Deux prisonniers palestiniens mettent fin à leur grève de la faim

Photo : Ma'an News
Rassemblement de solidarité avec les prisonniers palestiniens dans les geôles israéliennes - Photo : Ma'an News
Ma’an NewsDeux prisonniers palestiniens ont mis fin à leur grève de la faim dimanche, après avoir passé 11 jours sans nourriture, selon le Comité palestinien des prisonniers.

Le directeur du comité, Issa Qaraqe, a indiqué que les prisonniers Samer al-Issawi, originaire de Jérusalem-Est sous occupation, et Munther Snawbar, originaire de Naplouse et tous deux détenus dans la prison israélienne de Nafha, ont mis fin à leur grève de la faim dimanche.

Qaraqe a déclaré que Al-Issawi et Snawbar ont mis fin à leur grève de la faim après avoir conclu un accord avec les responsables du Service pénitentiaire israélien (IPS), qui ont accepté de transférer toutes les détenues palestiniennes de la prison de Damon à la prison de Hasharon, plus proche de là où les détenues sont jugées.

L’accord permettra d’épargner aux prisonnières palestiniennes les « heures de souffrance qu’elles devaient à chaque fois subir quand elles étaient amenées devant les tribunaux israéliens pour leur procès, loin de la prison de Damon », a déclaré Qaraqe.

L’accord stipulerait également que lorsque des prisonnières palestiniennes sont amenées devant les tribunaux israéliens pour être jugées, elles doivent être amenées directement jusqu’aux tribunaux, sans s’arrêter à la prison de Ramla en cours de route.

Qaraqe a ajouté que l’IPS a également « promis » de reconsidérer l’interdiction de sécurité pesant sur les familles qui veulent visiter leurs proches dans les prisons israéliennes.

Al-Issawi et Snawbar ont commencé leurs grèves de la faim de solidarité le mois dernier, en signe de protestation contre le traitement réservé aux prisonnières palestiniennes détenues dans le centre de détention de Damon.

Leurs demandes initiales comprenaient le transfert des prisonnières dans un centre de détention plus proche des tribunaux où les détenues sont jugées, un traitement médical approprié des prisonnières et l’autorisation de visite de l’ONG internationale Médecins Sans Frontières (MSF) .

Al-Issawi a gagné une popularité à l’échelle mondiale en 2012 quand il a commencé une grève de la faim pour protester contre sa ré-incarcération par Israël après qu’il ait été libéré dans le cadre de l’accord d’échange de 2011 avec le prisonnier israélien Gilad Shalit.

Après avoir signé un accord garantissant sa libération, le prisonnier originaire de Jérusalem-Est a mis fin à sa grève intermittente en avril 2013 après une protestation longue de 266 jours.

Al-Issawi a été libéré en décembre 2013, seulement pour être détenu à nouveau six mois plus tard.

En 2015, al-Issawi s’est joint à une grève de la faim en solidarité avec le prisonnier Muhammad Allan pour dénoncer la politique de détention administrative d’Israël – l’internement sans accusation ni jugement.

Des dizaines de prisonniers palestiniens ont lancé des grèves de la faim au cours de la dernière année pour protester contre la détention administrative ou les conditions de leur incarcération. Parmi les grévistes de la faim les plus en vue se trouvent Muhammad al-Qiq, Bilal Kayid, et Muhammad et Mahmoud Balboul.

Selon le groupe des droits des prisonniers Addameer, 7000 Palestiniens sont aujourd’hui détenus dans des prisons israéliennes, selon les données remontant au mois d’août.

6 novembre 2016 – Ma’an News – Traduction : Chronique de Palestine