Muhammad al-Qiq à nouveau en grève de la faim pour imposer sa libération

Picture : KhamakarPress
Picture : KhamakarPress
Ma’an NewsMuhammad al-Qiq entame une nouvelle grève de la faim pour protester contre sa nouvelle détention administrative.

L’ancien gréviste de la faim palestinien Muhammad al-Qiq a entamé une nouvelle grève de la faim lundi pour dénoncer sa dernière détention par Israël.

L’agence de presse palestinienne al-Quds a cité des proches d’al-Qiq disant que le journaliste de 34 ans avait entamé lundi une grève de la faim illimitée pour protester contre sa nouvelle condamnation à six mois de détention administrative – la pratique largement condamnée de la détention sans procès ni accusation, et indéfiniment renouvelable.

Al-Qiq, qui vit à Ramallah et est originaire de Dura près d’Hébron dans le sud de la Cisjordanie occupée, avait été libéré de prison en mai l’année dernière après être resté sans nourriture pour une longue et épuisante période de 94 jours, pour protester contre sa détention administrative.

Cependant, al-Qiq a été à nouveau kidnappé à la mi-janvier après avoir participé à une manifestation – dans la ville de Bethléem en Cisjordanie – qui exigeait la restitution des dépouilles des Palestiniens tués par l’armée d’occupation [conservés comme moyen de chantage sur les familles et pour empêcher toute autopsie qui permettrait d’étudier les circonstances des décès].

Selon le réseau de solidarité des prisonniers palestiniens Samidoun, les autorités israéliennes n’avaient pas recueilli d’aveux ou d’accusations à l’encontre d’Al-Qiq à la fin de janvier, bien qu’elles aient plus tôt déclaré qu’elles enquêtaient sur une présumée « incitation [à la résistance] » sur les médias sociaux, dans le cadre d’une campagne de répression menée contre les militants et les journalistes palestiniens.

L’emprisonnement d’Al-Qiq par Israël – largement condamné par les Nations Unies, Amnesty International et d’autres groupes de défense des droits de l’homme – et la grève de la faim qui avait suivi, ont mis en lumière le recours à la détention administrative, l’emprisonnement arbitraire de Palestiniens et le ciblage délibéré des journalistes palestiniens.

Al-Qiq était l’un des grévistes de la faim palestiniens les plus connus en 2016, avec les frères Balboul qui sont restés sans nourriture pendant 77 et 79 jours, Malik al-Qadi pendant 68 jours, et Bilal Kayid pendant 71 jours.

7 février 2017 – Ma’an News – Traduction : Chronique de Palestine