Pourquoi les Palestiniens sont réticents à se joindre aux manifestations au Liban

Photo : Ibrahim Abdel Razik
Le mouvement de protestation au Liban traverse un moment critique après la démission du Premier ministre Hariri - Photo : Ibrahim Abdel Razik
Amena ElAshkarSur la place Elia, dans la ville de Sidon au sud du Liban, Nashwa Hammad tenait la semaine dernière un drapeau palestinien dans une main et un drapeau libanais dans l’autre. La journaliste indépendante criait des slogans aux côtés de ses amis libanais.

« Je suis parmi les rares Palestiniens qui participent à ces manifestations. Mais ma mère est libanaise, cela me rend libanaise autant que palestinienne », a déclaré Hammad, 26 ans, à The Electronic Intifada. « J’ai vécu toute ma vie au Liban. J’étais dans des écoles libanaises. Et je n’ai jamais vécu dans des camps de réfugiés. Que faut-il de plus pour être Libanais ? »

Alors que des milliers de Libanais envahissent les places publiques des grandes villes, le rôle des nombreuses communautés du pays sera suivi de près. Parmi ces communautés, il y a des réfugiés palestiniens, qui souvent servent de bouc émissaire pour les tensions sectaires au Liban.

C’est particulièrement vrai alors que les manifestations entrent dans une phase critique après la démission du Premier ministre du pays, Saad Hariri, le 29 octobre.

Mais cette fois, peut-être, les conflits communautaires sont-ils plus difficiles à résoudre.

Les manifestations ont éclaté après une série de mesures législatives visant à imposer de nouvelles taxes, notamment une taxe qui aurait imposé des frais pour l’utilisation de WhatsApp sur des téléphones portables.

Une semaine avant que ces propositions ne soient présentées au Parlement, le pays était confronté à une pénurie de combustible et de pain. Réunis, ces éléments ont été la goutte qui a fait déborder le vase d’une population terriblement lassée de la mauvaise gestion du gouvernement.

En conséquence, les manifestations, dirigées contre la corruption et l’incompétence dans les institutions, ont réuni des communautés qui au Liban, étaient traditionnellement considérées comme étrangères l’une à l’autre.

Rester prudents

Certains slogans étaient dirigés contre Gebran Basel, ministre libanais des Affaires étrangères et dirigeant du Mouvement libéral patriotique libanais.

Bâle a été largement ridiculisé comme raciste cet été suite à ses tweets qui semblaient encourager les employeurs libanais à ne pas embaucher de réfugiés palestiniens ou syriens.

Les manifestants scandaient : « Basel out, out ! », Pour défendre davantage de droits pour les réfugiés palestiniens et syriens au Liban, et “Réfugiés in, in !”.

« Ce qui affecte le peuple libanais nous concerne aussi. La corruption, le sectarisme et les inégalités nous font du mal à tous », a déclaré Hammad. « Mon père a un document palestinien pour voyager, délivré par l’Égypte. Je dois renouveler mon permis au Liban tous les quelques mois. Mais ma mère est libanaise. Je ne demande même pas la citoyenneté libanaise, même si j’estime que chaque femme devrait avoir le droit de transmettre sa citoyenneté à ses enfants. »

Ghassan al-Naji, âgé de 29 ans, était sur la place des Martyrs à Beyrouth le 26 octobre avec son épouse libanaise Mariam.

« Je suis ici pour la soutenir, ainsi que pour sa cause », a déclaré Ghassan, un assistant social. « Nous venons ici depuis maintenant neuf jours. »

Mariam al-Naji, âgée de 25 ans, de Beyrouth, a expliqué pourquoi la participation aux manifestations était si importante pour elle.

« Mon garçon grandira dans ce pays et n’aura aucun droit uniquement parce que son père est palestinien. Ce n’est pas juste. »

Néanmoins, dans les camps de réfugiés, les Palestiniens ont en grande partie décidé de se tenir à l’écart des manifestations.

« Nous soutenons absolument les revendications du peuple libanais », a déclaré Ahmad Safadi, chauffeur de taxi du camp de Burj al-Barajne, âgé de 55 ans. « Mais nous ne pouvons pas faire partie de leur soulèvement. Compte tenu de notre histoire au Liban, certaines parties libanaises opposées au soulèvement nous utiliseraient comme excuse pour saboter les manifestations. »

Moments de joie

Il y a eu des exceptions à cette règle. Le 20 octobre, Samir Geagea, chef du parti des forces maronites chrétiennes libanaises, a annoncé la démission de ses ministres du gouvernement libanais en réponse aux manifestations.

Parmi eux figurait Camille Abousleiman, ministre du Travail, connu dans les camps de réfugiés palestiniens pour avoir pris des mesures très restrictives pour empêcher l’emploi de réfugiés.

En juillet, des personnes avaient vu des panneaux d’affichage du ministère du Travail avertissant – ou peut-être même exhortant – les entrepreneurs en disant : « votre entreprise va de l’avant uniquement entre les mains des fils de votre pays ».

La nouvelle de sa démission a donc été accueillie par une marche de célébration le 20 octobre dans le camp de réfugiés d’Ein al-Hilweh.

Samia Hussein, âgée de 49 ans, a participé à cette marche avec un mélange de joie et de soulagement.

« Bien sûr, nous allons célébrer sa démission. Abousleiman voulait nous empêcher tous de travailler au Liban. C’est maintenant lui qui a perdu son emploi », a déclaré en riant Samia Hussein, une femme au foyer.

Néanmoins, elle a appelé sur les autres habitants du camp à la prudence.

« Mon cœur est chargé d’espoir de voir toutes ces personnes demander des réformes, mais je ne permets à aucun de mes enfants d’y participer. Nous devons être prudents. Nous ne voulons pas que le scénario des Palestiniens en Syrie se répète ».

Hussein a rappelé que les Palestiniens au Liban sont stéréotypés comme étant des subversifs.

« C’est pourquoi nous soutenons [les manifestants] depuis l’intérieur de nos camps. Je suis heureuse que les jeunes femmes et les jeunes hommes en soient conscients et ne participent pas. Certains Palestiniens le font peut-être, mais ce sont pour la plupart des Palestiniens de l’extérieur des camps, entièrement immergés dans la société libanaise. »

* Amena ElAshkar est une journaliste et photographe qui vit dans le camp de réfugiés de Burj al-Barajne à Beyrouth.


5 novembre 2019 – The Electronic Intifada – Traduction : Chronique de Palestine

Soyez le premier à commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.