’élevait de cet exécrable bombardement israélien tout près.

Photo : Hany Farajallah
« La fumée résultant du bombardement israélien qui m’a réveillé » – Photo : Hany Farajallah

Après avoir pris des photos de la fumée, la question habituelle chez nous est posée : « Combien de cas positifs du virus ont été confirmés jusqu’à présent ? » Tout cela est tellement insupportable !

Tant que les chiffres augmenteront aussi horriblement, il y aura un compte à rebours en cascade pour notre survie.

Les publications des Gazaouis sur les médias sociaux ont un contenu varié en lien avec le corona : des millions de blagues sur le corona, des messages médicaux, des messages d’avertissement, de l’espoir dans des messages de foi, des publications de remise de diplômes avec un goût de corona, des publications sur les morts et des publications concernant l’avenir.

Tout cela fait partie intégrante de notre vie ; bien que dans tout ce chaos et cette peur, il y a toujours la poursuite de l’espoir et de l’humour. Des milliers de vidéos sur le journal télévisé montrent des Gazaouis réagissant avec des acclamations et des applaudissements dès que la police et les ambulanciers arrivent dans une zone, les remerciant de s’être attaqués si efficacement à la propagation de la COVID-19. Une institution a fait toute une campagne d’applaudissements pour soutenir le personnel médical et les policiers qui vérifient le respect du couvre-feu.

Avec humour, certaines zones où les policiers ne sont pas encore allés sont jalouses, car elles sont privées de leur chance d’ « applaudir ». Même si applaudir les policiers n’a pas une grande importance (car cela n’empêche pas que quelque chose de misérable se produise), ces Gazaouis ressentent le besoin de soutenir spirituellement ceux qui ne ménagent jamais leurs efforts pour leur propre bien.

Qu’est-ce qu’il y a ? Ma sœur Nada, 15 ans, éclate en sanglots parce qu’une de ses amies a été testée positive. Elle gémit : « Les choses sont effrayantes et peu prometteuses, Asmaa. La COVID-19 se rapproche beaucoup. Allons-nous tous mourir ? »

« N’aie pas peur, ma bien-aimée Nada. Tout se passera bien, ne t’inquiète pas, ma chère. » Je la rassure, en essayant de répandre quelque chose qui me manque : l’espoir.

Coupure d’électricité et coronavirus

Bien sûr, les choses simples ont pris un nouveau sens. Je parle du roman, de la pure majesté de l’électricité. Dès que l’électricité se met en marche, nous ouvrons nos ordinateurs portables ou nos téléphones mobiles pour consulter nos courriels et d’autres nouvelles essentielles. Ma mère, en revanche, fait cuire du pain ou allume la machine à laver, organisant ses tâches en fonction des heures limitées d’électricité.

Photo : via WeAreNotNumbers.org
Un groupe épuisé de personnels du médical à l’hôpital Al-Andonisi à Gaza – Photo : via WeAreNotNumbers.org

Hier, l’électricité est arrivée à 10 heures du matin mais a été coupée à 11 heures. Quoi ? Seulement UNE heure ? Nous mémorisons tous par cœur l’horaire de l’électricité et elle aurait dû durer au moins 3 heures de plus. Ma mère soupire ; il semble que ce n’était pas prévu et que cela devait revenir à 22 heures.

Un courriel important doit cependant être envoyé ! Que dois-je faire ? J’ai tout préparé pour la demande de bourse de mon frère, même le contenu du courriel, et il ne restait plus qu’un simple clic. J’ai attendu, l’esprit sur les nerfs ; j’avais chaud. Mon ventilateur n’a pas été chargé, ni mon portable. 22h30 est arrivé et il ne s’est rien passé. Pourtant, j’ai utilisé la dernière charge de mon portable pour écouter le Saint Coran, en essayant d’oublier toute l’exaspération qui m’entourait.

Je n’arrivais pas à dormir. J’ai passé cette nuit à dormir des demi-heures en suppliant mon Seigneur d’allumer l’électricité tout en m’éventant en utilisant un plat en plastique pour avoir un peu d’air froid. Je m’attendais à ce que l’électricité soit rétablie à 2 heures du matin (l’horaire de l’électricité à Gaza), mais elle n’est pas arrivée. J’ai décidé de ne pas dormir et je voulais juste écrire.

La première phrase que j’ai écrite inconsciemment :
Je m’excuse auprès de ma ville d’avoir écrit cela, mais ces moments où vous « détestez » vivre à Gaza sont inévitables, quel que soit le degré de patriotisme que vous ayez.
Dieu merci ! La belle majesté s’est illuminée à 6 heures du matin ; le courriel a été envoyé ; mon ordinateur portable, mon mobile et mon ventilateur étaient en charge et, surtout, je pouvais dormir confortablement !

L’envie de s’évader

Pourquoi dois-je attendre ?

Pourquoi dois-je souhaiter des choses que je devrais considérer comme acquises ?

Pourquoi est-ce que je me sens « heureuse » quand quelque chose, qui est mon droit en tant qu’être humain, m’arrive ? Ce n’est certainement pas quelque chose qui mérite mon bonheur !

La misère de 2020 a changé le cours de nos vies. Elle a même changé la langue elle-même. « Positif » est devenu l’adjectif le plus négatif que l’on puisse entendre ! Je suis tellement éparpillée. Je n’ai aucun désir de vivre, sauf comme un oiseau. Si j’étais un oiseau, je ne volerais pas d’arc-en-ciel, je ne me disputerais pas avec d’autres oiseaux, je ne salirais pas les nuages.

J’aimerais être un oiseau juste pour m’échapper – pour voler de plus en plus haut au-dessus du ciel, sans les gens, sans Israël, sans les guerres, sans les soucis d’électricité et sans la marche rampante des virus. Je veux des ailes pour planer au-dessus de la peur qui me fait de l’ombre, que je respire un air exempt de désespoir et que ma voix se confonde avec le doux chant des oiseaux du ciel.

* Asmaa’ Rafiq Kuheil, palestinienne de Gaza, est depuis trois années professeur d’anglais. Asmaa’ travaille comme assistante de projet à l’UNRWA, où elle aide à construire sa nation avec tous les moyens à sa disposition. Son arme est son écriture. Ses comptes Facebook et Twitter.

4 janvier 2021 – WeAreNotNumbers – Traduction : Chronique de Palestine – Zeytouna

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.