France : révolte de l’opinion contre le soutien de Macron à Israël

Photo : Réseaux Sociaux
Gaza est un véritable ghetto, cerné de toutes parts par l'état sioniste, raciste et ségrégationniste - Photo : Réseaux Sociaux
Ali AbunimahLe massacre par Israël de dizaines de Palestiniens dans la Bande de Gaza occupée lundi dernier creuse le fossé entre l’opinion publique française et les dirigeants du pays, résolument pro-israéliens.

Avant même le dernier massacre, l’une des personnalités françaises mondialement reconnues, le réalisateur Jean-Luc Godard, s’était joint à des dizaines de personnalités culturelles qui refusaient de participer aux activités « culturelles » du gouvernement français destinées à promouvoir Israël.

Depuis lundi, les gens ont manifesté en solidarité avec les Palestiniens dans tout le pays, y compris des milliers dans les rues de Paris.

En ce moment, au Trocadéro à Paris, près de 3000 manifestant·e·s sont rassemblé·e·s en solidarité avec le peuple palestinien.#Palestinr #Gaza #GreatReturnMarch pic.twitter.com/ftai4Hkev1
— BDS France (@Campagnebds) May 16, 2018

La CGT, importante confédération syndicale, a condamné Israël pour avoir commis un « crime contre l’humanité » et a exhorté ses membres à intensifier leur solidarité avec les Palestiniens.

Une autre fédération, L’Union syndicale Solidaires, a réitéré son soutien au mouvement de boycott, désinvestissement et sanctions (BDS), tout comme l’organisation anticapitaliste de gauche NPA.

Dans un sondage en ligne organisé cette semaine par Le Journal du Dimanche, 66 % des 33 500 personnes qui y ont participé ont convenu que la France devrait rappeler son ambassadeur de Tel-Aviv.

Cette position a été soutenue au Parlement par La France Insoumise, le parti de gauche de l’ancien candidat à la présidence Jean-Luc Mélenchon qui a défendu les sanctions contre Israël.

S’exprimant à l’Assemblée nationale mercredi, Eric Coquerel, député du parti, a déclaré qu’Israël avait été autorisé à violer le droit international en toute impunité depuis bien trop longtemps.

« Il faut rappeler l’ambassadeur de France en Israël ! » –
Ma question au Gouvernement sur le massacre de manifestants palestiniens à #Gaza. pic.twitter.com/USpRWupqma
— Eric Coquerel (@ericcoquerel) May 16, 2018

Emmanuel Macron doit rappeler notre ambassadeur en Israël et convoquer l’ambassadeur d’Israël en France pour lui demander des comptes. Ce massacre nécessite une réponse diplomatique française claire #QDactu #DirectAN #Gaza
— Adrien Quatennens (@AQuatennens) May 16, 2018

« Pourquoi la France n’a-t-elle pas déjà rappelé son ambassadeur d’Israël ? » a demandé Coquerel au premier ministre Édouard Philippe.

Mélenchon a également exhorté le gouvernement à convoquer l’ambassadeur d’Israël, comme l’ont fait la Belgique, l’Irlande et le Luxembourg pour protester contre les actions d’Israël.

La France doit condamner les massacres à #Gaza. L’ambassadeur d’Israël à Paris doit être convoqué à l’Élysée pour s’expliquer. La paix agonise sous les coups de #Netanyahou.
— Jean-Luc Mélenchon (@JLMelenchon) May 14, 2018

La France a refusé de prendre de telles mesures, mais le gouvernement ressent clairement une pression pour aller au-delà des déclarations fades typiques de « préoccupation » et des appels à la « retenue » qui ont caractérisé les réactions de l’Union européenne et de ses membres depuis qu’Israël a commencé ses massacres hebdomadaires de manifestants à Gaza le 30 mars.

Le président Emmanuel Macron a enfin « condamné lundi la violence des forces armées israéliennes contre les manifestations », selon le porte-parole du gouvernement.

Ces changements rhétoriques sont cependant peu susceptibles d’apaiser l’indignation que suscite le refus persistant de la France de prendre des mesures pour demander des comptes à Israël.
Macron n’a même pas soutenu les appels lancés par d’autres États membres de l’UE en faveur d’une enquête sur le massacre à Gaza.

« Dire la vérité »

Au vu de la position de la France, de nombreuses personnes ont partagé sur les médias sociaux un article de Dominique de Villepin, ancien premier ministre de centre-droit et ministre des affaires étrangères qui a acquis une stature internationale lorsqu’il a dirigé l’opposition de la France à l’invasion de l’Irak par les Etats-Unis en 2003.

Cet article de Villepin en 2014 reste d’une brûlante actualité : “Ayons le courage de dire une première vérité: il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre.” https://t.co/PtmMO41KCb
— Karim Emile Bitar (@karimbitar) May 16, 2018

Dominique de Villepin : «Lever la voix face au massacre perpétré à Gaza» https://t.co/vm4lygQUAG via @FigaroVox
— Najoua Boufaden (@NajouaBoufaden) May 18, 2018

Il avait critiqué la faible réaction de la France à l’invasion israélienne de Gaza cette année-là.

Dans Le Figaro, M. de Villepin a déclaré qu’il était du devoir de la France « d’élever la voix contre le massacre perpétré à Gaza « .

Il a condamné la réaction de la France se contentant d’appels à la « retenue » pendant que des « enfants sont tués » ainsi que son soutien unilatéral à Israël.

“Ayons le courage de dire la vérité: il n’y a pas en droit international de droit à la sécurité qui implique en retour un droit à l’occupation et encore moins un droit au massacre,” a déclaré de Villepin.

Avec un franc-parler rare pour un homme politique français, de Villepin a déclaré que le recours exclusif d’Israël à la brutalité militaire et son mépris total pour les droits et les intérêts des Palestiniens  » condamne Israël, peu à peu, à devenir un Etat ségrégationniste, militariste et autoritaire « .

 » C’est la spirale de l’Afrique du Sud de l’apartheid avant Frederik De Klerk et Nelson Mandela, faite de répression violente, d’iniquité et de bantoustans humiliants , » a ajouté de Villepin.  » C’est la spirale de l’Algérie française.  »

Cette fois-ci, la majeure partie du centre droit français est restée silencieuse, mais Israël a, comme on pouvait s’y attendre, trouvé le soutien de l’extrême droite.

Morts à Gaza: Israël a « défendu sa frontière », selon Aliot (FN)https://t.co/qeUCpJ5WR6
— France-Soir (@france_soir) May 15, 2018

Louis Aliot, député du Front national historiquement antisémite et compagnon de sa dirigeante Marine le Pen, a déclaré qu’en commettant le massacre de Gaza, « les Israéliens défendaient leur frontière ».

Saison France-Israël

Malgré l’indignation croissante, la France persévère dans l’organisation de la Saison France-Israël, campagne de propagande soutenue par les deux gouvernements pour blanchir Israël à l’occasion du 70e anniversaire du début de la Nakba – l’expulsion et l’exclusion toujours en cours du peuple palestinien de sa patrie afin d’établir un « Etat juif » discriminatoire et d’apartheid.

Mercredi, deux jours après le jour le plus sanglant de Gaza depuis des années, l’ambassadeur de France à Tel-Aviv a déclaré avec insistance que la Saison France-Israël serait lancée dans deux semaines comme prévu :

Amb. @HeleneLeGal enregistre une interview spéciale sur la chaîne 9, chaîne de télévision israélienne en russe, avec le présentateur @ddoubov. Sujets : #Jérusalem, #Gaza, les relations bilatérales ????? et la saison franco-israélienne qui sera lancée dans 2 semaines. Interview complète ce vendredi 20h. pic.pic.twitter.com/NtVFy3EM0X

— La France en Israël (@ambfranceisrael) May 16, 2018

Des députés de gauche amplifient les appels à l’annulation du festival.

D’autres bonnes nouvelles ! Près de 80 acteurs, metteurs en scène, artistes en France sont solidaires des Palestiniens, refusent de participer à la série d’événements « Saison France-Israël » soutenue par le gouvernement israélien et exhortent les autres à « ne pas participer sous quelque forme que ce soit ». [en français] https://t.co/1sXQmTOt9W—

PACBI (@PACBI) May 9, 2018

Plus tôt ce mois-ci, 80 artistes français, dont Jean-Luc Godard, ont publié une lettre ouverte expliquant pourquoi ils refuseraient de participer à la Saison France-Israël.

Les artistes disent que « sous couvert de promouvoir le dialogue et l’échange, » la saison France-Israël « est en réalité l’un des moyens mis en œuvre par le gouvernement israélien pour redorer le blason de l’Etat d’Israël, passablement terni par sa politique chaque jour plus dure à l’encontre des Palestiniens. »

Solidarité dans toute la France

Au Festival de Cannes cette semaine, les participants ont observé une minute de silence au pavillon palestinien en solidarité avec les victimes du massacre israélien.

Au festival de #Cannes hier, moment de recueillement pour les 60 Palestinien-nes assassinés par Israël à #Gaza. #Cannes2018 pic.twitter.com/0x2zmdtn1c
— AgenceMediaPalestine (@AgenceMediaPal) May 15, 2018

Parmi les personnes présentes figuraient la réalisatrice palestinienne Annemarie Jacir, l’acteur Benicio del Toro et plusieurs autres membres du jury du festival.

L’actrice franco-libanaise Manal Issa a fait la une des journaux du monde entier en brandissant une pancarte sur le tapis rouge de Cannes indiquant « Stop the attack on Gaza ».

« Stop the attack on Gaza » https://t.co/XuN10VkRzC https://t.co/XuN10VkRzC

Teen Vogue (@TeenVogue) May 16, 2018

Pendant ce temps, des militants ont organisé des rassemblements de solidarité avec les Palestiniens dans des villes partout en France :

Avec une délégation @LesJeunesG au rassemblement de solidarité avec le peuple palestinien. La France ne peut se contenter de la timidité diplomatique et de condamnations convenues. Nommer le crime, ses auteurs et ses complices, c’est la condition de notre propre dignité. #Gaza pic.twitter.com/shmcAehERh
— Benjamin LUCAS (@benlucas80) May 16, 2018

Plusieurs centaines. De personnes réunies sur le Vieux-Port de Marseille pour dénoncer le massacre perpétré par l’armée israélienne. #Gaza #GazaMassacre pic.twitter.com/zXxx6pgycW
— CallGate (@CallGate74) May 15, 2018

#NANCY. Plus d’une centaine de manifestants mobilisés pour dénoncer la politique israélienne dans la bande de Gaza pic.twitter.com/ytKnMMulgT
— France Bleu Sud Lorraine (@bleusudlorraine) May 16, 2018

Rassemblement ce jeudi soir à Creil en solidarité avec #Gaza https://t.co/PMNikokLbp pic.twitter.com/qmNPZT2oe3
— PCF Oise (@pcfoise60) May 17, 2018

#Dordogne : une cinquantaine de personnes manifestent pour soutenir le peuple palestinien à #Périgueux . #Gaza #Israel https://t.co/TCUaGHlt3K pic.twitter.com/GKsI4MDU4j
— France Bleu Périgord (@Bleu_Perigord) May 16, 2018

Une cinquantaine de personnes rassemblées en soutien au peuple palestinien a #perigueux après notamment les nombreux morts à #Gaza #Palestine #Israel pic.twitter.com/E4AwlxlUas
— France Bleu Périgord (@Bleu_Perigord) May 16, 2018

Du monde aujourd’hui à #Orléans rassemblement en solidarité avec la #Palestine.#Gaza #Marcheduretour #Loiret pic.twitter.com/7DCsFt155k
— Jeunes Communistes45 (@MJCF45) May 16, 2018

Un « camp » de #Gaza éphémère et symbolique place de la cathédrale à #Rouen en soutien aux #Palestiniens pour les 70 ans de la #Nakba70 https://t.co/qhyHgbE4Q1 pic.twitter.com/rPH9I0ntIt
— France Bleu Normandie (Seine-Maritime, Eure) (@fbleuhnormandie) May 16, 2018

Lorient. Un rassemblement de soutien à Gaza https://t.co/peunzWChMW pic.twitter.com/QOoq38ox71
— Ouest-France 56 (@OuestFrance_56) May 15, 2018

Une centaine de personnes rassemblées place de la cathédrale à #Rouen en soutien aux palestiniens de #Gaza à l’appel de l’association France Palestine Solidarité. pic.twitter.com/uFq4F8SiVU
— France Bleu Normandie (Seine-Maritime, Eure) (@fbleuhnormandie) May 15, 2018

Plus que jamais, Rennes est solidaire avec la Palestine ! ✊ pic.twitter.com/rrPJBhpCMC
— Jeunes Communistes35 (@MJCF35) May 15, 2018

A4 * Ali Abunimah est un journaliste palestino-américain, auteur de The Battle for Justice in Palestine. Il a contribué à The Goldstone Report : The Legacy of the Landmark Investigation of the Gaza Conflict. Il est le cofondateur de la publication en ligne The Electronic Intifada et consultant politique auprès de Al-Shabaka.

Articles du même auteur.

18 mai 2018 – The Electronic Intifada – Traduction: Chronique de Palestine – MJB