Palestine de 1948 : les Palestiniens vont-ils tirer profit du chaos politique ?

Photo : Ahmad Gharabli
Une femme arabe israélienne vote lors des élections législatives israéliennes dans un bureau de vote à Kafr Manda près de Haïfa le 17 septembre 2019 - Photo : Ahmad Gharabli
Ahmad MelhemIsraël [Palestine de 1948] a fixé au 2 mars ses prochaines élections législatives, qui seront ses troisièmes en moins d’un an. La Knesset, le parlement israélien, a adopté un projet de loi le 12 décembre pour se dissoudre, bien qu’elle conserve son autorité jusqu’à la tenue de nouvelles élections.

Israël avait tenu des élections en avril 2019, mais le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas réussi à obtenir un consensus pour former son gouvernement, ce qui a incité la Knesset à se dissoudre et à se diriger vers une nouvelle élection, le 17 septembre 2019.

Le parti Bleu dirigé par Benny Gantz et le parti Likoud de Netanyahu ont obtenu presque le même nombre de sièges aux élections de septembre et n’ont pas réussi à former un gouvernement.

Pendant ce temps, les partis arabes semblent profiter le plus de la crise de gouvernement en Israël. Les partis étaient divisés lors des élections d’avril 2019 et s’étaient alors présentés sur deux listes distinctes. Mais aux élections de septembre, ils ont présenté la Liste commune unie, remportant 13 sièges et devenant la troisième force en importance à la Knesset.

Lors des élections prévues pour le 2 mars 2020, la Liste commune espère obtenir au moins deux sièges supplémentaires.

Netanyahu cherche à rester en fonction, bien qu’il ait été inculpé le mois dernier pour corruption, abus de confiance et fraude.

Le membre de la Knesset, Osama al-Saadi, du Mouvement arabe pour le renouveau (Taal), a déclaré à Al-Monitor: « La tenue d’une troisième élection reflète la profondeur de la crise politique en Israël à cause de Netanyahu, qui cherche à s’épargner l’emprisonnement. […] Pour échapper aux poursuites, Netanyahu cherche l’immunité accordée au Premier ministre en obtenant les votes de 61 membres de la Knesset. »

Netanyahu ne réussira pas à former le prochain gouvernement, selon Saadi. « La Liste commune veut lui donner le coup de grâce et mettre fin à sa vie politique en obtenant plus d’influence dans la prochaine Knesset et en remportant plus de 15 sièges. Il a toujours été le premier à inciter à la haine contre les Arabes », a-t-il aussi rappelé.

Aux élections de septembre, la Liste commune a remporté ses 13 sièges à la Knesset avec un demi-million de voix. Le taux de participation au sein de la communauté arabe a atteint 60%. La campagne de la liste était basée sur le renversement de Netanyahu.

La Liste conjointe a été initialement constituée en 2015 par quatre parties : l’Alliance démocratique nationale (Balad), le Front démocratique pour la paix et l’égalité (Hadash), Taal et la Liste arabe unie. Cette liste parie sur un certain nombre de facteurs pour augmenter sa part de sièges à la Knesset.

« Notre carte la plus forte est que nous organiserons les élections de façon unie », a déclaré Saadi. « Cela renforcera la confiance des électeurs à notre égard. Il y a un désir général de porter un coup de grâce à Netanyahu en réponse à son incitation constante contre nous. »

Se félicitant des résultats de la Liste commune, il a déclaré: « Nous avons abordé plusieurs questions sensibles pour la communauté arabe en Israël, telles que la multiplication de crimes violents et de meurtres, et l’augmentation des démolitions de maisons dans les villes arabes. »

Il a ajouté : « Si nous parvenons à augmenter le taux de participation des Arabes jusqu’à 75%, nous obtiendrons 17 à 18 sièges à la Knesset. Cela éloignera Netanyahu du pouvoir. La Liste commune deviendra un acteur clé de la carte politique d’Israël. Notre objectif réaliste est d’obtenir 15 ou 16 sièges; cela nécessite 600 000 voix pour la liste, soit une hausse de 100 000 voix par rapport aux élections précédentes. »

La Liste commune forme des équipes pour tirer les leçons des élections précédentes, élaborer un plan d’action et rédiger un programme électoral soutenu par les masses, destiné à atteindre chaque village, bourg et ville.

« Nous devons communiquer avec toutes les masses arabes pour les persuader et les encourager à voter aux élections », a-t-il déclaré. «C’est ainsi que nous pouvons atteindre plusieurs objectifs, notamment évincer Netanyahu, devenir une force influente à la Knesset et travailler à résoudre les problèmes épineux de la communauté arabe, tels que les démolitions de maisons, la violence, les crimes et la pauvreté.»

Un sondage en ligne réalisé le 15 décembre par la société israélienne de radiodiffusion a montré que la Liste commune conserverait probablement ses 13 sièges lors des prochaines élections. Le sondage indique que le parti du Likud et son rival, le parti Bleu et Blanc, ne parviendront pas à former une coalition gouvernementale de leur propre chef.

Parmi les répondants du centre à la gauche, 54% ont déclaré que Gantz aurait dû former un gouvernement avec la Liste commune en septembre pour éviter de nouvelles élections.

Un membre de la Knesset, Aida Touma-Sliman, a déclaré à Al-Monitor: « Le public est de plus en plus satisfait des performances de la Liste commune. Les gens ont ressenti notre capacité à influencer la scène politique en Israël. Nous pensons que le public nous soutiendra davantage lors des prochaines élections. Nous gagnerons la bataille électorale et éliminerons la coalition de droite pro-coloniale de Netanyahu. »

Elle a indiqué que la campagne de la Liste commune mettra en évidence ses points forts, notamment la lutte contre la violence et la criminalité dans la communauté arabe et l’obtention d’une décision de la Knesset avant sa dissolution de geler la ainsi-nommée loi Kaminitz sur la démolition des maisons arabes.

« La liste unie mettra en place une stratégie offensive qui se concentrera sur l’augmentation du nombre de votants parmi les groupes qui avaient un faible taux de participation aux élections précédentes, tels que les jeunes et les femmes, ainsi que dans certaines zones géographiques, comme la région du Néguev« , a-t-elle déclaré.

La Liste commune a cherché à renverser Netanyahu après les élections de septembre. Elle avait recommandé le 22 septembre que le président israélien Reuven Rivlin nomme Gantz pour former un gouvernement. Si la Liste commune obtient 15 sièges ou plus lors des prochaines élections, elle jouera un rôle crucial pour empêcher Netanyahu de former le prochain gouvernement israélien.

* Ahmad Melhem est un journaliste et photographe palestinien de Al-Watan News basé à Ramallah. Il écrit pour un certain nombre de publications arabes.

Articles du même auteur.

26 décembre 2019 – Al-Monitor – Traduction : Chronique de Palestine