Palestine occupée : les habitants du village de Khan al-Ahmar sur le point d’être expulsés

Photo : Yaniv Nadav/Flash90
Un enfant regarde les restes de maisons démolies dans le village palestinien de Khan al-Ahmar, le 4 juillet 2018 - Photo : Yaniv Nadav/Flash90
Al-JazeeraL’armée israélienne d’occupation est sur le point de démolir le village de Khan al-Ahmar où vivent 180 Palestiniens, alors que les groupes de défense des droits de l’homme dénoncent les déplacements forcés.

Les Palestiniens et les groupes de défense des droits humains ont condamné une décision d’un tribunal israélien autorisant l’armée à démolir un village bédouin en Cisjordanie occupée et à expulser de force ses 180 habitants.

Dans un communiqué publié mercredi, l’Autorité palestinienne basée à Ramallah a déclaré que la décision de raser le village de Khan al-Ahmar consolide le « projet colonial » israélien de construction « d’un arc de peuplement » qui coupe de fait Jérusalem-Est occupée du reste de la Cisjordanie.

« Cette décision illégale révèle la nature coloniale des institutions israéliennes qui travaillent à confisquer les terres palestiniennes … en les aliénant effectivement de Cisjordanie et en tuant tout espoir d’un futur État palestinien d’un seul tenant », ajoute le communiqué.

Khan al-Ahmar est situé à quelques kilomètres de Jérusalem, au milieu de deux importantes colonies israéliennes illégales, Maale Adumim et Kfar Adumim, que le gouvernement israélien souhaite développer. L’élimination du village bédouin permettra au gouvernement israélien de couper la Cisjordanie en deux.

La Haute Cour a rejeté les requêtes contre la démolition et a déclaré qu’une injonction temporaire qui avait suspendu l’expulsion forcée deviendrait caduque dans une semaine.

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, s’est félicité de la décision des juges sur Twitter..

L’atmosphère dans le village, où les habitants ont organisé un rassemblement après la décision, était au découragement.

« Nous avons suivi toutes les procédures devant les tribunaux, maintenant nous ne pouvons plus rien faire », a déclaré Tawfiq Jabareen, un avocat de la communauté. « Si quelque chose peut empêcher la démolition, c’est un processus politique. »

« Une Cour d’occupants »

Les villageois appartiennent à la tribu bédouine de Jahalin qui a été expulsée de ses terres dans le désert du Naqab (Néguev) par l’armée israélienne dans les années 1950. Ils ont été déplacés à deux nouvelles reprises avant de s’installer à Khan al-Ahmar, bien avant la construction des colonies illégales autour d’eux.

La petite communauté de 40 familles vit dans des tentes et des cabanes dans les zones classées par les accords d’Oslo en 1993 comme la zone C, qui représente 60% de la Cisjordanie et est soumise à un contrôle administratif et de sécurité total de la part de l’occupant israélien.

La décision du tribunal repose largement sur la prémisse que le village avait été construit sans autorisation israélienne, laquelle selon les Palestiniens, est impossible à obtenir en raison de l’expansion des colonies israéliennes illégales réservées aux seuls Juifs.

Les chiffres publiés par les Nations Unies montrent que les autorités israéliennes n’ont approuvé que 1,5% de toutes les demandes de permis par les Palestiniens entre 2010 et 2014.

Au début du mois de juillet, des bulldozers israéliens ont détruit un certain nombre de tentes et d’autres structures à Khan al-Ahmar, provoquant des affrontements avec les habitants.

Hagai El-Ad, directeur du groupe israélien de défense des droits de l’homme, B’Tselem, a déclaré à Al Jazeera que la décision du tribunal était « lâche, immorale et scandaleuse ».

« Cette décision démontre seulement que la Haute Cour israélienne ne travaille pas au service de la justice mais travaille simplement au service de l’occupation », a-t-il déclaré, s’exprimant depuis Jérusalem.

« Ceci est un autre exemple où nous pouvons voir que les personnes vivant sous occupation ne peuvent espérer trouver justice devant les tribunaux des occupants. »

Le gouvernement israélien prévoit de reloger les habitants dans une zone à environ 12 km, près du village palestinien d’Abu Dis.

Mais le nouveau site se trouve à côté d’une décharge et les défenseurs des droits de l’homme affirment qu’un transfert forcé des résidents violerait le droit international applicable aux territoires occupés.

« Le transfert forcé de personnes protégées dans les territoires occupés est un crime de guerre, simple et clair », a déclaré El-Ad. « Et maintenant nous avons encore plus de juges de la Haute Cour qui soutiennent la mise en œuvre d’un crime de guerre. »

Appel à la communauté internationale

El-Ad a ajouté que le déplacement et l’expansion des colonies de peuplement ont été la politique de nombreux gouvernements israéliens, mais que l’actuel « agit avec un feu vert éclatant qu’il voit de la part de Washington ».

En réponse à la décision du tribunal, l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) a organisé une manifestation mercredi à Khan al-Ahmar.

« Nous tenons ce sit-in aujourd’hui pour montrer notre solidarité avec le peuple de Khan al-Ahmar et faire pression sur Israël pour qu’il renverse sa décision », a déclaré Walid Assaf, chef de la commission des colonies de l’OLP.

« Israël continue d’imposer sa contrainte au peuple palestinien et de l’expulser de ses foyers. Nous avons épuisé tous les canaux juridiques nationaux, nous devons donc recourir au droit international pour protéger nos droits. »

El-Ad a appelé la communauté internationale à agir, affirmant qu’elle avait la responsabilité de « protéger partout les droits de l’homme ».

« Surtout dans cette réalité où les Palestiniens vivent depuis plus d’un demi-siècle sous une occupation militaire qui a pour objectif d’étendre les colonies et de déplacer de force les Palestiniens – un processus qui se déroule au grand jour », a-t-il encore déclaré.

6 septembre 2018 – Al-Jazeera – Traduction : Chronique de Palestine