Les Palestiniens se réjouissent de la résolution votée à l’Unesco à propos de la mosquée al-Aqsa

Al-Aqsa
La police israélienne maltraite un Palestinien à proximité de la mosquée al-Aqsa - Septembre 2013 - Photo : Activestills
Ali Younes – Les leaders palestiniens rejettent les critiques israéliennes et encouragent l’UNESCO à mettre en application la volonté des états membres de cette organisation culturelle.

Les leaders palestiniens ont rejeté les critiques faites par Israël contre un projet de résolution de l’UNESCO. Cette résolution condamne la politique menée par Israël dans la zone de la mosquée Al-Aqsa et refuse de reconnaître des liens juifs avec ce lieu saint dans la ville occupée de Jérusalem-est.

Mardi dernier, Israël a suspendu sa coopération avec l’UNESCO. La veille, l’organisme culturel des Nations unies avait reproché aux Israéliens de restreindre l’accès de la mosquée aux musulmans et critiqué la police et les soldats israéliens pour leurs agressions contre ces mêmes musulmans. L’UNESCO a également reconnu Israël comme la puissance occupante.

Dans une déclaration envoyée à Al Jazeera, le ministre palestinien des Affaires étrangères a dit qu’il se réjouissait de l’adoption de la résolution qui reflétait « l’engagement de la majorité des états membres à s’opposer à l’impunité d’Israël et à soutenir les principes fondateurs de l’UNESCO. »

Israël suspend sa coopération avec l’UNESCO sur le texte.

Dans la déclaration, le ministre ajoutait: « Plutôt que dépenser des millions pour faire passer la colonisation illégale comme quelque chose de normal et déformer la réalité, Israël, la puissance occupante, doit comprendre que le seul moyen d’être traité comme un état normal est de commencer par se comporter comme tel en mettant un terme à son occupation de la Palestine ainsi qu’à ses exactions dans les terres occupées de l’état palestinien, en particulier à Jérusalem-est. »

Riyad al-Maliki, ministre palestinien des Affaires étrangères, a également blâmé Irina Bokova, directrice générale de l’UNESCO, pour avoir pris ses distances avec le vote de jeudi.

Celle-ci a déclaré: « L’héritage de Jérusalem est indivisible et chacune de ses communautés a le droit de voir reconnues de façon formelle leur histoire et leur relation avec cette ville. »

Elle a ajouté que la Vieille Ville de Jérusalem avait reçu le titre de site du Patrimoine mondial à cause de « sa valeur universelle… qui appelle au dialogue et non à la confrontation. »

Riyad al-Maliki a rétorqué qu’elle « avait outrepassé les limites de son mandat » et a qualifié sa déclaration de « totalement inacceptable. »

Il a ajouté: » Le gouvernement palestinien espère qu’Irina Bokova fera porter tous ses efforts sur la mise en application de la volonté des états membres et s’emploiera à défendre Jérusalem contre sa colonisation systématique par les Israéliens et leurs attaques contre ce qui fait le caractère palestinien de cette ville. »

Israël et les Etats-Unis ont dénoncé la résolution de l’UNESCO, acceptée par l’Algérie, l’Egypte, le Liban, le Maroc, Oman, le Qatar et le Soudan. Cette résolution a été adoptée avec 24 voix pour, 6 contre et 26 abstentions.

Ont voté contre: l’Estonie, l’Allemagne, la Lituanie, les Pays-Bas, le Royaume uni et les Etats-Unis. Ont voté pour: la Chine, la Russie, le Mexique, l’Afrique du Sud et le Pakistan entre autres pays.

Benjamin Netanyahu, premier ministre israélien, a déclaré, jeudi dernier, qu’en adoptant cette résolution, l’UNESCO avait perdu sa légitimité.

Il a déclaré: « L’UNESCO s’enferre dans le théâtre de l’Absurde. Aujourd’hui, cette organisation a adopté une nouvelle résolution complètement déconnectée de la réalité selon laquelle le peuple d’Israël n’aurait aucun lien avec le mont du Temple et le Mur des Lamentations. »

Selon les Palestiniens, Israël se sert de son lien avec la ville de Jérusalem pour couvrir sa politique de déplacement des Palestiniens qui y habitent.

Izzat al-Risheq, porte-parole du Hamas, a dit dans une déclaration envoyée à Al-Jazeera:  » Nous saluons le vote de l’UNESCO qui a rejeté toute revendication historique de la part des Juifs sur la mosquée Al-Aqsa et son mur occidental. »

« Nous disons merci à tous les pays qui ont voté pour cette résolution. » La mosquée Al-Aqsa est le troisième lieu saint de l’Islam. Elle est située dans Jérusalem-est qu’Israël a annexée suite à son invasion en 1967, mesure qui n’a jamais été reconnue par la communauté internationale. Cette annexion faisait partie de l’occupation de la Cisjordanie qui s’ensuivit.

Les colons juifs et les organisations sionistes ont demandé à avoir le plein contrôle de la zone de la mosquée.

Des groupes de Juifs désignent ce lieu par le nom « mont du Temple » et leurs incursions de plus en plus nombreuses dans la zone de la mosquée ont conduit les Palestiniens à protester contre l’occupation de la Cisjordanie, de Jérusalem-est et de la bande de Gaza.

Les incursions de militaires israéliens et de colons armés se sont soldées par de nombreux morts et blessés chez les Palestiniens, en particulier au cours des dernières années. L’armée israélienne a considérablement réduit l’accès des musulmans à ce lieu saint.

* Suivez Ali Younes sur Twitter : @ali_reports

16 octobre 2016 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine – Christine Malgorn

* Christine Malgorn a écrit Syrie, mon amour. 1860, au cœur de la guerre oubliée – Voir la vidéo (disponible sur Amazon); et « Bienvenue au Shéol » paru en avril 2015 (disponible en numérique sur Amazon, et en format papier). Consultez son blog.