Victoire écrasante de Jérémy Corbyn à la tête du Parti travailliste

Jérémy Corbyn
Jeremy Corbyn n'a pas cédé devant les campagnes diffamatoires lancées par les mouvements sionistes en Grande-Bretagne - Photo : d'après Al-Jazeera
Shafik Mandhai – Le dirigeant socialiste Jérémy Corbyn remporte son second mandat à la tête du Parti travailliste après avoir enduré une bataille difficile.

Liverpool, Royaume-UniJérémy Corbyn, chef de l’opposition du Parti travailliste britannique (Labour), a été très largement réélu face à son opposant, le député Owen Smith.

Une large victoire

Le vétéran socialiste a été déclaré vainqueur de la course à la direction lors de la conférence annuelle du parti dans la ville anglaise de Liverpool ce samedi. Corbyn a en effet obtenu près de 62% des voix des plus de 500 000 votes exprimés parmi les membres du Labour et ses sympathisants.

La victoire de Corbyn, par 313 209 voix contre 193 229 votes, cimente son autorité à la tête du Parti travailliste.

Les résultats connus, Jérémy Corbyn a déclaré qu’il allait travailler à l’unification des rangs du parti. Il compte bien également mettre la pression sur le gouvernement pour imposer un ordre économique plus juste.

« Je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour mériter la confiance et le soutien [des électeurs], assurer notre unité, en faire un moteur de progrès pour notre peuple », a ajouté Corbyn.

« Il est temps pour nous tous que chaque once d’énergie serve à la dénonciation [du Parti conservateur] et des dégâts qu’il fait dans notre pays. »

Corbyn a été élu l’an dernier pour diriger le Labour, lequel a gouverné le Royaume-Uni entre 1997 et 2010. Mais le Labour avait ensuite perdu deux élections générales successives.

« Nous avons beaucoup plus de choses en commun que ce qui nous divise. Nous allons effacer l’ardoise à partir d’aujourd’hui et nous concentrer sur le travail que nous avons à faire comme un parti unifié. »

Les supporters de Jérémy Corbyn ont ensuite célébré sa victoire lors d’un événement organisé par l’organisation pro-Corbyn Momentum à Liverpool.

Tom Skinner, un partisan de Corbyn qui a rejoint le parti travailliste au début de l’année, a déclaré que la réélection était un message à ceux du parti qui avait passé des mois à tenter de l’évincer.

« Après neuf mois de sabotage par certains – mais pas tous – des députés, le soutien de Corbyn au sein du parti a augmenté, » nous a dit Skinner. Ajoutant qu’il escompte bien que le leader du Labour inverse le déclin dans les sondages.

« Je sens que Corbyn, malgré certains sondages décourageants et les doutes dans les circonscriptions marginales, est notre meilleur espoir.

« Nous étions en train de rattraper [notre retard], presque au coude à coude en mars avec les conservateurs, avant que la crise interne du parti se soit aggravée. Avec le mouvement que nous construisons maintenant, nous pouvons gagner la tête. [Nous pouvons être] le plus grand parti de toute l’Europe occidentale. »

Élections générales à venir

La victoire survient au milieu de profondes divisions au sein du Labour sur son orientation politique et les doutes sur l’impact électoral de Jérémy Corbyn.

Alors que celui-ci a le soutien de l’essentiel des militants et adhérents, il a dû se battre pour conserver le soutien de ses députés.

Le dernier sondage YouGov place le Labour à 30%, c’est-à-dire à 9 points derrière le Parti conservateur au pouvoir.

Natasha Josette, une militante de Momentum, a déclaré que le résultat était la preuve que le Labour pouvait gagner le soutien populaire.

« Il reste quatre années jusqu’à l’élection générale, et je pense qu’il peut nous faire gagner », a déclaré Josette.

« Nous savons depuis des décennie que Jérémy Corbyn a été fort dans sa politique, et résolu. Ce dont il va se servir lors des élections générales. »

Pour ses détracteurs, le déficit est dû à un manque d’attrait pour sa politique de centre-gauche, mais ses partisans soutiennent que c’est la désunion au sein du parti qui rebute l’électorat.

Après le vote du Brexit en juin, les adversaires de Corbyn au sein du parti ont lancé une offensive où il a été accusé de ne pas avoir fait suffisamment campagne pour empêcher la Grande-Bretagne de quitter l’Union européenne.

24 septembre 2016 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine